Mediator : Principe de précaution contre principe de profitation

Publié le par Milton Dassier

Voici le scandale qui va mettre la droite et la gauche d’accord

 

Il semblerait que l’UMP ait envie de mouiller la gauche dans le scandale du Mediator. Le ministre de la santé, Xavier Bertrand, veut toute la lumière sur cette affaire où il est mouillé et

Sarkozy va en parler au conseil des ministres demain. Une stratégie médiatique s’échafaude-t-elle à droite ?

 

En réalité, les sarkozistes ont autant à y perdre que la gauche.

 

La droite largement mouillée, la gauche éclaboussée

 

En effet, de 1998 à 2002, les autorités sanitaires placées sous des ministres de la santé de gauche ont ignoré les signes annonciateurs de graves problèmes de santé publique que posait la distribution du Mediator.

La Suisse avait interdit le Mediator dès 1998…

Trois professeurs de la sécurité sociale avait averti les autorités sanitaires des dangers potentiels du médicament là aussi en 1998.

 

Sauf que d’autres évènements auraient dû alerter les autorités sanitaires après 2002, c'est-à-dire sous l’autorité des ministres de la santé de droite : J-F Mattéi, Philippe Douste-Blazy, Xavier Bertrand, Roselyne Bachelot…

L’Espagne a interdit le Mediator en 2003, l’Italie en 2004…. En 2006, une commission recommandait de dérembourser le médicament ce que Xavier Bertrand ne fit pas !

 

Est-ce que vous savez que Jacques Servier, président des laboratoires Servier qui fabriquent le Mediator, est membre du premier cercle des donateurs de l’UMP ?

Est-ce que vous savez que Jacques Servier a reçu la légion d’honneur des mains de Nicolas Sarkozy en 1998 ?

 

Le lobbying en question

 

Mais accuser des ministres ne servira pas à grand-chose. C’est le lobbying qui est en cause dans cette histoire.

Le lobbying des industriels qui, à coup de rencontres avec des élus, des parlementaires, des hauts-fonctionnaires obtiennent des privilèges fiscaux, commerciaux, juridiques.

Mais aussi, le lobbying des visiteurs médicaux, qui à coup de formations médicales continues bidons, de cadeaux obtiennent que des médecins prescrivent un médicament hors du cadre de sa mise sur le marché. Le Mediator était classé comme anti-diabétique, mais prescrit comme coupe-faim pour maigrir alors qu’il a tout d’une amphétamine en réalité.

 

Le lobbying, le règne de l’argent, les privilèges d’une caste issue de Sciences-Po et des grandes écoles, les contournements de la loi, les législations sur mesure. Le sarkozisme dans toute sa splendeur ! Il n’y a qu’à voir la façon dont J-F Copé vient de défendre l’impunité de ses collègues députés fraudeurs !

 

Le lobbying : pilier central du sarkozisme

 

Quand on dit que le sarkozisme fait la part belle au communautarisme, c’est une erreur. Il favorise les lobbies qu’ils soient communautaires ou non. Il favorise les privilégiés du moment qu’ils sauront renvoyer l’ascenseur le moment venu.

 

La réalité est que le sarkozisme a repris des mécanismes bien français où les puissances d’argent et leurs agents d’influence font la pluie et le beau temps. N’oubliez pas qu’aux Antilles, le scandale du Chlordécone a été dénoncé très tôt mais que l’interdiction de ce pesticide a été très longue à venir, vingt ans de pollution des terres, vingt ans de risque sanitaire. Le lobby des planteurs antillais très bien organisé avait fait ce qu’il faut avec les hauts fonctionnaires de gauche et de droite… Un lobby qui a toujours eu ses entrées à l’Elysée !

 

La Françafrique façon Sarkozy, c’est le lobbying érigé en mafia d’état dans la droite ligne de de Gaulle, Giscard, Mitterrand et Chirac. Contrats, profits, détournements de fonds et dissimulations en tout genre grâce à l’opacité des circuits financiers internationaux.

 

Finalement, que pèsent ces 2000 morts sur la société française ?

 

Le Mediator a permis à une partie de l’industrie pharmaceutique de faire des bénéfices, d’exporter, de maintenir des emplois..

Le Mediator a tué 2000 personnes vite remplacées à leur poste de travail de toutes façons et s’il y avait des retraités parmi elles, c’est toujours ça de gagner pour les comptes de l’assurance-vieillesse.

Les gouvernements invoquent le principe de précaution quand ça les arrange, juste pour leur image dans l’opinion, mais on le voit, ce principe ne pèse pas très lourd face aux desiderata des lobbies. Après tout, si le Dr Irène Frachon n’avait pas réalisé une étude et révélé la nature du scandale, tout cela serait passé inaperçu.

 

On se retrouve dans une situation complètement dingue. Quatre cent millions d’euros furent dépensés par l’état pour des vaccins inutiles sur la seule foi de quelques morts de la grippe A dans le monde et d’un rapport de l’OMS mais on a laissé sur le marché un médicament dangereux pendant vingt-quatre ans malgré un risque mortel et des morts mal répertoriés par ceux qui avaient en charge cette mission !

 

Préserver les profits des grands groupes même si des individus y laissent leur peau mais

dépenser l’argent des français au nom du principe de précaution. On vous protège s’il le faut avec votre argent mais on protège d’abord et avant tout les profits des laboratoires pharmaceutiques, des industriels et des banques.

 

C’est le principe de profitation ! Mutualiser les risques mais pas les profits.

 

Soyez sûrs qu’on abordera pas la question sous cet angle mais sous un angle médiaticopolitique.

 

Noyer le poisson pour sauver les requins

Ce scandale créera une polémique qui obligera la gauche de gouvernement dans une position défensive ce qui la confinerait dans une posture bien loin de celles, conquérantes, de la dénonciation de l’affaire Woerth-Bettencourt et de l’affaire Karachi.

 

La presse se mobiliserait sur cette histoire publiant les réactions des uns et des autres pendant des semaines jusqu’à ce que un juge d’instruction soit tardivement nommé pour s’occuper du dossier.

 

La presse qui peut se mobiliser des jours et des jours pour 20.000 personnes bloquées dans des aéroports enneigés, alors, imaginez si des politiciens s’étripent à cause de 2000 morts.

 

Et pendant ce temps, on ne parle plus des magouilles de l’UMP, on ne parle plus du chômage, des délocalisations, du bouclier fiscal, ni même de l’échec de la politique sécuritaire….

Publié dans opinions

Commenter cet article

moi 21/12/2010 22:00


ca rapelle pas le probleme du CLORDECONE AUX ANTILLES ,,,,,??????????

mêmes pratiques mêmes moeurs....servier est il FM ?????????