Scandales, affaires : Les langues se délient …

Publié le par Milton Dassier

Christian Blanc, Alain Joyandet, Alliot-Marie, Woerth, DSK, Georges Tron, peut-être Christine Lagarde, peut-être Guérini.. A qui le tour ?

 

Nos gouvernants prennent des libertés avec les lois qu’ils font voter. Obsédés des devoirs qu’il sied à chacun de remplir quand on est un citoyen honnête, il semble que les leurs se limitent aux discours de circonstances en période électorale.

 

Après le scandale DSK, les langues se délieraient-elles ?

 

C’est ce qui vient de se passer avec la déclaration de Luc Ferry sur Canal + lundi soir.

 

Il a révélé qu’à l’époque où il était ministre de l’éducation nationale, il a eu connaissance de la bouche même d’un Premier Ministre, d’une partouze à Marrakech avec des petits garçons où aurait participé un ministre.

Il a refusé d’en dire plus pour ne pas se retrouver accusé de diffamation.

 

 

Mais déjà, les suppositions vont bon train et un nom revient régulièrement dans les commentaires des sites et blogs où l’on parle de l’affaire.

 

On ressort ainsi un interview d'Yves Bertrand sur RMC où il évoque une affaire similaire.

 

 

Qui est l’objet de ces commentaires ?

 

Deux noms reviennent. Pour le premier, on évoque l’année 1988 pour les faits et un ministre de gauche très connu et très populaire, ami de François Mitterrand.

 

Cité moins fréquemment que le premier, certains se rappellent d’un ministre de droite sous la présidence de Jacques Chirac qui fut mis sur la touche et nommé à l’étranger alors que sa carrière politique était très prometteuse. 

 

Supposer ne veut en aucun cas dire, certifier.

 

 

 

 

Publié dans pipoles

Commenter cet article

MOUA 31/05/2011 17:59


Article 40
Modifié par Loi n°2004-204 du 9 mars 2004 - art. 74 JORF 10 mars 2004

Le procureur de la République reçoit les plaintes et les dénonciations et apprécie la suite à leur donner conformément aux dispositions de l'article 40-1.


Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au
procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs.