Le mauvais roman d'une république policière

Publié le par Milton Dassier

L’arrogance du pouvoir de droite commence à agacer les français, moi le premier. Les  dirigeants de droite sont  remplis d’arrogance depuis juin 2007. L’arrogance par condescendance de ceux qui sont convaincus d'avoir compris mieux que tout le monde et le proclament. L’arrogance de ceux qui considèrent qu’être démocrate c’est gagner les élections et qu’ensuite, c’est bâtir l’action politique  en fonction des sondages et des conseillers en communication pour masquer leur véritable dessein : durer et confisquer le pouvoir du peuple au nom de la raison d’état. Mas en matière économique, l'arrogance n'a plus qu'un dos pour se faire battre sauf si le peuple est à ce point résigné ou endormi qu'il n'en a plus rien à battre.

 

Arrogance chez ces policiers de plus en plus impunis qui commencent à déraper de plus en plus. Une  proportionnalité légitime ! Déraper, ça use les pneus alors on dérape encore et encore à chaque virage avant la bavure dans le fossé. Justement, bavure à Montfermeil hier, heureusement qu’un jeune cinéaste était là pour filmer les faits.
Ils sont même à l'école rendez-vous compte pour repérer les délinquants en herbe et pas seulement celle qui se fume...

 Cette arrogance qui amène ces mêmes policiers à demander l’interdiction d’un clip vidéo qui serait irrespectueux pour la police, simplement parce qu’on voit des policiers à bord d’une voiture promener en laisse une jeune femme  ou qu’un des policiers se fait rouer de coups. Eh oui, ces policiers au QI moyen n'ont vu dans cettte femme que la leur alors qu'il fallait y voir la France....


Si on les suivait dés qu'ils sont choqués, les pauvres, il faudrait interdire la moitié des films et téléfilms, ceux où l’on voit un flic ripou, un flic tordu, un flic bourré, un flic brutal, un flic tortionnaire.

 

Arrogance du côté du ministre de la justice qui snobe régulièrement ses rencontres avec les organisations syndicales de magistrats, d’avocats, des personnels pénitentiaires.

 

Il y a deux notions juridiques qui ont beaucoup évolué avec l’arrivée de Sarkozy au pouvoir : l’outrage et le trouble à l’ordre public.

Ce sont des armes de destruction massive de libertés, de grandes pourvoyeuses d’arrestations et de garde-à-vue qui peuvent toucher n’importe qui à n’importe quel moment.

Vous contestez devant l’autorité policière une infraction ou un contrôle, vous risquez de vous voir arrêter pour outrage et trouble à l’ordre public.

Une information vous concernant fait la une des médias et provoque une polémique générale, faites bien attention car cela pourrait être considéré comme un trouble à l’ordre public.

C’est par exemple le prétexte qu’a retenu la justice pour remettre Rouillan en prison. Ses déclarations sur son silence obligé sur les raisons de sa peine de prison ont constitué parait-il un trouble à l’ordre public puisque toute la presse s’est ruée sur les dites déclaration.

 

L’un comme l’autre de ces délits érigent les policiers en juges et parties. Ils sont les témoins et les victimes à la fois, ils établissent les faits à charge, jamais à décharge, ils n’ont même pas à trouver de preuves, leurs seules déclarations suffisent, leur bonne foi n’est jamais remise en cause par les magistrats au nom des relations police-justice.

 

L’arrogance est dans les justifications avancées par la justice, la police ou le gouvernement. Une arrogance qui frôle le cynisme comme lorsqu’on découvre que les réactions du gouvernement aux sifflets contre la Marseillaise avaient été préparées à l’avance sur la foi d’informations des renseignements généraux.

 

Finalement, tout ce que les médias rapportent à propos des déclarations du gouvernement sont de la com’, tout est bidonné, calculé.. Et quand certaines personnes s’interrogent, une meute de ministres et de porte-parole s’empare des micros pour rappeler à qui veut l’entendre qu’ils ont la légitimité pour faire ce qui est bon pour le pays.

 

Cependant, écoutez bien puis réfléchissez juste un peu. Dans ce beau pays où, il y a trois siècles, des hommes et des femmes imaginèrent une vie libre souvent au péril de la leur, on ne peut plus critiquer et brocarder la police, on ne peut plus être révolutionnaire, on ne peut plus circuler incognito, on ne peut plus s’opposer à l’arbitraire, on ne peut plus fumer au restau, on ne peut plus siffler un hymne, on ne peut plus discuter avec ses amis dans le hall d’un immeuble,  on ne peut plus souiller un drapeau, on ne peut plus approcher le président, on ne peut plus faire Paris-Lyon en deux heures, on ne peut plus draguer au boulot.  Bref on n’en peut plus de ne pas être nous-mêmes…

 

Bientôt il sera mal vu puis interdit par décret de péter dans l’ascenseur pour des raisons de sécurité …De sécurité intérieure forcément…Ahahahahahaha !

 

Publié dans politique

Commenter cet article

triébor toute 21/10/2008 23:33

Pourquoi? Vous pensez que la gauche à mieux à proposer? La France est atteinte d'une sorte de cancer à cause de certains excès de sa générosité. Alors en cas de maladie, une bonne purge...

Milton Dassier 21/10/2008 23:43



Traitement radical ne rime pas forcément  avec efficacité. Je ne vous prendrai comme médecin traitant !