Pas de débat sur la binationalité, Sarkozy fait sa com sur Gilad Shalit

Publié le par Milton Dassier

Il y a quelques jours, Claude Goasguen laissait fuiter dans la presse une proposition de loi concoctée par ses soins (et Manuel Valls) sur la binationalité. Le débat public allait naître dans une certaine confusion. La proposition visait à restreindre les possibilités d’acquérir la nationalité française tout en en gardant une autre et d’obliger tous les binationaux à choisir une nationalité et renoncer à l’autre.

 

A l’heure de la mondialisation et de la mixité, ceprojet ne manquait pas de surprendre au bout de la plume d’un baron de l’UMP. On en est plus à une tentative près de séduire les électeurs vieux et fascisants du FN dont la plupart ont vécu les guerres d’indépendance, la fin de l’empire colonial et, pour certains, l’embrigadement fasciste pendant la période de Vichy !

Et puis, comme par magie, au bout de quelques jours, Claude Goasguen et l’UMP faisaient marche arrière sans vraiment défendre leur position.

 

Les dirigeants de l’UMP, Copé en tête, se prononçaient contre. Carrément !

 

Alors ne cherchez pas très loin ce qui a motivé ce demi-tour, cette retraite. D’abord, il y a les électeurs « français de l’étranger » pour lesquels on a créé, dans le but de les représenter, dix postes de députés. Or, il se trouve qu’à côté des expatriés et des coopérants, il y a un grand nombre de binationaux « autochtones ».Par exemple, au Liban, en Israël, en Europe, au Maghreb. Et ils seraient plutôt favorables à l’UMP.

 

Et puis, il ne fallait surtout pas rompre l’unanimité sur le soutien de la France à Gilad Shalit ! C’est en ce moment le triste anniversaire de sa captivité : cinq ans dans les geôles des extrémiste palestiniens.

Or Gilad Shalit est franco-israélien tout en étant toujours caporal dans l’armée israélienne. La loi est claire, il a acquis la nationalité française tout en gardant la nationalité israélienne. Une acquisition qui pourrait faire débat étant donné que Gilad Shalit l’a obtenue par la filiation de sa grand-mère paternelle auprès du consulat de France de Jerusalem.

 

Débat si on se réfère au rapport de l’UMP Claude Goasguen.

 

Gilad Shalit n’a jamais mis les pieds en France ! Il est militaire dans l’armée israélienne.

Le père de Gilad Shalit ne parle pas français au sens où l’entend Claude Guéant

 

Il y a fort à parier que Gilad Shalit ne le parle pas non plus toujours au sens où l’entend Claude Guéant.

 

Le père de Gilad Shalit, français lui aussi, a porté plainte en France pour kidnapping de son fils cinq ans après les faits. Quelle réactivité ! Il doit vachement avoir confiance dans la justice française .

 

 

Et quelques jours plus tard, Nicolas Sarkozy a envoyé une lettre à Gilad Shalit et l’a fait savoir. Il ne fallait pas qu’il y ait le moindre couac, le vote juif c'est important pour Sarkozy !

 

On peut être sûr que la proposition de Claude Goasguen reviendra dans le filet garni de l’UMP lors de la campagne présidentielle…

 

On parie ?

 

Publié dans politique

Commenter cet article