social

Vendredi 6 mars 5 06 /03 /Mars 18:25

Dernière Minute

La tentative de sabotage de la grève organisée par les békés est en train de tourner court.

A leur arrivée à Fort de France, les tracteurs, camions et voitures des patrons békés accompagnés de leurs salariés non grévistes ont été stoppés par des barrages érigés par le collectif. Ils ont fait alors demi-tour puis essayé de contourner la ville par la rocade, espérant ainsi l'atteindre par un autre accès.

Le préfet a alors exigé des békés qu'ils renoncent à leur coup de force. Ceux-ci ont alors voulu faire demi-tour mais les grévistes du collectif du 5 février les en empêchent et tentent de les obliger à aller à la préfecture pour qu'ils signent entreprise par entreprise, les accords négociés par leurs représentants du MEDEF.

 

Des incidents ont lieu en ce moment même : bagarres, caillassage de voitures, pneus crevés...

 

Les békés ont échoué!  

Par Milton Dassier - Publié dans : social - Communauté : Les antilibéraux
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 6 mars 5 06 /03 /Mars 16:11

C’est très grave. La situation dégénère en Martinique.

En ce moment même, les békés organisent une reprise en main et tentent de briser la grève.

Depuis, deux jours, des petits patrons s’étaient mis en avant pour dénoncer le blocage des zones d’activités. Et aujourd’hui, on se rend compte qu’il s’agit d’une opération téléguidée par les grandes familles békés.


En effet, les porte-parole de ces petits patrons sont, comme par hasard, des membres des familles de ceux qui possèdent le plus et concourent depuis longtemps à l’étouffement de la population. D’autres menacent les salariés de fermeture partielle de leur entreprise. Or, on sait depuis le début, que la plupart des patrons se sont organisés pour que le mois de grève perdu pour eux soit amorti au niveau de leur trésorerie par les congés payés et les RTT. Les plus grosses entreprises sont assurées pour les pertes d’exploitation dues à une grève..


Certes la situation est difficile pour les très petites entreprises mais, il semblerait que la difficultés des plus petits, des plus pauvres tombent à pic pour les riches, c’est à dire ceux qui négocient au ralenti en cherchant à gagner du temps.


Sur les routes de la Martinique, actuellement, on peut voir de longues files de tracteurs et de camions appartenant aux entreprises et aux plantations békés.

Je peux témoigner d’avoir vu en avant de la tête des cortèges de tracteurs et de camions, des békés en 4x4, téléphone portable à la main, faisant de grands signes avec l’autre pour indiquer comment tout ce monde devait occuper l’autoroute pour la bloquer.

 

Même les ambulances et les véhicules d'urgence sont empêchés de passer ce qui n'arrivait jamais sur les barrages des grévistes !

Tout ceci tombe au moment où des patrons guadeloupéens ont décidé de ne pas suivre l’accord signé par leurs représentants. On imagine facilement que le LKP est furieux car au moment où il se démobilise après sa victoire, il se retrouve face à des réactionnaires de la pire espèce. En France, l’UMP attaque le LKP en les traitant de tontons-macoutes, histoire de jeter de l’huile sur le feu.

Après avoir joué l’apaisement avec hypocrisie, Les patrons guadeloupéens et martiniquais jouent sur l’épuisement des populations après plusieurs semaines de grève. Il y ajoute la peur pour l’économie et désigne des coupables : les collectifs. Ils prennent donc la responsabilité de favoriser des affrontements entre grévistes et non grévistes et sans doute la violence qui va avec.

 

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : social - Communauté : Les antilibéraux
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 5 mars 4 05 /03 /Mars 17:30

La Guadeloupe vient de se remettre au travail après 7 semaines de blocage presque total. D’ailleurs, le travail reprend mais les négociations continuent pour la mise en place et le contrôle de l'application de tout ce qui a été acté.

 

Est-ce que ça valait le coup ?

 

Je vous propose de vous en faire une idée très précise grâce au document final qui reprend tout ce que le LKP a réussi à obtenir.

Surtout, n'allez pas croire qu'il s'agit simplement de privilèges obtenus par la force, il s'agit plutôt d'un rééquilibrage en faveur des plus fragiles, des plus démunis .

Par exemple, les fonctionnaires, non seulement n'ont pas demandé d'augmentation de salaires mais les jours de grève ne leur seront pas payés.


L'important est de comprendre que le peuple réuni a repris les choses en main. Il n'a pas remis en cause les élus ni même l'état. Il a fait savoir qu'il tient à se mêler de près de ce qui le concerne que ce soit au quotidien ou sur le long-terme. Il a rappelé à l'état et aux politiciens qu'il est ce pourquoi la république existe. 

Le grand exploit qui parle à tout le monde, est sans conteste, la baisse des carburants de 43 centimes. Oui, vous avez bien lu, ils ont obtenu 43 centimes de baisse ! Et il y a mieux, après enquête sur les pratiques des sociétés du pétrole, les sommes perçues indûment par les compagnies pétrolières seront reversées à la formation professionnelle.

 

Mais il y a tant de choses, tant d’acquis. Il y a bien sûr les 200 Euros d’augmentation de salaire pour les gens touchant moins de 1,4 fois le SMIC dans un montage financier compliqué certes mais qui tient la route.

 

Je vous donne mes préférés et ça concerne plein de gens:

 

Revalorisation de 100 à 200€ de tous les minima sociaux, y compris les allocations pour handicapés et les bourses des étudiants

 

Baisse sur les produits de première nécessité mais aussi des fournitures scolaires, du matériel pour les handicapés, des tarifs bancaires, du prix de l’eau, des abonnements téléphoniques et internet. Facturation à la seconde de la téléphonie

 

Tarifs étudiants, chômeurs et personnes âgées dans les transports dont les tarifs baissent de toutes façons de 20 à 33% pour tout le monde

 

Double affichage des prix : prix en sortie de douane et prix de vente en magasin

 

Diminution de 7% de la taxe d’habitation, exonération de la taxe foncière pour les exploitations agricoles non bâties

 

Double affichage en français et en créole des bâtiments publics régionaux, départementaux et muinicipaux

 

Brigade de contrôle des prix de la répression des fraudes à la disposition des associations de consommateurs

 

40.000 billets d’avion aller et retour pour les personnes les plus modestes ayant de la famille en métropole

 

Plan d’accès à l’emploi pour 8000 jeunes avec bilans de santé et actions de lutte contre l’illettrisme

 

Garanties sur les surfaces agricoles qui ne pourront plus être proposées à la construction sans l’examen par une commission mixte.

 

Effacements des dettes sociales et fiscales des agriculteurs

 

Fin des constructions sur le littoral, accès à la mer garantis en tout point du territoire

Par Milton Dassier - Publié dans : social - Communauté : Les antilibéraux
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 5 mars 4 05 /03 /Mars 16:36

Les négociations n’en finissent pas. Certaines sont arrivées au bout comme celles sur les salaires et l’éducation. Par contre, la première grande négociation initiée dés le début du conflit, le 5 février, n’en finit pas de ..finir.

Un accord à l’arraché avait établi le principe d’une diminution de 20% sur 100 familles de produits, le 19 février et, depuis, la grande distribution freine des quatre fers pour lister les produits, les articles en fonction de critères à elle alors qu’elle n’a pas le choix étant donné la mobilisation de tous les martiniquais.

 

Tout le monde connaît les formidables profits qui se réalisent dans les hypermarchés, les marges avant, les marges arrières..etc.

Ici, en Martinique, le marché est captif. Les hypermarchés font la loi y compris sur les produits de l’industrie et de l’agriculture locales. Tout le monde est d’accord pour que les règles du jeu changent, y compris au gouvernement. Mais ces messieurs tentent de grignoter sou par sou, articles par articles, de quoi continuer à faire de l’argent sur les dos des consommateurs.

Ils ne se rendent pas compte que leur comportement d’aujourd’hui jouera sur le comportement des consommateurs demain.

De plus en plus de gens commencent à envisager de se fournir le moins possible dans les hypermarchés, de regarder les prix à la loupe.

Finalement, qu’est-ce que cela signifie ?

 

- Que les entreprises de la grande distribution n’ont aucun sens de la citoyenneté et de l’intérêt général.

 

- Que leur trésorerie est si grande qu’elle leur permet de tenir de longues semaines sans être trop pénalisées en usant éventuellement du chômage partiel si besoin.

 

Voici le dernier communiqué du collectif du 5 février qui exhorte ces grands distributeurs à aborder les négociations avec sérieux.

 

La commission a travaillé sur les 100 familles de produits importés et sur le panel de familles de produits locaux identifiés au nombre de 50, dans l’optique d’un rapport qualité-prix intéressant, en respect de la baisse des 20%.

Le choix des articles s’opère sur 4 types de marques
- les Marques Nationales (MN) ex : Panzani, Barilla etc.
- les Marques de distributeur (MD) ex : Produits U, Carrefour etc.
- les Premiers Prix (PP)
- les Produits Locaux (PL) dont les produits d’origine agricole.

La Grande Distribution (GD) propose 200 articles sur les 100 familles de produit, et 50 articles pour les 50 familles de produits locaux. Soit un total de 250 articles, dont certains ne pourraient être soumis à la baisse, selon la Grande Distribution.

Le collectif a réaffirmé :
les termes et la portée juridique de l’accord déjà signé
Que la volonté d’évoluer dans un état d’esprit raisonnable ne permettait pas à la GD de fixer le curseur là où elle le souhaite
Que la rupture de la sérénité du travail est venue de la GD avec des risques de complication
Que la population ne saurait comprendre une telle attitude, et qu’il y a là une volonté manifeste de ne pas baisser les prix
Que la GD était entièrement responsable de la lenteur et de la durée du conflit sur la question de la baisse des prix et des conséquences.

Par conséquent le collectif a exigé la poursuite des travaux en présence des vrais décideurs de la GD.
Fin de la dernière séance, Mardi 4 Mars 23h40.

 

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : social - Communauté : Les antilibéraux
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés