Israël fait comme la Serbie? Oui, mais c’est un ami !

Publié le par Milton Dassier

Dans la célèbre pièce « Le père Noël est une ordure », il y a une scène où Zézette (jouée par Marie-Anne Chazel) prend le téléphone qui sonne et écoute un obsédé lui dire des insanités sur sa cousine Thérèse.  Pierre Mortez, un faux-cul coincé (joué par Thierry Lhermitte), entre alors et Zézette lui dit qu’il y a un homme là au téléphone qui veut enculer Thérèse.

Pierre Mortez ne se démonte pas et lui dit « Oui, mais c’est un ami ! » et Zézette de répondre naïvement : « Ah ben oui ! D’accord si c’est un ami ! »

 

Le ridicule de la situation est cette contradiction entre ce qui est accepté facilement au nom d’une prétendue amitié. L’amitié endormirait donc aisément l’indignation provoquée par des actes non convenables voire répréhensibles.

 

Appliquons cela à la géopolitique.


Un peuple est chassé de sa terre par un autre avec une répression sanglante et la violation des conventions et résolutions de l’ONU.

L’opinion publique occidentale : « Vraiment les serbes, de vrais voyous qui menacent la paix du monde. En chassant les bosniaques musulmans, ils ont mené une guerre ignoble et ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. »

 

Pourtant, il y a un cas où se produit la même chose, vous savez, « Un peuple est chassé de sa terre par un autre avec une répression sanglante et la violation des conventions et résolutions de l’ONU », sans que cela entraîne les mêmes prises de position.


C’est Israël qui spolie de leurs biens les palestiniens et leur mène une guerre implacable.


Je ne parle même pas de 1948 car on pourrait rétorquer qu’une ONU embryonnaire constituée d’une cinquantaine de pays avait donné une légitimité à la constitution de l’état d’Israël, je parle des territoires occupés depuis 1967.

Que voit-on ? Des palestiniens obligés de s’exiler un peu partout dans le monde et le reste de ce peuple subir sur place, une occupation armée étouffante avec son lot d’humiliations, d’expropriations, d’arrestations arbitraires, de meurtres, d’expéditions punitives, de bavures…

 

Le nettoyage ethnique serbe est condamnable mais pas celui de l’armée israélienne ?

 

La réponse est d’une évidence incontestable pour presque tout le monde : « Oui, mais c’est un ami ! » Et voilà une bonne partie des opinions publiques occidentales de répondre comme Zézette : « Ah ben oui ! D’accord, si c’est un ami ! ».

 

Même Barak Obama a succombé à cette « amitié » qui justifie toutes les impunités…

 

 

 

 

Publié dans géopolitique

Commenter cet article

ednath 23/10/2008 20:52

Bonne analyse partagée par bien du monde.
Il ne faut pas oublier, outre le "mais c'est un ami", les accusations d'antisémitisme si on ose critiquer cette politique inique !

Milton Dassier 23/10/2008 22:50


Justement quand un ami est accusé, on réagit violemment et sans discernement, dans l'émotion avec un brin de calcul tout de même...


fanfan la tulipe 21/10/2008 23:30

Vous vous aidez d'une sorte de rhétorique basé sur un humour qui ne fait rigoler personne. Faut le faire de prendre les paroles d'une pièce "débile" pour faire une analyse géopolitique. Un peu de sérieux s'il vous plait! Israel est tout de même une démocratie qui se défend face à des arabes fanatisés.

Milton Dassier 21/10/2008 23:42


Oui, c'est l'image qu'il cherche à se donner... Mais image pour image, ce que j'avance est pas mal du tout non?