Vers des vraies fausses burqas?

Publié le par Milton Dassier

La loi interdisant la burqa qui devrait être votée bientôt en urgence, tient en deux articles.

 

Le gouvernement a mis tout son talent pour rédiger un texte qui pourra faire l'unanimité et ne rencontrer aucune difficulté d'application. En effet, lL'interdiction ne cite pas nommément burqa ou niqab, évite de s'en tenir à la dimension sécuritaire (pouvoir être identifié dans certains endroits publics) et punit d'une simple contravention les contrevenants de 35 à 150€ avec injonction de faire un stage de citoyenneté.

 

 Nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage» sous peine d'encourir une «contravention de 2e classe de 150 euros maximum»,

 

Un stage de citoyenneté est également prévu «à titre de peine alternative ou complémentaire».

 

 Une mesure floue, destinée à laisser une marge d'appréciation aux policiers qui devront verbaliser les contrevenantes. Bon courage !

 

Celui qui contraint (le vilain mari polygame qui mange halal!) est passible «d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende». Une peine lourde cette fois, qui, selon le rapporteur, "clarifie l'intention généreuse dou gouvernement: cette loi n'est pas faite pour protéger la société française de l'islamisme mais bien les femmes et leurs droits."

 

Sauf que la femme, la victime, est punie quand-même d'une contravention. Victime et coupable à la fois! Le droit français est extraordinaire!

 

Le fait de parler de "tenue destinée à dissimuler son visage" est très important selon certains juristes, car c'est ce qui permet de faire la subtile distinction entre un casque intégral (destiné à protéger sa tête), un masque chirurgical (destiné à protéger l'organisme des microbes aériens), des déguisements (destinés à déguiser), des tenues de protection diverses (destinées à protéger) et une burqa (destinée, selon l'UMP,  à perdre sa dignité de femme en dissimulant son corps et son visage).

 

Imaginez comment elles pourraient être adaptées pour permettre à une femme musulmane traditionnaliste de vivre sa religion tout en respectant la loi.

 

Pas en burqa comme ci-dessous:

 

burqa3.jpg

 

Les tenues ci-dessous ne sont pas concernées par l'interdiction. Une femme qui se voit interdite de port de burqa pourra se rabattre sur l'une d'elle en les complétant d'accessoires autorisés : lunettes fumées, écharpe, masque chirurgical, bandeau.

 

Par exemple:

 

Avec une tenue traditionnelle laissant le visage découvert:

 

burqa-copie-1

 

 

 

 

 Complétée de lunettes à verres fumés (pour protéger les yeux) et d'un masque chirurgical (pour se protéger de l'air vicié).

 

burqac

 

Ce sera très difficile aux policiers de considérer que cette femme dissimule son visage de façon intentionnelle en acceptant une quelquonque soumission à son mari ou à des précepts religieux.

 

Quelle différence par exemple avec cette tenue ci-dessous?

 

ECHARPE_CAPUCH.JPG

 

Ou celle-ci?  

 

 capuche

 

 

 

 

Publié dans racisme et xénophobie

Commenter cet article

Daniella 01/05/2010 20:57


Soyons honnêtes, Milton, s'il fait froid, on peut s'habiller ainsi, juste pour dehors, mais la burqua, c'est tout-le-temps, de la tête aux pieds, on ne voit à peine les yeux, charmant!
J'ai vu cela en Guadeloupe, à St-Anne, deux fois et c'était assez surprenant, surtout avec 40°, t'imagine!
Pour moi, c'est un faux débat et on a du mal à exprimer certaines choses car les gens sont très susceptibles et beaucoup n'attendent que des polémiques pour mettre leur fanatisme à contribution,
religieux ou non, d'ailleurs.
L'homme aime bien "se lâcher" et déverser, ainsi, sa grande frustration à quiconque est sur son passage.


Milton Dassier 02/05/2010 14:03



Pour moi, l'état n'a pas à légiférer. Cette question concerne des adultes.