Sarkozy remet le couvert sur la sécurité en banlieue

Publié le par Milton Dassier

14231278-m.jpgBeaucoup affirme que la fin du monde est proche. Ils ont vu le film « 2012 », tremble des catastrophes naturelles qui abondent ces dernières années et ne comprennent pas comment une civilisation qui a permis tant d’avancées technologiques et de progrès des idées est capable de tant d’injustices envers ses propres ouailles. Alors, ils ne croient plus vraiment en l’homme, se gaussent de l’idée que l’espèce humaine existe pour s’élever et s’en remettent à un Dieu tout puissant. Ils tentent de décoder son langage, ses colères éruptives, ses mouvements telluriques désordonnés.

 

Fin du monde ou fin d’un monde ?

 

Là est la question véritable. Et Dieu n’a rien à voir dans tout ça.

Le chaos fait toujours peur si on oublie que sa finalité est de tendre vers l’ordre.

 

Chaos de la crise financière qui remet en cause la puissance américaine ? Mais déjà, l’Asie se prépare à assumer le leadership économique. L’Amérique Latine s’organise pour se passer de la tutelle américaine. L’Afrique commence à tirer profit de ses ressources maintenant que l’Europe se replie sur elle-même, laissant la place à d’autres, faisant jouer la concurrence. Un jour bientôt, les pays africains feront comme les pays latino-américains, ils rejetteront le néocolonialisme, les dictateurs affairistes et s’organiseront.

 

Déjà, je dis à mes enfants que leur avenir ne se trouve pas forcément en France. Un pays vieillissant, rongé par la médiocrité de ses élites qui ont oublié toutes les leçons d’une histoire pourtant riche et tumultueuse; ne pensant qu’au gain à court-terme et à leurs privilèges dont la carrière de Sarkozy est la caricature grotesque.

 

Ouvrons les yeux! Quelle peut être la vision politique pour la France d’un ancien avocat d’affaire devenu maire de la ville la plus bourgeoise de France ?

 

Avocat d’affaire à Neuilly. Vous pensez que c’est une expérience unique de la vie sociale française. Recevoir toute la journée des rentiers, des financiers, des vedettes du show-biz, des grands patrons, des fils de familles riches et puissants. Vous êtes leur conseiller, leur confident, leur ami, vous étudiez pour eux contrats et textes de loi, vous leur trouvez des arrangements fiscaux, vous leur faites connaître des investisseurs, des consultants, des experts. Bref, si vous êtes doué, grâce à vous, ils gagnent de l’argent et augmentent leur patrimoine.

 

Vous leur êtes tellement utile qu’à la nouvelle que vous vous lanceriez bien en politique, ils vous font bénéficier de leurs amis, de leurs réseaux, de leurs clubs, de leurs relations.

Vous devenez leur maire et, par la même occasion, leur ambassadeur. Ce sera à vous de faire vos preuves, de poursuivre votre ascension politique en utilisant des méthodes à la fois habiles et déterminées, celles que vos mentors vous auront enseignées.

 

Une fois au pouvoir, vous dirigerez le pays comme un PDG son entreprise.  A force d’en côtoyer, vous en aviez toujours rêvé non ?

Vos électeurs ? A la fois des clients à satisfaire et à séduire, des petits actionnaires à convaincre, des employés à motiver.

 

Vous utiliserez des méthodes de management, de marketing et de communication d’entreprise. Vous vous afficherez avec des femmes que la populace admire quand elle lit Paris-Match chez son coiffeur ou son dentiste.

La réalité est donc terrible. Nicolas Sarkozy n’a pas de conviction hormis celle de conquérir et se maintenir au pouvoir. Il sait que son électorat est sensible à l’ordre et à la sécurité alors il désigne des voyous à empêcher de nuire, des zones à pacifier. Comme par hasard, cela se passe là où son électorat ne se trouve pas ou si peu. Des pauvres, des enfants d’immigrés dans la grisaille des cités.

 

Le calcul est subtil et relève de l'illusion.

 

Le tour de magie est simple: promettre que ces zones n’en seront plus, qu’on pourra y travailler, plus et mieux. Promettre mais ne pas tenir.. 

 

Le truc du prestidigitateur: ne rien faire tout en agitant les lèvres, la tête et les mains dans le but d’exaspérer des gens déjà faibles et fragiles parfois en révolte, dont certains, de plus en plus, se débrouillent aux limites de la légalité ou franchement en dehors.

 

Le truc est vieux comme un sarcophage de pharaon despotique: susciter troubles et désordres et envoyer plus de policiers qui, à force de contrôles au faciès, de gardes à vue et de bavures justifieront leur présence toujours plus massive, toujours plus agressive pour le plus grand plaisir du travailleur qui rêve de s'embourgeoiser. Chaque société fascisante, chaque société coloniale a eu recours à ce genre d'artifice. On désigne un ennemi, on l'insulte, on le provoque. Qu'il se rebiffe et on l'écrase sous les applaudissements de la nation rassemblée derrière son chef...

 

Il faudra bien sûr éviter les émeutes, trop proches d'un soulèvement populaire qui éloigneraient l'opinion de l'idée qu'il s'agit simplement de bandes de voyous. Juste des incidents soigneusement médiatisés pour jouer au dur, au dirigeant qui ne se laisse pas faire et canalise sur sa personne le désir de revanche des français qui s’en sortent juste un peu mieux en se crevant le cul au travail, une revanche ruminée de longue date sur ceux qu’on désigne comme oisifs et parasites, voyous et délinquants. Grâce à Besson, Zemmour et Hortefeux, ils sont facilement reconnaissables avec leur nez croch  teint basané, leur dégaine encapuchée, leur accent vulgaire, leur langage à l'envers, leurs patronymes exotiques, leur religion guerrière, leur musique de sauvages.

 

Il paraît qu’à Paris, dans les dîners, dans les gazettes, y compris celles de la nouvelle gauche, on appelle cela de l’habileté politique… 

 

2012 verra peut-être la réelection de Nicolas Sarkozy parrainé par le FN.

 

La fin d'un monde...

Publié dans politique

Commenter cet article

Cyrille 21/04/2010 04:51


lisez Mircea Eliade, dans ce lien, on dirait qu'il décrit parfaitement TSarko, en accord avec ce que vous dites.
http://newsoftomorrow.org/spip.php?article6203