Pourquoi le blocus de Gaza est inutile

Publié le par Milton Dassier

Parfois nos amis de la presse américaine lancent des analyses bien plus pragmatiques et éclairantes que n’importe quelle tribune de Bernard-Henri Lévy.

Dans Newsweek, un article explique les vrais raisons du blocus de Gaza.

Et on verra que la contrebande d’armes n’en est qu’un des aspects les moins importants.

 

D’après Newsweek, le contrôle par mer de l’entrée d’armes à Gaza est une chose aisée pour le marine israélienne et ses services de renseignement. Le blocus maritime pour ce prétexte est donc inutile.

 

Le blocus concerne également les points d’entrée terrestre et là aussi, il est facile pour les israéliens de vérifier les cargaisons dans les voitures et les camions.

 

Alors pourquoi ce blocus sur presque tout ce dont les gazaoui ont besoin ?

 

La vérité est simple, il s’agit d’affamer les gazaoui et susciter des troubles, des émeutes, qui remettraient en cause la main mise du Hamas sur Gaza. D’ailleurs, chose étrange, le blocus concerne les entrées mais aussi les sorties de marchandises. Ce qui signifie que les gazaoui ne peuvent pas faire sortir une seule marchandise produite à Gaza. De quoi asphyxier l’économie toute entière.

 

Sauf qu’Israël a tout faux. Non seulement, les gazaoui tiennent le coup tant bien que mal sans doute grâce à des réseaux de solidarité internes comme il s’en créé souvent en temps de guerre mais ils ne semblent pas tenir rigueur au Hamas de cette situation, ce qui indique que le Hamas est respecté comme groupe de résistance.  Sans doute, le Hamas fait-il preuve d’autoritarisme pour empêcher toute contestation, c’est le cas n’importe où en période de guerre et de pénurie.

 

Le Hamas s’en sort très bien avec les tunnels clandestins. Il prend une taxe sur tout ce qui rentre par les tunnels et comme ce sont les seules voies d’approvisionnement, on peut dire qu’Israël participe à l’enrichissement du Hamas sur le dos des gazaoui !

 

Une véritable économie de pénurie et de guerre trouve ainsi un certain équilibre et ne pousse pas les gazaoui à la révolte.

 

Ce blocus est donc un échec complet pour les apprentis sorciers du gouvernement israélien. Et il aura fallu neuf morts pour que la communauté internationale s’en rende compte.

L’occident s’est discrédité en laissant faire, en ne criant pas aux israéliens casse cou.

Un occident affaibli sur le plan économique et, militairement, aux abois en Afghanistan.

Un occident et la France en particulier, qui soutiennent cette politique qui vise à affamer le peuple de Gaza.. Que de chemin parcouru depuis la sortie tapageuse contre Israël de Chirac à Jerusalem !

 

Un occident qui reste sur une ligne paranoïaque de défense préventive avec tout ce que cela comporte d’arbitraire et de possibilités d’erreur.

 

 

C’est bien cela que de nombreux chefs d’état ont compris, de l’Amérique Latine à la Chine en passant par les pays arabes et l’Inde. Les idées anticolonialistes ont évolué. L’occident n’est plus vraiment pris au sérieux..

 

Mao avait raison quand il disait qu’au fond les puissances occidentales étaient des tigres de papier.

 

Publié dans international

Commenter cet article