Les financiers sablent le champagne, les peuples trinquent !

Publié le par Milton Dassier

Vous avez suivi les émeutes en Grande-Bretagne ? Une sacrée ressemblance avec les émeutes en France en 2005. Dans les cités en France, il n’y avait pas tellement de magasins à piller, alors on avait brûlé des voitures… On l’oublie trop souvent, les pauvres gens, parfois,  se mettent en colère. Un coup de pied dans une vitrine et un pillage, c’est l’illusion d’une puissance retrouvée, l’illusion qu’on décide qu’aujourd’hui, c’est un jour de solde à 100%, ou bien Noël !.

Par contre, à la différence de ce qu’on avait vu en France, pas de discours xénophobe ou raciste de la part des politiciens britanniques. Pas de stigmatisation des enfants d’immigrés issus d’une famille polygame ou islamiste se croyant encore au bled ou dans son village africain. Rappelez-vous les paroles débiles de Raoult, Finkielkraut ou Carrère d’Encausse ! L’élite se tient mieux en Grande-Bretagne. Tant mieux !

Les bourses ont chuté, la récession guette, une cure d’austérité attend tout le monde. Pourtant, qui parlait de moraliser le capitalisme, de revenir à un capitalisme « familial », de lutter contre les paradis fiscaux…etc ? Ben, c’est notre président !!

  

Vous voulez savoir comment les milliards perdus à la bourse sont allés garnir les poches de quelques « hedge funds » et autres gros investisseurs ?

 

Facile ou presque ! Vous possédez des actifs sur une entreprise ou un état. Vous en vendez quand c’est encore haut, histoire d’aller dans le sens de rumeurs auxquelles vous participez, bien sûr. Bref, le message est que vous vendez ces valeurs parce qu’elles vont forcément baisser. La nouvelle fait le tour du monde fermé de la finance. D’autres vous imitent et vendent à leur tour. Le cours baisse dangereusement, la BCE intervient et propose de racheter les actifs dont personne ne veut plus. Vous rachetez la même quantité d’actifs à pris très bas, le cours remonte. Vous vous êtes fait plusieurs milliards de bénéfice en quelques heures.

 

En gros, pour ceux qui n’ont pas très bien compris. Vous avez 1000 ronds de serviette en écaille, vous les vendez à leurs cours de 5€ pièce, vous en tirez 5000€ Le cours baisse à 2€ le rond de serviette à cause de rumeurs que vous avez  répandues avec  d’autres. Vous rachetez  1000 ronds de serviette à 2€, donc pour 2000€. Il vous reste 3000€ de bénéfice et des ronds de seviette dont la valeur remonte…

Tant que la BCE est là pour compenser la baisse des cours, le système peut continuer ainsi. Sauf que, l’argent réel, c’est dans notre poche qu’on le prend à la fin.

Ce qui intéresse ces spéculateurs et leurs complices chez les politiques, c’est l’épargne des européens qui dort même si les banques s’en servent, ce sont aussi, les sommes colossales redistribuées en prestations sociales. Le rêve de ces messieurs : que ces milliers de milliards soient gérés par des organismes privés qui les réinvestiront sur les places financières...

L’éventail des soutiens à ce libéralisme là est très large. De l’extrême droite à la gauche. Une partie de la gauche reste fascinée par cette ronde des capitaux qui fait tomber des pays mais permet de créer du progrès technologique pour le bénéfice du plus grand nombre. Le téléphone portable, l’informatique et l’internet en témoignent.

 

Fascinés et bientôt fascisés pour préserver le système au mépris de la démocratie... Car dans cette triste histoire, votre opinion ne compte pas puisque ces gens ne savent compter qu'en euros.

Publié dans économie

Commenter cet article

bilou 13/08/2011 10:52


Sarkozy le roi du baratin , le vendeur de vent et assassin en Libye.