Peut-on défendre la liberté d'expression de Dieudonné?

Publié le par Milton Dassier

Hier, je suis tombé sur une émission culturelle dans laquelle on fait la promo d'un homme politique. C'était Jean-François Copé chez Frantz-Olivier Giesbert sur France Télévisions.

Rien de bien intéressant sauf quand, avec un journaliste, Laurent Joffrin, et des caricaturistes (Plantu, Cabu, Jules), il débattit de la liberté d'expression en France.

Pour Copé, tout va bien, et habilement, il suggéra aux inquiets de se rendre à l'étranger, ils verront à quel point la France est un petit paradis pour la liberté d'expression.

Laurent Joffrin abonda à peu près dans son sens en regrettant les pressions du pouvoir sur la presse. Seul Plantu parla de graves menaces à la démocratie sans pouvoir vraiment développer tant il fut interrompu...

Mais Plantu, malgré sa franchise, aurait-il défendu la liberté d'expression de Dieudonné comme ça en direct à la télé?

Au même moment, on apprend que l'artiste Dieudonné éprouve les pires difficultés à pouvoir exercer son métier qui consiste à s'exprimer dans des sketchs d'humour sur des sujets de société variés dont certains avec un aspect politique.

On a tenté d'interdire à son public de se rendre à son spectacle à Lille et ailleurs y compris dans son bus. Interdire un spectacle, c'est une interdiction à tout un public de vouloir voir un artiste Voilà en quoi la liberté de Dieudonné concerne tout le monde. 

L''humoriste pense que la liberté d'expression est quelque chose de sacrée et qu'elle va de pair avec la liberté et la maturité du public. Donc, la sienne et celles des autres, sacrée et non négociable; y compris pour les pires des salauds!  Et ça, c'en est trop pour ceux qui se donnent bonne conscience à peu de frais et en vivent parfois! 

Alors, il se produit dans un grand bus sur un parking quand il ne peut pas se produire dans une salle de spectacle à cause du refus des autorités préfectorales ou municipales.

Puis, il y a, à Lyon, le spectacle au "Transbordeur" ce soir. spectacle qui affichera complet malgré les pressions sur la mairie et la préfecture de la part d'organisations antiracistes qui ne savent même pas de quoi est fait le spectacle. Le succès d'un artiste aussi décrié, prouve que ce qu'il a à dire, vaut d'être écouté et qu'un public qui choisit d'aller le voir fait preuve de maturité et de courage... Il y a des antisémites parait-il dans le public de Dieudoné. En quoi, est-ce un problème? Il y a sûrement des néo-nazis parmi les supporters du PSG comme il y avait peut-être des pédophiles parmi les spectateurs des concerts de Chantal Goya.

L'antiracisme a bon dos et je dirais même que les antiracistes utilisent les mêmes armes que les racistes : l'intolérance, l'intimidation, la violence...

Et puis aujourd'hui même, rebelote, le préfet de Grenoble interdit le spectacle de Dieudonné pour risque de trouble à l'ordre public. Incroyable, le moindre match de foot de 20.000 spectateurs peut donner lieu à des débordements parfois graves et violents de supporters bourrés ou de hooligans mais ce ne serait rien à côté d'un spectacle de Dieudonné dans une salle moyenne de 900 places !

C'est un truc horrible que de voir des gens agir au nom des droits de l'homme et les fouler au pied dés lors que cela ne va pas dans leur sens idéologique en alertant des préfets qu'ils ne fustigent même plus pour leur politique du chiffre à propos des sans-papier ou les brutalités policières ciblées..

Quand ils ne servent pas de relais complaisants à l''idéologie sioniste, ils ont tout simplement une vision sanitaire de l'antiracisme. Eradiquer ceux qu'ils considèrent racistes comme des bactéries tueuses, comme des virus menaçants en invoquant une sorte de salubrité publique, en instrumentalisant les tribunaux, les maires et les préfets pour une campagne de vaccination idéologique. 

Les organisations antiracistes qui attaquent Dieudonné agissent plus comme les ligues de vertu de l'ancien temps que comme des organisations respectueuses de la démocratie. Elles défendent une forme de censure au nom d'une je ne sais quelle moralité. Elles raisonnent de façon manichéenne en qualifiant de racistes tous ceux qui ne sont pas antiracistes. C'est bien méconnaître le problème du racisme en fait.

Elles partiicipent sans l'admettre à un vaste nettoyage culturel destiné à promouvoir une idéologie moderne de l'identité européene: Mettre fin aux positions extrêmes et radicales qui pourraient conduire à une forme de totalitarisme.

Une idéologie insidieuse mais assez consensuelle conçue au nom de l'enfantement par l'Europe des deux idéologies qui conduisirent à l'effondrement du vieux continent et d'une partie du monde : le nazisme et le stalinisme. Lutter contre une résurgence possible du nazisme, cela passe par une bienvillance vis-à-vis de l'idéologie sioniste. Lutter contre une résurgence possible du stalinisme, cela veut dire lutter contre les révolutionnaires.

 Cela explique parfaitement le fleurissement des idées à propos de l'existence d'un antisémitisme rouge brun, car on part du principe que si on remet en cause l'état démocratique, c'est qu'on est tenté, consciemment ou non, par une forme de totalitarisme, C'est une vision angélique de la démocratie!

L'angélisme démocratique est même exploité comme une arme sans appel. On dit souvent qu'un pays démocratique est un pays qui protège ses minorités. Or que font certains états en se montrant plus que bienveillants vis-à-vis des représentants d'associations d'une communauté qui a beaucoup souffert en Europe?
Celui qui s'oppose et critique cette mission protectrice, cette singularité voulue comme une expression de l'attachement des gouvernements à la démocratie, sera vu comm un extrémiste et un antisémite. Avec ça, avec une bonne com', on peut "fusiller" n'importe quel gus!

On en arrive ainsi à un totalitarisme démocratique par consensus. Et c'est bien ce que les ennuis de Dieudonné mettent en évidence. Jean Bricmont en parle dans un article récent, et cite abondamment les attaques contre Dieudonné pour illustrer certaines dérives qui utilisent des amalgames pour arriver à leurs fins .

Dans ces conditions, on comprend aisément que la liberté d'expression est déjà très encadrée. Même s'il l'avait voulu, au fond, Plantu n'aurait pas défendu la liberté d'expression de Dieudonné de peur de perdre la sienne par le scandale que cela aurait suscité. Et comme le propre de tout artiste c'est d'avoir un public, on le comprend. Il faut s'appeler Dieudonné pour se tirer une balle dans le pied et afficher un grand sourire..
 
Alors, un homme public peut-il s'exprimer à propos de la liberté d'expression de Dieudonné? Non , malheureusement. Cela prouve que cette liberté d'expression est bien malade en France.

Heureusement, un anonyme, un sans grade comme moi - et d'autres -  peut encore le faire et regretter d'avoir à le faire.

Jusqu'à quand?

Publié dans liberté d'expression

Commenter cet article

maurice 25/10/2009 18:35


La liberté d'exprèssion est un droit pour tout le monde mais cela n'est à priori pas le cas pour Dieudonné .Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil n'est malheureusement pas le cas .


maurice 25/10/2009 10:56


Il faut savoir dans quel camp nous nous plaçons et qui nous defendons.


Milton Dassier 25/10/2009 12:45



La liberté d'expression est un droit et n'appartient à aucun camp.



Enezeneg 25/10/2009 08:58


Par Enezeneg
Là où il ya de iles...
Nous y étions entre amis ce mercredi soir place de la Gare à Rennes...
La session de rattrapage de 19h30 comme on dit...
Trop court, l’artiste avait presque les larmes aux yeux... Si, Si, Si...
On se serai cru dans le métro à Paname lorque nombre d’artistes dressent le rideau eux aussi et expriment les choses...
Un bon moment où les personnages furent vrais... De bonnes interpellations sur l’âme humaine... Chacun s’y retrouvera...
Il nous manquera plus de temps de spectacle et d’avantage d’échanges avec l’artiste et sa troupe...

Soyez pardonnés tous les trimards qui n’osent même pas s’affranchir des subventions des Bobos locaux et promouvoir la liberté d’expression !!!

Fin du spectacle, un autre commenca dehors avec des guignols se trompant de cible, manifestant" contre l'artiste, incapables du moindre dialogue et arguant que le fascisme était de retour à
Rennes... Un peu de CNT, un peu de Sud, France Palestine, des gens persuadés d’être à la garderie se comportant en donneurs de leçon au travers d’une autre forme de pensée unique...
Leurs vrais ennemis étaient pourtant ailleurs... Mais ils aiment peut-être aussi les quenelles ???

Dédicaces aux amis (ies) capables de se barrer et de faire les cons à Nantes près de Marcel Saupin ou à la Cité pour assister aux spectacles précédents...

Bonnes vacances...

Ps : Mr MBala Mbala, la ZUP espère avoir du temps pour discuter avec toi des enjeux qui nous animent...


Milton Dassier 25/10/2009 12:56


Les antifascistes sont dans un film pour ciné-club : les années 30-40, les années 70-80. Ce sont leurs seules références. Ils n'ont pas compris que leur antifascisme ne vaut plus gran,d
chose puisque les fascismes sont morts en Europe. Ils n'ont pas compris que l'évolution du monde nous ramène à la dichotomie dominant/dominé où le dominé n'a le choix qu'entre rester dominé ou
chercher à dominer à son tour voire se battre pour dominer les dominants qui l'oppriment. Et là, ces "antifascistes" là n'ont rien à proposer comme forme de lutte. Dieudonné, c'est leur chat à
poursuivre en meute en aboyant très fort. Bref, dans l'antifascisme tout comme dans l'antiracisme, on tourne en rond et on tourne le dos à la liberté.


maurice 24/10/2009 22:28


Comme le dit Dieudonné la France est devenu une colonnie Israelienne avec un système politique semblable .Nous comprenons mieux cette propagande de journalistes à la botte du CRIF, LA LICRA ET SOS
MES BALOCHES et tous ces pions sans couilles qui interdisent dieudonné.


Milton Dassier 25/10/2009 02:08


Je ne suis pas sûr que Dieudonné le dise comme vous..