Les neuf morts de la flotille de Gaza sont bien des meurtres

Publié le par Milton Dassier

Aujourd’hui, on comprend facilement pourquoi Israël ne souhaite pas d’enquête sur son attaque de la flotille de Gaza tout en ayant expulsé très rapidement tous les militants.

 

Israël cherche à convaincre de sa bonne foi pour sauver encore un peu de sa crédibilité auprès de ses alliés traditionnels tout en souhaitant tourner la page d’un de ses plus grands échecs.

 

Il faudra observer à la loupe si les occidentaux changent d’attitude vis-à-vis d’Israël. Le discours sur le droit à la sécurité d’Israël qui justifie tous les excès, tous les abus, tous les crimes, a vécu. Qui à part le Hezbollah, pourrait menacer directement Israël ? Le Hamas ? Cela semble difficile en dehors de quelques actions limitées. La Syrie ? Elle se contente d’observer. L’Iran ? Trop loin.

 

Israël vit donc dans une certaine sécurité désormais. Une sécurité comparable à celle de la Corée du Sud ou de la Turquie. C'est-à-dire avec une menace réelle mais contenue et sous contrôle.

 

Nombre d’entre nous avaient été surpris juste après l'attaque israélienne. Les commandos marine d’Israël avaient prétendu avoir été attaqués par des militants lors de l’abordage du navire Mavi Marmara. On avait même parlé de légitime défense. Argument encore repris hier par le Premier Ministre israélien.

 

Mais en même temps, au bout de trois jours, Israël décidait de libérer tous les prisonniers. La logique aurait été qu’on garde ceux qui se seraient rendus coupables d’exactions, ceux qui auraient blessé des militaires israéliens.

 

On peut donc déjà en conclure qu’il n’y a pas eu de provocations armées de la part des militants.

 

Et s’il n’y a pas eu de provocations, alors l’argument de la légitime défense ne tient pas.

 

On apprend grâce aux autopsies pratiquées en Turquie, que les neuf militants ont été atteints de plusieurs balles tirées à bout portant pour la plupart, certaines dans la nuque.

 

De plus, l’identité et les photos des personnes tuées ne laissent pas supposer qu’ils aient pu être membres d’organisations terroristes. Il s’agit de gens âgés de 19 ans à 61 ans, un turco-américain, les autres tous turcs : un étudiant, un pompier, un ingénieur en électricité, un ancien champion de taekwondo, un journaliste. La plupart étaient mariés et avaient des enfants. Certains avaient même leur page sur Facebook.

 

Des terroristes dangereux assurément…

 

Les soldats israéliens ont bien commis des meurtres sur des personnes armées au mieux de bâtons ou de barre de fer comme il en existe dans toute manifestation populaire qui dégénère face aux CRS.

 

Il faut appeler un chat, un chat. Si une enquête internationale le confirmait, les dirigeants israéliens pourraient être inculpés pour crime de guerre, piraterie et assassinat avec mandat d’arrêt international comme un vulgaire général serbe ou un dictateur irakien.

 

Le président français devrait se méfier de ses embrassades trop affectueuses au Premier Ministre israélien. N’oublions pas que la France est complice du blocus de Gaza puisqu’elle participe à la construction d’un mur souterrain sur place.

 

Avec ce mur, Sarkozy est un des maîtres d’œuvre du chantier du ghetto des gazawis…

 

Il arrive parfois que la politique spectacle frise l’indécence.

 

Publié dans international

Commenter cet article

A2N 08/06/2010 15:14


Bonjour Milton !

Chut !!!!! Tais toi !
Comment oses tu montrer cette photo sur l'évidente complicité entre ces deux hommes ? Tu es antisémite ou quoi ? Il ne faut surtout rien dire, car les terroristes du Hamas étaient sur les bateaux.
Jusque quand l'Europe se taiera t-elle pour expier ses fautes à l'égard d'Israël ? Les Arabes ont-ils un lien avec Hitler ? Faudrait qu'on nous dise, que Sarkozy et ses copains nous en disent
plus.

A+


Milton Dassier 08/06/2010 21:38



Je vais entrer dans la clandestinité. Ici Londres...



palestro 08/06/2010 11:21


On parle des militants pro-palestiniens pour une paix juste et équitable d "activistes", les combattants on les appelle les "insurgés" le soldat israélien pour les sionistes est un "otage" c est un
prisonnier pris arme à la main,
les volontaires pour briser le blocus sont des "expulsés" ce qui est faux ils ont été enlevés par une action de piraterie dans un territoire qui n appartient pas à Israël et dons LIBÉRÉS est le mot
qui convient.Faisons bien attention au mots prononcés dans les médias ..........


Milton Dassier 08/06/2010 15:12



Tu as raison à 100%