Racisme d'hier, racisme d'aujourd'hui

Publié le par Milton Dassier

Quand Jean Moulin contestait les amalgames racistes

 

Voici un texte tiré du journal de Jean Moulin, le célèbre chef de la résistance française.

Celui-ci, au départ était préfet et, initialement, son engagement dans la résistance provient de son refus de pactiser avec les nazis et de cautionner la condamnation à mort de soldats français noirs accusés d'exactions contre des soldats allemands au seul motif qu'ils étaient noirs donc barbares et indignes de vivre.

Il s'est fait malmener et torturer en 1940 pour avoir refusé de signer un document dans lequel il reconnaissait que des soldats noirs avaient commis des actes atroces contre des soldats allemands.

 

 Celui qui était assis tout à l'heure s'est maintenant levé et essaie dans un mauvais français, mais sur un ton plus calme, de me convaincre de l'obligation dans laquelle je suis de signer le « protocole ».

 

Le nazi. - Nous avons toutes les preuves que ce sont vos soldats qui ont commis ces atrocités.

Moi.- Je veux bien que vous m'indiquiez ces preuves.

Le nazi, prenant la feuille qu'il m'a tendue tout à l'heure. Aux termes du protocole, des effectifs français et notamment des soldats noirs ont emprunté, dans leur retraite, une voie de chemin de fer près de laquelle ont été trouvés, à 12 kilomètres environ de Chartres, les corps mutilés et violés de plusieurs femmes et enfants.

Moi. - Quelles preuves avez-vous que les tirailleurs sénégalais sont passés exactement à l'endroit où vous avez découvert les cadavres ?

Le nazi. - On a retrouvé du matériel abandonné par eux.

Moi. - Je veux bien le croire. Mais en admettant que des troupes noires soient passées par là, comment arrivez-vous à prouver leur culpabilité ?

Le nazi. - Aucun doute à ce sujet. Les victimes ont été examinées par des spécialistes allemands. Les violences qu'elles ont subies offrent toutes les caractéristiques des crimes commis par des nègres.

Malgré l'objet tragique de cette discussion, je ne peux m'empêcher de sourire : « Les caractéristiques des crimes commis par des nègres. » C'est tout ce qu'ils ont trouvé comme preuves ! ...[...] 

 

 

 

  

Pour les nazis, nègre voulait dire: capable de crimes atroces.

 

Pour Hortefeux, en appel après une condamnation pour diffamation raciale: "musulmans" veut dire problème de sécurité. "Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup que ça fait des problèmes".

 

Pour le même, grosse mercedes appartenant à un gitan signifie, fraude ou vol probable...

 

Pour Estrosi, "Désormais, il faudra choisir entre être voyou ou être français!"

 

Pour Sarkozy et des parlementaires UMP, roms et gens du voyage , ça veut dire depuis longtemps:

 "...des gens asociaux, aprivatifs, qui n’ont aucune référence et pour lesquels les mots que nous employons n’ont aucune signification. (...) Nous voyons toutes les nuits trois, quatre ou cinq camionnettes de gens du voyage qui viennent sauter - je n’ai pas d’autre mot - des gamines de douze ou treize ans jusque devant chez leurs parents. " (sénateur UMP Dominique Leclerc, séance du 31 juillet 2002 au Sénat)

 

"Comment se fait-il qu'on voie dans certains de ses campements tant de si belles voitures, alors que si peu de gens travaillent?" (Commission des lois de l'Assemblée Nationale, le 10 juillet 2002)

 

Ils ont sans doute vu cette photo et comme à leur âge, la libido décline, le coeur s'assèche et l'esprit fermente sur les frustrations passées..

 

Qu'on soit nazis, fasciste ou sarkozillon, on est dans la même logique comme dans "Le loup et l'agneau"

 

  

 

Publié dans sarkozy

Commenter cet article