Mauvaise blague à Copenhague: L'Europe et la France humiliées

Publié le par Milton Dassier

http://www.kysban.fr/images/billet_0910/cornet-rechauffement.jpgLe débat sur l'identité planétaire vient de tourner court. Tout ce cinéma pour rien.

En réalité, qu'il soit compris que, pour les dirigeants de la planète, la planète ne vaut pas pas une caisse ....de banque. Pour sauver le système bancaire, ils savent se concerter, pour l'économie aussi bien souvent, mais la planète et son écologie, c'est autre chose...


Les grands pays du monde n'ont pas réussi à s'entendre. Tous les espoirs étaient permis. Le sommet avait été préparé en amont par des experts, des sherpas spécialistes des questions climatiques. Certains s'agitaient pour obtenir des résolutions contraignantes : Lula, Brown et même Sarkozy.


Tout s'est joué entre les USA et la Chine. L'Europe a beaucoup parlé mais, désunie, elle fut éclipsée facilement par un Obama qui tenait ainsi à montrer que ce sont les suzerains qui décident, pas les vassaux.


En fait, les USA et la Chine se tiennent par la barbichette du dollar. A court ou moyen terme, la Chine est sur le point de prendre le leadership de l'économie mondiale.

Ses réserves en dollars sont considérables. Elle peut peser sur le cours du billet vert, en les revendant sur le marché, et pourquoi pas, faire en sorte que celui-ci ne soit plus la monnaie de référence. En matière économique, ce qui est mauvais pour l'un l'est pour l'autre et réciproquement..


Un accord contraignant sur le climat les contraidraient tous les deux à ralentir leur course vers la croissance. Or, les Etats-Unis ont absolument besoin de relancer leur machine économique. En matière d'économie verte, seule l'Europe et quelques autres sont prêts. La Chine n'a pas envie de devoir importer de nouvelles technologies alternatives au charbon, au gaz et au pétrole dans lesquels elle a énormément investie. Elle préfère les fabriquer une fois amortis ses investissements dans les énergies fossiles, voire les vendre aux pays en voie de développement, aux pays pauvres..


On voit bien ce qu'avaient en tête les européens: prendre le leadership de l'économie verte et du nucléaire avec des financements internationaux et l'aval de l'ONU au grand dam des pays producteurs et gros consommateurs de pétrole.


Le plan européen était bien préparé mais il y eut un hic en plus de cette alliance d'intérêts entre la Chine et les Etats-Unis.

Une Europe sans leader devient automatiquement une sorte de conglomérat de puissances petites et moyennes. Un GIE..


A Copenhague, qui avait l'autorité, la légitimité pour négocier au nom de toute l'Europe? La Suède, présidente de l'Europe en ce moment? La commission? Le tout nouveau président Van Rompuy? Merkel? Brown? Sarkozy?


Copenhague, finalement, c'était un peu comme une assemblée générale de copropriétaires dans une résidence pavillonnaire. Et comme bien souvent, les gros propriétaires sont souvent les plus conservateurs surtout quand on leur demande de renoncer à leur coûteuse fosse septique dernier cri pour investir dans un raccordement au tout-à-l'égout ou de ne pas brûler leur déchets de jardins et de les recycler.


Copenhague n'a donc même pas réussi à faire voter un règlement intérieur ! Quant à nommer un syndic...


La vaste blague est pour les dirigeants européens. Vous vous rendez compte, ils ont organisé le sommet chez eux, ils ont énormément communiqué sur son importance, ils se sont démenés ...pour rien.


La conclusion : l'Europe politique n'existe pas, on en a une preuve incontestable. La voix de la France ne vaut plus grand chose. Elle a des choses à dire mais, l'important est de se faire entendre et, dans ce genre d'affaire, l'influence n'est pas liée à la tchache du commercial mais à l'importance de son pays dans le concert du monde.
Economiquement, la France est une filiale des Etats-Unis, tout juste un membre influent de sa direction pour l'Europe. C'est tout !


Politiquement, la France est un vassal des Etats-Unis, un duché de l'empire tout comme la Grande-Bretagne et l'Allemagne.

Pour ceux qui en douteraient, sachez que l'accord final s'est négocié entre cinq pays : les Etats-Unis, la Chine, l'Inde, l'Afrique du sud et le Brésil. Chacun étant censé parler au nom de ses amis et alliés.

Et la France? Et l'Europe dans tout ça? Dans sa conférence de presse de vendredi, Obama n'a pas eu un mot pour l'Europe, il s'estjuste contenté de saluer les efforts de SES alliés...

Publié dans international

Commenter cet article

goc 20/12/2009 11:22


Salut Milton

pour moi, il y a aussi un point important qui a été traité trop discrètement, c'est le refus par la Chine du contrôle par une agence internationale
Ce qui est important c'est une fois de plus l'arrogance de l'occident qui croyait pouvoir refaire le coup de l'AEIA, et de ses agents CIA inflitrés. L'occident qui pensait que la Chine allait
accepter de voir ses industries controllées par une pseudo agence de lutte contre la pollution, en realité une officine destinée a controller le developpement des pays non occidentaux.
Quand on sait ce que fait l'occident de ces agences, soit en les imposants aux autres (comme pour l'Iran) soit en les refusant pour soi (comme pour israel), et je ne parle pas des manipulations de
rapport comme lors de la 2eme guerre du golf, et encore moins de la façon qu'a ce même occident à s'assoir sur des rapports défavorables quand ces officines ont le malheur de faire leur
travail.
Comment l'occident a-t-elle pu croire un seul instant que la Chine allait accepter ce genre de méthodes digne du pire colonialisme. Et surtout quelle chance pour les pays en voie de développement,
car ne nous y trompons pas, si la Chine avait accepté, "on" aurait pu imposer cette officine a tous les pays qu'on aurait voulu contrôler.


Milton Dassier 20/12/2009 14:51


Très intéressant. Et vous avez raison, la Chine comme la Russie d'ailleurs, ne s'abaisseront jamais à se laisser contrôler par une agence onusienne.


dgidgi 20/12/2009 07:12


Je ne suis pas d'accord avec vos visions pessimistes sur ce qui s'est accordé à Copenhague.
Je vous assure que les températures de -10° que nous avons sur notre bonne France métroploitaine ainsi que les couches de neige successives qui s'abattent sur le pays montrent bien que les
politiques sont écoutés par la météo : le réchauffement n'a qu'à bien se tenir.


A2N 19/12/2009 16:31


Bonjour, Milton !

J'ai justement prévu de parler de ce fiasco, lundi, dans mon prochain billet. L'europe humiliée, Sarkozy alias "sauveur du monde" ignoré par Barack Obama et ses proches "alliés" qui ont signé
l'accord de rien du tout. C'est dire si le petit agité a réduit l'image de la France à ses mensurations. Bizarrement la presse ne se donne pas la peine d'analyser le fiasco total du chef. Etrange,
non ?

A+


Milton Dassier 19/12/2009 17:45


Je lirai avec plaisir ton billet. Merci