Référendum en Martinique : dépendance ou autonomie ?

Publié le par Milton Dassier

Je vous fais un topo sur la campagne électorale qui a lieu en Martinique ces temps-ci.

Le 10 janvier, les habitants de l’île se prononceront sur leur avenir institutionnel.

 

Soit rester dans le cadre de l’article 73 de la constitution qui dit que toutes les lois hexagonales s’appliquent exactement de la même façon en Martinique avec des dérogations possible proposées par le gouvernement ou le parlement. La Martinique reste une région comme toutes les régions de l'hexagone.

 

Soit passer dans le cadre de l’article 74 qui donne la possibilité de choisir un statut d’autonomie sans remise en cause des pouvoirs régaliens de l’état, sans remise en cause des  acquis sociaux.

 

Les tenants de l’article 74 souhaitent que l’exécutif martiniquais puisse légiférer localement dans quatre domaines :

 

-          le foncier en contrôlant les produits phytosanitaires utilisés et en interdisant l’acquisition de terres à ceux qui ne résident pas en Martinique depuis plus de cinq ans. L’exécutif martiniquais s’approprierait les domaines qui appartiennent à l’état (littoral, bords de rivière ..etc)

-          Les prix en instituant un observatoire des prix

-          L’éducation en favorisant l’enseignement des spécificités martiniquaises (langue créole, histoire antillaise, géographie caribéenne ..etc)

-          L’emploi, par exemple, en développant certains secteurs porteurs et en promouvant une priorité aux résidents de plus de cinq ans suivant le principe : « à compétence égale, priorité au résident martiniquais ».


A part ces domaines, le droit français et le droit communautaire continueraient de s'appliquer.


On est donc très loin des statuts qu'on trouve en Polynésie française, à Porto-Rico (état associé aux USA) ou dans un état étatsunien comme Hawaï ou l'Alaska.

Cela ne signifie pas de grands changements pour le quotidien et ces demandes semblent parfaitement légitimes du moment que des garde-fous constitutionnels, juridiques, administratifs empêchent toute dérive. Pourtant, tout est garanti par la constitution et la loi française : contrôle des préfets et des chambres des comptes, supervision du gouvernement et du parlement.

 

Malgré cela, la partie n’est pas gagnée pour le 74. Car, il y a du monde à s’y opposer.

 

Il y a ceux qui ont conscience que certaines bonnes affaires seront plus difficiles. Ce sont les gros propriétaires terriens. Jusqu’ici, ils se félicitaient des dispositifs de défiscalisation sur le foncier. Ils aiment la façon dont l’état traînait pour rendre des arbitrages compliqués pour les terres situées sur le littoral. Les prix au m² avaient grimpé et ils pouvaient revendre à prix d’or ou se lancer dans des programmes de construction dont certains associaient des investisseurs métropolitains ainsi qu’une clientèle hexagonale. Avec le 74 et l’ingérence des élus martiniquais, ils craignent une frilosité des investisseurs, de la clientèle extérieure et une dévalorisation de leurs terres. Comme ceux qui ont construit le superbe hôtel du luxe ci-dessous:

http://www.famillemaire.com/martinique/cap-est-lagoon-martinique.jpg



Et laisser pourrir celui-ci (cliquez sur la photo pour plus de détails):

http://jmandre.files.wordpress.com/2009/10/img_1757.jpg?w=500&h=374


 

Les puissances d’argent ont bien compris également qu’elles n’auront plus autant la possibilité de s’adresser directement à un ministre ami pour régler leurs problèmes d’autorisation ou exercer un lobbying efficace auprès du gouvernement ou de la commission européenne.

 

Ces gens font donc une campagne de désinformation avec de gros moyens d’affichage et sans se réclamer officiellement d’un parti politique.

 

Un front commun « anti-autonomie » réunit l’UMP, le PS, et le MODEM à travers ses représentants. Eux aussi, font dans la désinformation.

Leur campagne met l’accent sur cette autonomie comme porte ouverte à une indépendance préjudiciable. Ils sous-entendent que l’état français pourrait revenir sur les acquis sociaux ou sur la parité des prestations sociales, l'Europe sur ses investissements. De quoi faire peur à une population minée parle chômage et la précarité.

 

Bizarrement, le PPM, parti fondé par Aimé Césaire fait campagne dans son coin contre cette autonomie mais en demandant qu’on modifie la constitution pour une autonomie à la carte. Il fait le jeu des conservateurs tout en s’en distinguant.

L’enjeu, ici, est électoral. Le PPM ne cache pas son intention de reprendre le conseil régional aux indépendantistes du MIM. Or, le leader du parti indépendantiste, Alfred Marie-Jeanne, un homme au fort charisme, a déclaré qu’il quitterait la vie politique si les martiniquais se prononçaient contre l’autonomie. Et il n’a pas de successeur de la même trempe.

 

Les partisans du 74 se résument aux partis indépendantistes, aux partis et syndicats de l’extrême gauche ouvrière, aux écologistes et à des factions dissidentes de la gauche autonomiste.

  http://www.vue-turquoise.com/images/location_martinique_14.jpg

La population dans son ensemble a plutôt le cœur qui bat pour le 74 et l’autonomie mais elle est sujette à la peur de l’inconnu, notamment en matière de prestations sociales et d’avenir pour les fonctionnaires qu’ils soient de la fonction publique, hospitalière ou territoriale. Une peur qu’alimentent par tous les moyens les conservateurs.

 

Le gouvernement, qui a proposé ce référendum et les partis nationaux, restent les grands silencieux de ce débat entre martiniquais. Mais les moyens des uns et des autres sont inégaux, le front conservateur du refus ayant infiniment plus de moyens que les autonomistes.

 

Pour en savoir plus sur le plan juridique

 

 

 

 

Publié dans anticolonialisme

Commenter cet article

PROFANE 05/01/2010 21:15


c EST EXTRAORDINAIRE comme vous parlez bien ,d un sujet totalement ignoré....
Le faux choix entre le 74 et le 73...est le même qu entre la peste et le choléra...mis en place et organisé par les "frères de iles "et ils sont nombreux (65 loges)....
Ce que veulent les martiniquais c'est être des Français à part entière versus art 72 de la constitution....et que tous les DROITS et DEVOIRS s imposent à eux...la martinique et la guadeloupe ne
sont pas de prés a disposition du bétails admnistratifs qui viendraintt ici faire du gras et monter de grosses combines...
On veut que les lois et textes de droit s appliquent à tous et toute sans dyscrimination permanente et maçonnique...la seule qui soit.
j ai dits...


Milton Dassier 05/01/2010 23:03


Merci. Je reconnais que je ne suis pas du tout familier des loges maçonniques qui ont la réputation (justifiée?) d'avoir une grande influence sur la vie publique martiniquaise.