Zied et Bouna : Martyrs de la jeunesse française

Publié le par Milton Dassier

Même si la justice a mis cinq ans (un record ?) pour décider si on devait juger ou non des policiers qui ont assisté à la mort par électrocution de deux enfants sans intervenir...

 

Même si cette justice estime que les policiers ont le droit pour eux, qu’ils ne pouvaient rien faire de plus…

 

Même si  la plupart des gens imbibés de propagande sarkoziste, ne voient rien à redire à la mort de deux gamins poursuivis par des policiers sans aucune raison valable.

 

Nous, observateurs de l’actualité, citoyens soucieux de préserver les valeurs de la république et de la démocratie, savons désormais que pour bien des gens de ce pays,  la vie de deux pauvres gosses de pauvres gens, ne vaut pas une messe.

 

Les policiers ont donc le droit pour eux, la justice vient de le dire. Mais posons-nous la question de leurs devoirs vis-à-vis de ces enfants qui n’avaient pas demandé à naître à Clichy-sous-Bois, qui jouaient, vivaient, étudiaient comme ils pouvaient dans une cité où le policier est vécu comme un ennemi et non comme un protecteur. Les intellos et les politiciens réacs nous font le coup des droits et des devoirs quand ça les arrange mais quid de leurs devoirs envers la jeunesse de ce pays?

 

Ces gosses avaient l’innocence trop suspecte, ils revenaient d’un terrain de sport, ils ne voulaient pas arriver en retard chez eux. Ils ne se sentaient pas concernés par le contrôle de police. Leur peau, elle, savait. Dans certains cas trop répandus, le contrôle des papiers n'est plus qu'une démonstration de force et de domination, et ça ces gosses et leur peau le savaient. 

Normal, il y avait des chances qu’ils finissent au poste, soupçonnés d’avoir fait des bêtises et devant prouver leur bonne foi. C’est monnaie courante, ce genre de chose. 800.000 gardés à vue par an pour rien ou si peu, peuvent en témoigner !

 

Ils ont fui les chasseurs armés jusqu'aux dents et sont tombés dans le piège à loup aux mâchoires électriques.

 

Je me souviens de mon enfance. Combien de fois, la vue de policiers agressifs, m’a fait faire demi-tour ou prendre un détour, juste histoire d’avoir la paix ? Mes parents n’auraient pas apprécié que je sois simplement suspect de quelque chose. Or, un contrôle d’identité même banal, n’est-il pas une suspicion pour un adolescent ?

 

Les crétins se satisfont de la décision de justice. Ils sont derrière les flics quoi qu’ils aient fait ou pas fait. Leurs commentaires sont revanchards et fleurent bon le racisme et l’ordre nouveau. Sans doute, presque morts dans leur âme, voient-ils la vie sans envie et surtout sans enfants qui jouent bruyamment ou courent dans tous les sens comme de jeunes chiens fous. Un enfant turbulent c’est forcément suspect !

 

Et tant pis si, à seize ans, vous ne connaissez pas la loi non écrite de Facholand qui fait de vous un délinquant potentiel juste parce que vous êtes jeune,  habitez au mauvais endroit et au mauvais moment. Cette loi qui  vous oblige à vous soumettre à cette police réduite à faire semblant de nettoyer les raclures de la république au karcher.

 

Et tant pis si, à l’école, vous apprenez que la république doit la protection à tous ses citoyens quelle que soit leur origine et leur niveau social.

 

Aujourd’hui tous les Zied et Bouna de France, tous les français de papier savent qu'ils ne feront pas de vieux os s’ils croisent des flics de plus en plus lepénisés.

 

Non ! Zied et Bouna ne sont pas morts pour rien ! Leur mort a éclairé nos vies!

 

Publié dans justice

Commenter cet article

PALESTRO 28/04/2011 00:16


J ai eu l info cet après-midi j ai été abasourdi par ce 'jugement' qu il faut mettre certainement sur le compte de l intimidation des magistrats par certains hommes politiques.Depuis l ère Sarkozy
la police à carte blanche et les policiers agissent exactement comme les soldats Israéliens surtout dans les banlieues.
Je dis souvent aux jeunes ne tombez pas dans la provocation avec les flics ........personne ne témoignera en votre faveur