Liberté d'expression ou com : Ca glisse au pays sans cervelle!

Publié le par Milton Dassier

http://www.voltairenet.org/IMG/jpg/fr-390-199.jpgTrop de communication tue la communication !

C’est ce qu’on pourrait retenir de ces débats qui agitent le landernau parisien.


L’affaire Eric Zemmour, la polémique autour de Stéphane Guillon ont le mérite de souligner combien la liberté d’expression est menacée en France.

Depuis quelques années, on sent que la volonté d’une communication parfaitement maîtrisée ne tolère pas les trublions, qu’ils soient polémistes, journalistes, experts ou humoristes. L’affaire des caricatures de Mahomet, le procès intenté à Edgar Morin pour ses critiques envers Israël, l’éviction de Siné sont dans tous les esprits. Il y en a beaucoup d’autres : Daniel Mermet, le sous-préfet Guigne, Pascal Boniface, Charles Enderlin, Alain Ménargue pour n’en citer que quelques uns.

Au cours des mêmes années, on a vu des dispositifs se mettre en place pour contrôler l’internet et ainsi l’empêcher d’exercer son rôle essentiel de contre-pouvoir.

 

C’est dire si le livre de Bruno Gaccio et de Dieudonné tombe à point nommé.

« Peut-on tout dire ? »

La réponse est dans l’actualité du moment non ?

Non, on ne peut pas tout dire en France aujourd’hui. Même la FNAC n'est plus l'agitateur qu'elle prétend être dans ses pubs.

 

 

Qu’est-ce que cela montre ?

 

La liberté d’opinion n’est pas remise en cause en réalité. Ce sont les espaces dans lesquelles elle s’exprime, qui se voient limités.

En la matière, l’idéal de tout pouvoir éclairé serait que s’applique  cette  recommandation : « Emerveillez-vous, amusez-vous, réfléchissez, parlez mais obéissez ! ».

 

C’est bien la propagation d’idées « antisociales » qui pourraient nuire au pouvoir, à la société et à certaines parties influentes de celle-ci, qui inquiète. Un comique qui s’en prend à un ministre en le caricaturant en fasciste a de quoi le rendre furieux. Non seulement, ça peut nuire à sa carrière mais ruiner tous les efforts de communication déployés par lui.

Eric Besson n’a pas l’humour de Jean-Marie Le Pen qui lui avait bien ri quand Luis Rego avait dépeint un sympathisant FN en nazi stupide, sado-maso et ivrogne dans l’émission « Le tribunal des flagrants délires ».

 

Les médias apparaissent donc comme des espaces publics où la plupart des informations objectives visant à éclairer le public est intimement mêlé à des messages de com montrant une volonté d’influencer par des manœuvres de communication.

 

Il est d’ailleurs souvent difficile de faire la part des choses entre les faits, leur contexte, leur interprétation et la volonté d’influencer l’opinion.

Plus nous sommes informés, plus nous sommes influencés.

La surinformation aboutit à des situations cocasses, voire grotesques. Par exemple, comment prendre autrement que par un sourire agacé les annonces mensuelles de Christine Lagarde sur la croissance qui va repartir, l’annonce de la baisse du chômage par le président, les « éléments de langage » appris par cœur des leaders de l’UMP pour justifier leur défaite ?

C’est encore plus grotesque si on s’amuse à juxtaposer des informations qui n’ont pas grand-chose à voir entre elles.

 

Par exemple aujourd’hui même…

 

« Sarkozy a entendu les français mais ne changera pas de politique »

« La taxe carbone est abandonnée, le patronat se réjouit »

« Les tarifs du gaz vont augmenter de 9,5%  »

« Prise de bénéfice à la bourse de Paris »

« L’Euro chute à cause de la situation financière du Portugal»

« Alice au pays des merveilles enchante les parisiens »

 

 

Rappelons-nous Dieudonné et le fameux sketch qui en fit un paria dangereux. Déguisé en colon israélien d’extrême droite, il s’affirmait tout heureux d’avoir choisi le camp de l’axe du bien aux côtés des occidentaux et ainsi se sentait certain de faire triompher la grandeur d’Israël. Il finissait un faisant un salut fasciste.

 

Quelques années plus tard, le Likoud au pouvoir en Israël a pour ministre des affaires étrangères Avigdor Liberman, membre d’une extrême droite israélienne fascisante qui s’oppose à un état souverain palestinien, n’hésite pas à envisager des solutions d’apartheid pour la Palestine y compris avec les arabes de nationalité israélienne.

 

Et aujourd’hui, la presse titre « Malgré les remontrances des Etats-Unis, le Premier Ministre israélien veut poursuivre la colonisation ».

 

La France se tait de façon éloquente…

 

Dieudonné annonçait la montée d’une mouvance d’extrême droite en Israël, encouragée par des pays occidentaux sous l’influence d’une diaspora aveugle.

 

Oui, ça glisse grave au pays sans cervelle…

 

Sans liberté d’expression, la raison s’étouffe et nous restons esclaves.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans opinions

Commenter cet article

verite 25/03/2010 11:46


excellent, tu devrais devenir ogres toi !!


Enezeneg 25/03/2010 08:34


Eh oui Dieudo' est en avance... Depuis longtemps...