Mosquée profanée : Le maire UMP de Castres n’a pas condamné l’acte raciste

Publié le par Milton Dassier

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2008/08/20/200808201083_zoom.jpgJe parlais de dérapages à propos du débat sur l’identité nationale. Des dérapages avec sortie de route qu’on justifie par le brouillard des médias ou l’erreur technique : « C’est pas moi M’sieu l’agent, c’est la voiture qui a un problème. Ma conduite est bonne, je n’ai jamais d’accident habituellement, j’ai même un bonus de 40% sur ma police d’assurance. »

 

Nadine Morano, Brice Hortefeux, tous nous ont fait le coup du malentendu, des propos sortis de leur contexte, de l’erreur d’interpération. Bref, on connaît la musique par cœur maintenant.

 

Là, je vais vous parler d’un truc nouveau. Il y a quelques jours, la mosquée de Castres a été profanée de façon très barbare par un groupe d’individus bien organisés. Tags, destruction de matériel et morceaux de cochon accrochés sur les portes. Et tout ça, juste après la tenue du débat sur l’identité nationale à la mairie de Castres et le vote contre les minarets en Suisse.



Quelques photos grands formats publiées sur Mediapart de Mickaël Hadgenberg  ici , ici et ici.

Beaucoup ont condamné l’acte raciste, à l’UMP comme ailleurs. Beaucoup sauf le maire UMP de Castres, Pascal Bugis. Il a simplement déclaré ceci : « «A chaque fois que l'on s'attaque à un symbole, c'est intolérable. Je ressens pour ma part la même chose lorsque j'entends, par exemple, que l'on siffle la Marseillaise. C'est du même niveau. Nous avons à Castres des tagueurs, qui expriment leurs haines de différentes manières. Et quand on touche aux symboles, cela fait très mal.»

 

Vous avez bien lu. Pour lui, ça n’est pas plus grave que La Marseillaise sifflée. Evacué le caractère raciste, évacué le délit d’atteinte aux biens.

Dans ce cas, allons taguer la mairie de Castres et laissons des abats d’animaux bien en évidence sur les portes.

 

 

Car, pour le moment, il n’est pas interdit de siffler un hymne puisque cela relève de la liberté d’expression. Taguer un lieu de culte, le souiller pour des raisons racistes relèveraient de la liberté d’expression selon le maire. Il dirait sûrement que c’est idiot mais, je pousse son  raisonnement jusqu’au bout.

 

Ce qui est incroyable est que Castres n’est pas le siège de tensions communautaires et la délinquance n’y bat pas des records. Tant mieux, cela prouve que la ville est bien tenue. Mais, alors, quel est le but du maire ? Il serait proche de Philippe de Villiers et ses adjoints appartiennent au parti très à droite du vicomte, il serait donc un de ces types de droite qui fraye avec des transfuges d'extrême droite et leurs idées sans le dire franchement.

 

C’est très tendance à l’UMP en ce moment…

 

On a donc là, un nouveau type de « dérapage » : le slalom maîtrisé sur route boueuse avec clin d’œil s’il vous plait.

 

Du grand art !

Publié dans racisme et xénophobie

Commenter cet article