Le débat sur l’identité nationale "part en couille" comme La France

Publié le par Milton Dassier

http://media.paperblog.fr/i/218/2183411/escapade-bergerac-L-1.jpeg« Nul et stupide », « question mal posée »,  « réflexions de comptoirs », « défouloir raciste », voilà ce que certains au centre et à l’UMP commencent à dire tout haut.


Le Nouveau Centre, J-P Raffarin, Hervé de Charrette, François Barouin, Dominique de Villepin tous proches de l'UMP ont pris position et émis de sérieux doutes dans un débat qui stigmatise une partie de la population française.


Même des élus de base ne cachent pas leur trouble. Le député du Maine et Loire, Michel Piron qui refuse d’y aller et parle d’un « vrai  foutoir ». La municipalité UMP de Bergerac qui boycotte purement et simplement le débat. Bergerac, ville française typique, s'est souvenue que Cyrano se méfiait comme de la peste des intrigues des puissants.

 

 Et au même moment, des signes qui annoncent la remontée du Front National.

Juste un frémissement dans les sondages pour l’instant mais par exemple, la popularité de Marine Le Pen qui fait un bond inespéré et celle d’Eric Besson qui s’enfonce encore un peu plus.

 

Sarkozy est le grand responsable de ce « vrai foutoir ». Il a cru qu’en utilisant les recettes qui l’ont fait élire en 2007, il allait rebondir. Il a oublié que La France de 2009 va bien plus mal que celle de 2007, la crise est passée par là. Il a oublié qu’un président ne s’abaisse pas à lancer des débats sur de tels sujets. Il a oublié que La France est un pays qui, s’adapte et qui  a survécu à des crises bien plus graves : guerres, révolutions, crises économiques. Imagine-t-on un De Gaulle lançant un tel débat alors que la situation française après la guerre d’Algérie était très difficile du point de vue de la concorde civile et de la cohésion de la nation ?

 

Le président paraît atteint dans sa crédibilité que ce soit au niveau national qu’international. Tout ce qu’il a entrepris a foiré. Tout ce qu’il avait imaginé ne se réalise pas. Certes, des réformes, un pays en a toujours besoin. Certes Chirac pensait plus à pantoufler qu’à réformer.

 

Les quelques rares bonnes idées mises en œuvre par la présidence Sarkozy, bien d’autres les avaient pensées et auraient pu les faire.

 

Ne vous faites pas d’illusions. D’après les économistes, dans la vie de tous les jours, les effets d’une reprise économique ne se feront pas sentir avant 2013. La France est plombée par ses déficits. Elle surnage plutôt bien dans la tempête grâce à la gestion saine des entreprises et les prestations sociales qui assurent un minimum d’équité. Tous les économistes sont d’accord, si La France ne s’écroule pas plus, c’est parce que son système social la protège.

 

Hors, c’est justement sur ces acquis sociaux que Sarkozy souhaitait revenir.

 

Vous imaginez s’il avait été élu en 2002?

Publié dans sarkozy

Commenter cet article

maurice 19/12/2009 00:47


Sarkozy est un homme d'affaire mais pas un président de la république , il fait voter des lois pour protéger ses intérets propres et ceux de sa famille et de ses amis , il vide l'argent public à
ses dépends , le déficite de l'état à triplé en un an , le bouclier fiscal pour protéger les riches , les commissions des traiders n'ont pas été supprimés ou réduits .M.Sarkozy se fait renouveler
sa flotte d'avions .En faite tous pour lui , ses amis ,et sa famille.