Nouvelair Tunisie a-t-elle profité de la bienveillance de ses amis du gouvernement français ?

Publié le par Milton Dassier

Sur Voltaire.net, Thierry Meyssan se pose la question des liens entre Michèle Alliot-Marie et le clan Ben Ali. Il se demande si l’affaire qui aboutit à la démission de MAM n’est pas la partie émergée d’un iceberg de corruption.

 

MAM se prétend une grande amie d’Aziz Miled, une amitié qui concernent même ses parents. On peut se demander comment de tels liens ont-ils pu se nouer.

 

Meyssan émet l’hypothèse que le gouvernement français aurait permis à la compagnie Nouvelair Tunisie d’Aziz Miled et de Belhassen Trabelsi, d’acquérir des avions français civils. Il évoque le cas d’un airbus suréquipé qui serait l’un de ceux qu’utilisait le président de la république française avant de faire réaliser son fameux Sarko one.

 

On trouve aussi la trace d’un A340 flambant neuf livré par EADS à la Tunisie en janvier 2010 pour la modique somme de 300 millions de dollars et destiné aux déplacements de Ben Ali.

Le contrat a été signé lors de la visite à Tunis du président français en 2008, contrat qui comprenait également 16 Airbus pour la compagnie nationale Tunis Air.

 

Il y a une autre possibilité qui complète l’hypothèse de Meyssan.

 

La compagnie d’aviation Nouvelair Tunisie, possédée conjointement par Belhassen Trabelsi et Aziz Miled, le grand ami de MAM, a bénéficié d’une fusion entre Karthago Airlines de Trabelsi et Nouvelair d’Aziz Miled.

Cette fusion fut réalisée en 2008 sous les auspices de la compagnie financière Edmond de Rotschild.

Les deux compagnies coopéraient déjà ensemble depuis 2003 et s’étaient spécialisées dans les charters touristiques.

Avant l’année 2008, l’année de la fusion, Karthago Airlines s’était vu menacée d’être sur la liste noire de l’Union Européenne concernant les compagnies aériennes qui n’entretiennent pas leurs avions et font voyager leurs passagers sur des avions poubelles.

  • En août 2005, à Paris, les passagers d’un vol pour Djerba refusent d’embarquer car ils s’aperçoivent qu’ils vont voyager sur un Airbus A300 loué à la compagnie turque Fly Air de sinistre mémoire.
  • En février 2006, les 141 passagers d’un vol Djerba-Paris sont pris de panique, de malaise et de vomissement après des incidents décrits par certains comme un début d’incendie électrique.

 Nouvelair était aussi sur la sellette avec des incidents et des rapports peu favorables de la DGAC.

  • En octobre 2006, un Airbus A321 perd une roue avant lors d’un atterrissage d'urgence à Genève
  • En novembre 2006, un Airbus A320 doit interrompre son décollage sur le tarmac du même aéroport à la suite de la découverte d'une fuite de kérosène au niveau de l'aile droite ;
  • En décembre 2006 : un Airbus A320 atterrit par erreur sur l'aérodrome militaire de Teleghma (Algérie) alors que l'appareil devait se poser sur l'aéroport de Sétif (Algérie);
  • 

Ci dessous, une vidéo amateur sur l'aéroport de Hambourg montrant un avion de Nouvelair n'arrivant pas s'arrêter normalement.

 

 

Nous sommes à l’époque où des crashs aériens et des incidents graves concernent des compagnies de charters touristiques un peu partout dans le monde.

 

En fusionnant, la nouvelle compagnie Nouvelair Tunisie, obtiendra un partenariat avec EADS pour la fourniture d’avions et leur maintenance technique. La compagnie se retrouvait avec des moyens plus importants et un quasi monopole sur le marché du tourisme aérien en Tunisie. Grâce à ce coup de pouce, la compagnie a pris de l’envergure et dessert désormais toute l’Europe, du Portugal jusqu’à la Russie.

Encore fallait-il obtenir la bienveillance de l’Union Européenne et ne figurer sur aucune liste noire

 

A quel prix ?

Publié dans international

Commenter cet article