Tentative de description d’un dîner bling-bling en Sarkozie

Publié le par Milton Dassier

Au moment où des tibétains se retrouvaient coincés avec des journalistes dans le métro par la police, au moment où des chinois se voyaient recrutés pour faire la claque, le sourire bridé, sur le passage du président chinois aux Champs-Elysées, au moment où des spécialistes de la Chine venaient claironner louanges et compliments sur les relations sarko-chinoises, les meilleurs représentants et élus du peuple français se préparaient et s’accoutraient pour la fête la plus branchée de l’année, le dîner de gala organisé à l’Elysée en l’honneur du couple présidentiel chinois, le 4 novembre 2010.

 

Un dîner qui dut être on ne peut plus chiant mais l’essentiel n’était pas l’ambiance, il fallait en être et le faire savoir. Pour ceux qui veulent, et vous êtes nombreux, voici ici le discours que Sa Suffisance présidentielle a délivré au premier couple de Chine.

 

Ainsi avait été invité tout ce qui compte en France comme artistes de renommée internationale, histoire de faire baver d’envie les chinois devant leur télé : Jean Réno, Alain Delon rayonnaient dans leur costumes et leur smoking.

 

Les grands patrons très fortunés étaient de la partie, si heureux de signer quelques contrats en ces temps de grande disette histoire de rassurer l’ouvrier français si inquiet de son avenir.

 

Les élus du peuple défilaient sur les marches du palais présidentiel, impatients de montrer au monde que le peuple français avait eu raison de les choisir et de les aduler. C’est vrai que, quand on est issu du peuple, on se doit de plaire, de se faire beau pour une si belle occasion. Ainsi, le français moyen se dit, ils sont beaux, donc nous le peuple, comme on est beau. L'illusion est tenace car le beau cache toujours dans son attitude bienveillante, un soupçon de mépris pour le laid qui l'admire. L'indigence qui s'affiche est indigeste pour ces gens-là!

 

Jean-François Copé et ses 36.000€ de revenu mensuel étaient plus que le simple député-maire de Meaux. La situation le rendait ducal. C’était le duc de Meaux, bien dans ses bottes, bien à la Brie du besoin ; et surtout bien vêtu et au bras d’une femme sublime, il paradait au nom du peuple.

 

Valérie Pécresse sortait de sa voiture et le froid de la nuit aidant, réajustait son châle noir tout en se collant à son mari. Mais, se sachant filmée et photographiée, elle consentait à le retirer pour qu’on admire ses épaules et son dos nus. Le rhume n’était pas loin mais rassurez-vous, braves gens, être glamour un soir de novembre, ça demande un sacré courage !

 

Il y avait ceux qui ont l’habitude comme Jack Lang. Oui, un socialiste était de la fête.  Un vieux beau mondain de la gauche caviar. L’ouverture, c’est glamour. Etrange tout de même cette unité entre la gauche caviar et la droite champagne !

 

Il y avait ceux qui avaient le trac, une toute première fois dans le gotha sarkozique, ça fout les jetons. C’est ce qui transparaissait de la mine bien maquillée de Yasmina Besson et de son mari, Eric. Il ne doit pas regretter d’avoir fait le grand saut du passage à l’ouest, celui-là.

 

Et puis, le visage soucieux de Kouchner malgré la robe fendue de sa femme Christine Ockrent, nous rappelait que la vie est difficile y compris pour les riches et les puissants. Le déclassement qui vous fait redevenir un pékin moyen vieillissant, sur un claquement de doigts du prince, à cet âge, c’est dur à avaler après un stock de chapeaux qui vous rappelle que vos exploits anciens n’effaceront jamais la trahison des causes que vous aviez défendues. Bernard Kouchner doit avoir un drôle de goût dans la bouche !

 

Et Roselyne Bachelot? Il faut absolument lui trouver un cavalier, cette femme est arrivée seule dans une tenue noire mais transparente laissant deviner un pantie de la même couleur. A moins que cela ne soit prévu par le couturier, on peut se poser des questions!

 

Mais la vedette de la soirée fut… le décolleté de Valérie Hortefeux. Alors, là, les bras m’en tombent. Brice s’est dégotté un canon. Lui, si peu glamour, si peu gâté physiquement et mentalement, a trouvé la meuf. Il faut dire que c’est une très belle blonde, et qu’elle est d’origine norvégienne. Merde, une étrangère comme les épouses de Sarko et d’Eric Besson! Notez tout de même que ces trois-là ont durci les formalités sur les mariages mixtes mais..passons comme dirait Finkielkraut ! Donc une étrangère, mais pas n’importe laquelle. Valérie à l’habitude de ces instants avec les gens les plus simples.

 

Valérie Hortefeux travaille … à la Caisse d’Epargne. Pas au guichet. Elle ne vend pas des livrets A non plus. Elle a un poste de responsable de la communication.

Et elle est débordée.

 

Elle passe son temps entre son bureau, le Fouquet’s, le Maxim’s Business Club, le très sélect Automobile Club de France et le Jockey Club. Pour se reposer, elle se rend souvent à Marrakech, où elle retrouve des amis people comme Marc Lavoine ou Marc-Olivier Fogiel d’où son bronzage étonnant pour un mois de novembre.

 

Vous verrez sur la vidéo ce défilé de représentants du peuple de France, des gens si courageux au travail, si soucieux d’équité, de moralité. Bref des hommes et des femmes qui se sont façonnés à la force de leur poignet, de leur talent et de leur travail. Des français qui nous ressemblent.

 

 

 

Et le contenu des conversations. A mon avis, ça ne devait pas être tellement éloigné du célèbre poême d'un Jacques Prévert plein de cet humour grinçant que vous appréciez. A lire ou relire absolument.

Publié dans sarkozy

Commenter cet article

Mariethé 09/11/2010 12:16


être ou paraître ,je pense donc je suis


bisous MILTON


boubou 09/11/2010 07:41


Une bande de guignoles . Vive la France des manges merdes .