Les terroristes veulent la fin des valeurs occidentales : Du pain, du vin et du foot !

Publié le par Milton Dassier

bvomi.jpgLa presse marchande, la presse télé ne cessent pas de m’étonner.

C’est comme si l’information était devenue un produit de consommation qu’une fois ingérée on oublie vite. Les experts en communication et en marketing l’ont parfaitement compris.

Le journaliste part à la cueillette ou au marché puis, dans le secret de sa rédaction met en forme, fabrique la sauce et décore l’assiette en fonction du goût de ses auditeurs.

 

Regardez la place du football sur une chaîne comme I-Télé. Une place plus importante à certaines heures que les autres infos.

A la une ce midi, le ballon d’or attribué à Lionel Messi. Et il y a, paraît-il, une controverse gravissime autour de ce choix. Les espagnols champions du monde sont furieux de ne pas avoir vu l’un des leurs comme « ballon d’or » et verraient dans ce camouflet comme un sale coup des français… En fait, on s’en fout, on est dans le grand n’importe quoi. Par contre, sûr que cette nouvelle sera de toutes les discussions entre collègues masculins à l’heure du déjeuner !

Enfin, I-Télé doit rentabiliser les droits sur le football acquis par la maison mère Canal +…

 

 Il faut se poser la question de la façon dont une information anodine peut faire le buzz et des informations importantes tout simplement ignorées.

 

Parlons de l’affaire de ces deux jeunes français assassinés au Niger. Pris comme otages puis  abattus comme des chiens par leurs ravisseurs.

L’information maintint en haleine toute la France et même au-delà. Le tragique dénouement dans des conditions obscures n’admit aucune question. Sarkozy avait lâché ses chiens de guerre pour sauver les deux otages des griffes de l’AQMI, fusillade, assaut et on avait retrouvé le cadavre des deux jeunes français sur place.

Immédiatement, le gouvernement verrouillait. Il fallait le faire, ne rien faire aurait été lâche et considéré comme un signal de faiblesse, les otages auraient été impossibles à libérer et il était hors de question de négocier.

Terrible quand on pense que Sarkozy avait reçu le matin même en Martinique les parents d’un des cinq otages de l’AQMI enlevés il y a trois mois.

La presse avalait la version gouvernementale et l’opposition aussi : pas de négociation avec des terroristes qui n’ont pas de revendications claires, pas de quartier, pas de pitié avec des salauds. Les types sont condamnés, tant pis pour eux !

 

On s’fait un p’tit poker après le match ?

 

Une fois encore, on a réussi à diviser le monde en gentils et en méchants, comme dans les propagandes totalitaires…

 

Heureusement, Cécile Dufflot apporta un bémol. L’enjeu méritait qu’on ne se précipite pas vers une opération « éclair » dont on savait qu’elle mettait la vie des otages en danger. On aurait pu les suivre avec des moyens conséquents et préparer quelque chose à l’issue peut-être plus heureuse.

Guy Sitbon dans Marianne en ajoutait une couche en se demandant si les politiques auraient agi de la même façon si les otages étaient de la famille de ministres bien en vue.

 

Mais là non encore, à part Sitbon, pas grand monde pour lancer le débat. Un débat qui revient à se poser la question de la ressemblance de la société française d’aujourd’hui avec celle de Rome, divisée en esclaves, en plèbéiens et patriciens. La plèbe, le bas peuple, la France d’en-bas…

Le patriciat, une oligarchie qui a de l’argent, de l’influence et une autorité sur les autres citoyens.

 

Et à ce propos, on est bien emmmerdé avec les révoltes en Tunisie et en Algérie. Que veulent-ils ces révoltés. La liberté, la démocratie, la justice et du travail bref des désirs basés sur des valeurs occidentales puisqu’il paraît qu’elles le sont. Et que font-ils, nos politiciens pour aider ces gens qui seraient si proches sur le plan des valeurs? Rien, ils disent que le despote est propre et cool…

 

Ben Ali n’a plus qu’à proposer du foot à toute heure pour calmer les esprits et endormir les velléités libertaires.

 

Où que l’on se trouve la plèbe doit rester la plèbe…

Publié dans presse et médias

Commenter cet article