Révélation : Jean-Marie Le Pen craint la sodomie et les casinos

Publié le par Milton Dassier

Il ne changera jamais !

Jean-Marie est un homme qui a un sens très personnel de la formule.

On le pensait retiré des affaires publiques, heureux d’avoir su promouvoir sa fille à la tête du FN. On l’imaginait dans son jardin s’occupant de ses roses tout en recevant quelques amis très chers autour d’une tasse de thé ou bien, en train de réfléchir à ses mémoires.

Pas du tout ! Jean-Marie Le Pen adore faie parler de lui avec quelques réflexions de son cru destinées à pavoiser ou provoquer à propos de l’actualité du moment.

Dans une interview à France-Soir, le voici très en verve.

 

Morceaux choisis

 

Savez-vous qu'il y a des villes en France qui sont déjà majoritairement étrangères ? Roubaix, 60 % d'immigrés maghrébins ! Si vous attendez le jour où ça brûle pour en prendre conscience, il sera un peu tard. Vous avez vu les foules en Egypte, en Tunisie, en Syrie ? Le jour où vous avez une foule comme ça qui descendra les Champs-Elysées ! Ce n'est rien, pour eux, à la limite, d'avoir 300.000 personnes. Qui les arrêtera ? Et s'ils descendent les Champs-Elysées, ce ne sera pas pour faire joujou. Par exemple, ils veulent sodomiser le Président. Ils se donnent ça comme objectif : arriver jusqu'à la grille du Coq, l'enfoncer, et ensuite « le » sabrer ? Je répète : qui les arrêtera ?

 

Là, on est dans le fantasme de la horde de sauvages déchaînés prête à tout pour en découdre et laisser émerger ses plus bas instincts, comme des animaux. On notera que chez les animaux, la sodomie est très rare tandis que chez les humains… Comme Jean-Marie a dû avoir peur lorsque la France a gagné la coupe du monde de football en 1998 ! Lui, il n’aurait pas fait dans le détail, il aurait fait tirer dans la foule qui descendait les Champs Elysées non pas pour aller enculer ..euh sabrer le président de la république mais pour fêter la victoire.

 

Franchement, vous imaginez Sarkozy se faisant encul. sabrer par une foule de sauvages d’immigrés ? En tous cas, les dernières déclarations de Jean-Marie Le Pen en disent long sur sa vie intime et ses peurs enfouies !

Jean-Marie aurait-il si peur pour son cul qu’il a laissé sa fille prendre les rênes du Front National et se présenter à sa place?

 

Sarkozy inspire beaucoup l’ancien président du FN.

 

Sarkozy sera-t-il candidat ? Moi, je ne le pense pas. S’il n’est pas en bonne position, il prendra la tangente. Il me fait penser à un type, qui, dans un casino, joue comme un fou. Il mise sur le 5, le 5 sort, il mise sur le 8, le 8 sort. Le lendemain, il revient, il mise sur les mêmes chiffres et il perd tout. Quand vous avez la baraka, tout marche, Quand vous ne l’avez plus, vous vous cassez la gueule…

 

Là, par contre, Jean-Marie Le Pen n’a pas tort. Sarkozy est vraiment comme ce joueur qu’il décrit. Prolongeons l’analogie. Sarkozy a regardé comment les autres ont fait pour gagner en politique et a joué les mêmes numéros. Il réussit et mise en fonction de l’air du temps, de l’actualité : faits divers, défiscalisation des heures supplémentaires, infirmières bulgares, Ingrid Betancourt… Cela marche un peu jusqu’à ce qu’il apprenne que le casino a fait faillite, que des amis très riches ont fait sauter la banque. Et que fait Sarkozy ?

Il continue à miser et en même temps, fait des cadeaux à ses amis joueurs des très beaux quartiers.

Comme il ne sait plus très bien quel chiffre jouer, il observe l’extrême droite qui rafle les mises : immigration, communautarisme, islam, laïcité.

Il observe aussi les centristes et mise sur des mesures sociales symboliques : prime aux salariés, revalorisation du SMIC.

 

Il mise impair et noir sur les dictateurs arabes et autres despotes africains. Puis devant l’énormité de ses pertes, il lance ses jetons bardés de missiles sur les chiffres pairs et rouges de l’émancipation des peuples. Sarkozy est un opportuniste comme tout joueur qui se respecte.

 

C’est peut-être là, le hic de la politique. Avant, on assimilait le jeu politique au jeu d’échecs. Aujourd’hui, la politique, c’est poker, black-jack et roulette.

 

On fait sauter les banques, on fait un coup de bluff pour emprunter quelques jetons supplémentaires pour faire « tapis » avant de tout perdre parce qu’on pensait qu’en face, les adversaires n’avaient pas mieux qu’une paire de co..  deux...

 

 

Publié dans pipoles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article