Suppression de postes, médailles en chocolat, Darcos en rajoute une couche !

Publié le par Milton Dassier

Les ministres de l’Education Nationale laissent peu de souvenirs. Un nom à une réforme dont personne ne sait si elle a été efficace et c’est tout. Même Lang n’aura pas fondamentalement brillé à ce ministère. On dit que si on sait prendre les syndicats d’enseignants dans le sens du poil alors c’est peinard.

 Au hit-parade des ministres qui se sont distingués, siège le vindicatif Claude Allègre avec ses intentions de dégraisser le mammouth.

 Mais là, avec Darcos, le pauvre Claude va se faire déposséder de son record de déclarations fracassantes et débiles.

 Le 3 juillet 2008, Darcos parle de l’école maternelle. Il souhaite réduire les effectifs d’enseignants en Petite Section Maternelle alors que les prévisions annoncent que les demandes de scolarisation de très petits enfants vont augmenter d’ici quelques années.

 Il fait part alors de son opinion sur ces enseignants-là :

 

 Est-ce qu’il est vraiment logique, alors que nous sommes si soucieux de la bonne utilisation des crédits délégués par l’Etat, que nous fassions passer des concours bac +5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches  ?  »

 Voir la video sur rue89

 Bref pour le ministre, les enseignants de Petite Section Maternelle ne méritent pas de médailles.

 Et pourtant, s’il connaissait un tant soit peu le développement intellectuel des enfants, il saurait que les bases d’un langage correct, d’une maîtrise des habiletés et des savoirs-faire chez l’enfant, de sa curiosité et de sa motivation à apprendre  se jouent essentiellement à cette période qui est donc l’une des plus délicate à gérer pour des professionnels de l’enfance.

 C’est à se demander si Darcos a été enfant avant d’être sarkoziste !

 

 

Publié dans politique

Commenter cet article

Phil 16/09/2008 20:45

"a-t-on pu être enfant avant d'être sarkozyste!"

Le genre de phrases que j'aime bien, parce-qu'elles me parlent, comme une citation qu'on se répète inlassablement en en découvrant un sens nouveau.
J'aime ces phrases que même l'auteur ne maîtrise pas complètement et qui sont ainsi offertes au lecteur.

Merci Milton.

Milton Dassier 16/09/2008 21:06


Merci mais je maîtrise tant rhétoriquement que stylistiquement. C'est la chute qui doit faire mouche et non la mouche qui doit faire "chut".. Pas mal non?