Sarkozy lance le happy hours sécuritaire

Publié le par Milton Dassier

tesquilaDouble peine pour le prix d'une. Venez, c'est pas cher! Restons unis contre tous les autres!

"T'es qui là ?" et "Roms" pour tout le monde et n'oubliez pas votre carte de fidélité!

 

Mercredi, Sarkozy parlait des roms et des gens du voyage. Aujourd'hui, à Grenoble, il ne parle plus que des roms.

  

Normal, maintenant que l'objectif de communication est atteint. Il fallait faire peur aux gens du voyage qui la ramènent un peu trop au goût du président et satisfaire des électeurs de droite et d'extrême-droite qui ne font pas la différence entre les gitans bien français et les roms de nationalité étrangère. Peu importe la nationalité, des métèques de toutes façons!

  

C'est à croire que Sarkozy s'est entouré de linguistes pour optimiser sa communication.

  

Autre acrobatie linguistique: sa déclaration sur son souhait de déchoir de la nationalité française, les personnes d'origine étrangère qui auraient commis un délit.

  

"D'origine étrangère"? Notion floue qui peut concerner les naturalisés mais aussi ceux, issus de parents étrangers, ayant obtenu la nationalité française par le droit du sol ou encore par le mariage.

 

Le flou est donc particulièrement bien choisi pour donner une impression de grande sévérité tout en se donnant une porte de sortie si le message suscite un tollé contre-productif en matière de communication. Le tollé pourrait venir de l'histoire. En effet, la dernière fois que des mesures aussi radicales avaient été prises, c'était sous Vichy!



Seul petit hic: Sarkozy est lui-même d'origine étrangère, sa femme aussi. Serait-il déchu lui aussi si on lui imputait une part de culpabilité dans les combines financières qui ont peut-être entraîné l'attentat de Karachi?

  

On dira alors qu'on ne parlait que des naturalisés ou des mariés et non des enfants d'immigrés, nés en France si la droite modérée se pince les narines. Ainsi, on ratisse très large à droite. Ou bien pour faire dans la métaphore textile, on taille sur mesure un costume de chef intransigeant mais facilement réversible.

  

Même chose avec les sans-papier qui vont encore en prendre pour leur grade. On estime qu'ils ont encore trop de droits. On laisse entendre qu'ils toucheraient les prestations sociales des français qui travaillent.

Habile cette façon de considérer que les sans-papier sont des parasites qui ne travaillent pas!

 

Et vous verrez que ce genre d'annonces va se multiplier dés la rentrée avec opérations coup de poing et arrestations bien médiatisées. Pauvres flics, ils viennent d'être embauchés à l'insu de leur plein gré pour la campagne électorale de Sarkozy!

 

Les pauvres poulets voient leurs effectifs et leurs moyens diminuer d'année en année et on leur demande encore plus. Travailler plus pour voter plus.. à droite. Voilà le slogan pour motiver la flicaille de banlieue. Une police plus affairée à la protection de l'état et de ses puissants actionnaires qu'à celle du citoyen lambda. 

 

Allez donc porter plainte dans un commissariat parce qu'on vous a cambriolé après vous avoir volé vos clés dans votre poche. On vous répondra que s'il n'y a pas eu d'effraction, on ne prend pas votre plainte! Et si vous insistez, on vous accusera d'avoir été négligent! Véridique!

 

Ainsi, le nombre d'affaires non résolues ne risque pas de grimper ce qui ferait tâche dans le bilan de la politique de sécurité.

 

Mais les électeurs d'extrême droite sont méfiants. Ils ne se contenteront pas de mots, ni même de lois. Des actes et du spectacle!

 

La rentrée va donc être très chaude dans les cités. Perquisitions, arrestations, provocations policières en réponse aux provocations des jeunes, petites émeutes vite circonscrites avec garde à vue pour tout le monde. Voilà le scénario idéal! Sarkozy dira sûrement: "Vous voyez, quand j'agis, ça fait mal!"

 

Et si quelqu'un lui demande pourquoi seulement maintenant, il dira en gros qu'il avait tant à faire avec la crise et les réformes, qu'il a voulu rassembler sur la sécurité au delà des clivages politiques et que mal lui en a prit tant les gens de la "pensée unique", les élus de gauche, les associatifs n'y comprennent rien, que maintenant l'heure est à l'action et tant pis pour les pleureurs.

 

En plus, il y aura un remaniement ministériel en octobre. Alors au revoir Bernard Kouchner, adieu Frédéric Mitterrand et Fadela Amara. Pas d'inquiétude! Vous serez recasés, vous aurez vos pantoufles.

 

On fera une équipe avec quelques personnes de la droite modérée pour le social et avec des gros réacs pour ce qui touche à la sécurité et le reste.

 

Et ainsi, la réforme des retraites, le chômage qui grimpe ne feront plus autant jaser, on pourra se débarrasser de l'encombrant Eric Woerth recasé à la présidence d'un organisme financier.

 

Il ne manquera plus que des tractations secrètes avec le FN tout au long de l'année 2011 pour que la cause soit entendue.

 

Ce sera alors un Happy Hours pour la France de droite:

 

deux Sarkozy pour le prix d'un.

Et ... deux droites pour le prix d'une.

 

Pour les plus téméraires, dégustez avec prudence. Attention de ne pas vomir!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article