Les menteurs politiques à l'oeuvre dans la grande casse sociale

Publié le par Milton Dassier

A chaque élection présidentielle, à chaque déplacement du président de la république, on a droit au laïus sur la démocratie, sur l’intérêt général, sur le droit de tous à vivre, travailler.

Les mouvements contre la réforme des retraites sont soutenus par une grande majorité de français ? On nous serine avec la menace pour la démocratie des agissements de quelques casseurs dont on sous entend, avec habileté, qu’ils seraient des rangs de ceux qui bloquent les dépôts de carburant, les raffineries, les routes.

 

Communiquer, c’est mentir. Voilà ce qu’on aura tous retenu de ces journées mouvementées jusqu’à maintenant. Mensonges sur les chiffres des manifestants, mensonges sur la pénurie de carburant, mensonges sur les casseurs…

 

Mais aussi mensonges sur la réforme des retraites. On apprend par exemple, que si le recul de l’âge de la retraite à 62 ans serait applicable dès 2011, le recul de l’âge de la retraite sans décote à 67 ans ne prendrait effet qu’en 2016, ce qui amène certains comme François Bayrou, à dire que sans doute, le gouvernement pourrait revenir sur sa décision en signe d’apaisement et d’ouverture et, ainsi,  commencer des négociations au moins sur ce point sans que cela menace l’équilibre budgétaire de la réforme.

Mais apparemment, Sarkozy et l‘UMP ne le souhaitent pas.

La paix sociale menacée ? Une volonté de Sarkozy, premier casseur de France !

 

Hier, je vous racontais comment, on était passé, en quelques jours, d’un risque terroriste énOoorme à plus de risque du tout alors que des centaines de milliers de personnes manifestent chaque semaine, et des dizaines de milliers chaque jour sans que le gouvernement ne se soucie en quoi que ce soit de la sécurité par rapport à une l’éventualité d’une attaque terroriste!

 

Hortefeux en avait fait des tonnes, pourtant ! Communiquer, c’est bien mentir…

 

Et pourtant, ceux qu’on soupçonne de mentir, c’est nous, c’est vous. J’en veux pour preuve le document que publie Mediapart sur les mariages « blancs », un questionnaire de 23 pages destiné aux maires des 36.000 communes de France pour détecter les mariages blancs. Vingt-trois pages de questions indiscrètes à poser aux candidats au mariage dans des entretiens séparés pour voir s’ils ne mentent pas. Et au moindre doute, la circulaire recommande de saisir la justice.

 

MAM
 

 

Il y aurait moins de 400 mariages « blancs » par an. Cela fait 800 « menteurs », encore moins nombreux que celles qui portent la burqa. Une vraie menace non ?

 

Communiquer, c’est bien mentir…

 

Et puis, cette nouvelle étonnante, où un des témoins de l'affaire de Villiers-Le-Bel affirme qu'il a témoigné contre les accusés parce que la police et la justice lui avaient promis de le blanchir de ses délits (il était en prison) et de lui rendre son permis de conduite s'il témoignait. Il aurait même rencontré un conseiller spécial de Rachida Dati, la ministre de la justice de l'époque, pour se voir confirmer la promesse. Le conseiller ne dément pas la rencontre mais nie son objet. Et cela n'est rien à côté des mensonges de certains policiers impliqués dans la mort des enfants de Villiers-Le-Bel, mensonges dénoncés aujourd'hui par la cour d'appel après des expertises incontestables.

Mentir aux juges pour mentir à l'opinion. Tout est bon!

 

Les casseurs, ce sont ces gens qui nous gouvernent et veulent nous faire perdre toute humanité.

Publié dans opinions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JC 21/10/2010 22:20


En fait en politique communiquer, ils considèrent que c'est "comme nous niquer". Le chef de l'etat nous "gouverne et ment". Ils nous bombardent avec "des mots crasseux" et la vérité c'est qu'ils
crachent sur "la raie publique" qui n'est qu'une matrice où nous sommes dirigées par de fausses lois votées par le "parle et ment".