Woerth : « Tu m’achètes une forêt pas chère et l’hippodrome, c’est cadeau »

Publié le par Milton Dassier

facteur2Il enchaîne les affaires à la vitesse de l’éclair.

 

Hier soir, Nicolas Sarkozy louait son intégrité et sa compétence puis lui « conseillait » de quitter sa fonction de trésorier de l’UMP, reconnaissant ainsi, qu’il y avait bien un conflit d’intérêt entre être ministre et trésorier du parti majoritaire.

Aussitôt conseillé, aussitôt fait, n’écoutant que son intégrité et sa compétence, Eric Woerth démissionnait, le lendemain de son poste de trésorier de l’UMP.

 

Et puis, le matin même, le Nouvel Obs montre, preuve à l’appui, qu’Eric Woerth adore les gros chèques de la famille Bettencourt.

 

Ce soir, nouveau coup de théâtre grâce à Marianne et Le Canard Enchaîné. Eric Woerth a autorisé la vente de l’hippodrome de Compiègne au dixième de sa valeur : 2,5 millions d’Euros au lieu de 25 millions. L’heureux bénéficiaire : un ami de longue date, déjà locataire de l’hippodrome.

 

Pour cela, ses services ont usé d’un artifice étonnant : utiliser la législation sur la vente de parcelle de forêt sans intention d’en couper les arbres. En effet, l’hippodrome est au milieu d’une forêt.

-          J’ai envie d’acheter un hippodrome.

-          Tu veux un hippodrome, j’ai une forêt. C’est pas cher ! 2 millions et demi !

-          Oui mais moi, je veux un hippodrome !

-          Tu achètes la forêt et tu as un hippodrome, c’est compris dans le prix.

-          J’adore faire des affaires avec vous !

-           

Comme ça, pas besoin d’appel d’offres. Par contre un vote du parlement était nécessaire et il n’a pas eu lieu.

En plus, la vente a été réalisée six jours avant son départ du ministère du budget en conflit ouvert avec le ministère de l’agriculture à ce sujet.

Marianne publie une lettre qui montre qu’Eric Woerth s’est occupé personnellement du dossier.

Publié dans politique

Commenter cet article