Les bidonvilles du sarkozisme

Publié le par Milton Dassier

Des monstres, des animaux, des sauvages! Tels sont les mots que l'on entend ça et là, à propos des attaques contre les policiers à Grenoble, contre une gendarmerie à Saint-Aignan. Dans les deux cas, un groupe important de personnes a pris fait et cause pour un des leurs, délinquant, et tué par les forces de l'ordre.

 

Cette réaction contre la police démontre que, de plus en plus, une partie de la population n'a plus confiance en la police et la justice de son pays.

Certes, il y a des conditions mafieuses dans les cités, certes, divers trafics y prospèrent. Pourtant, la sécurité devait être la priorité du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Des moyens importants ont d'ailleurs été déployés, des lois très répressives ont été promulguées et la police jouit d'une impunité rarement atteinte depuis les années 70.

 

Alors pourquoi cette dégradation?

 

Nicolas Sarkozy et son équipe ont favorisé le communautarisme social en plus de certaines formes de communautarisme ethnique ou religieux.

Les fameuses bandes contre lesquelles une loi a été votée il y a quelques mois, correspondent, soit à un regroupement tribal, soit à un regroupement de type gang et les deux se confondent souvent. Le gang peut protèger la "tribu" et, réciproquement, la tribu peut laisser le gang coexister en son sein, juste par fraternité et si elle y trouve un intérêt.

 

Une fraternité qui remplace la froide solidarité des services publics en regression.

Et quand il y a de "bonnes affaires" à faire ou quand il s'agit de faire front face à la police, les gangs et les tribus peuvent trouver un intérêt commun à gommer leurs différences.

 

La violence devient un exutoire puisqu'elle vient en réponse à une autre violence, celle des forces de l'ordre et de ce qu'elles défendent: la société.

Le type qui tire une balle de chevrotine ou balance un cocktail molotov sur une voiture de police, cherche à tuer d'abord l'opprimé, le sans grade, l'animal, le barbare qu'il est, tant on l'affuble de ces qualificatifs depuis des décennies. C'est une reconquête illusoire de dignité, non pas aux yeux de l'opinion publique, - ça, cela fait longtemps qu'il s'en fout -  mais à ses propres yeux.

 

Des gens du voyage détruisent une gendarmerie avec une rage, une hargne, une violence inouïe dans une bourgade de province alors que l'un des leurs, semble-t-il, a été tué après une course poursuite avec les gendarmes? Cette violence réactionnelle est proportionnelle au mépris, à la méfiance, au rejet, au harcèlement, aux vexations, aux humiliations, aux contrôles au faciès subis depuis tant d'année de la part des forces policières mais aussi de certains maires, qui leur refusent un accès pour s'établir malgré la loi qui les y oblige, ou leur rend le séjour difficile pour qu'ils s'en aillent au plus vite.

 

Ils auraient pu tout aussi bien porter plainte me direz-vous. Justement, s'ils ne l'ont pas fait , c'est qu'ils estiment que la justice n'est pas impartiale et ne les entendra pas. Ils ont entendu parler de ces procès vite expédiés où l'on condamne sur la bonne foi des témoignages de policiers comme à Villiers-le-Bel, il y a trois semaines.

Ils entendent aussi parler de l'affaire Woerth où un procureur mène des perquisitions en prévenant les mis en cause...

 

A Grenoble, des gens tirent au fusil sur les policiers, une mère accuse la police d'assassinat juste parce que son fils a pris deux balles dans la tête et que ça ressemble à une exécution. Cela veut dire, là aussi, que dans ces endroits, la police et la justice sont vécues comme les serviteurs zélés d'un système ultra violent qui les broie un peu plus chaque jour.

 

C'est donc bien une logique de ghetto, c'est même une logique de bidonville où il est impensable pour ceux qui y vivent, que la police en prenne le contrôle. A la limite, vivre au milieu des petits trafics est aussi insupportable que voir des policiers tous les cent mètres.

 

L'élite politique française, elle, préfère, le terme de "zones de non droit".

 

Dans les "zones de non droit", au sein de certaines bandes qui servent de terreau à la délinquance, on a bien compris, finalement, la société dans laquelle nous vivons.

 

La première valeur qui compte, n'est plus la terre, ni le travail, ni la connaissance ou la morale mais l'argent.

L'élite qui s'affiche à la télé, à la radio, qu'elle soit économique, culturelle, médiatique ou politique ne doit pas sa puissance à la terre. Elle la doit très peu au travail, un peu à la connaissance, parfois au talent mais surtout à l'argent qui en résulte ou dont elle a hérité.

 

Dés lors qu'un jeune a compris que pour réussir, il faut traiter des affaires, finie cette école où il s'emmerde. Le voilà potentiellement égal à un de ces hommes d'affaire qui font la couverture des magazines.

Et s'il a compris qu'il risque des ennuis avec la justice, il pensera à Bernard Tapie ou à Loïc Lefloch-Prigent, anciens taulards, et aux patrons-voyous si fréquemment cités pas Nicolas Sarkozy mais toujours impunis.

Il pensera à ces gros contribuables fraudeurs, à ces évadés fiscaux qui ont quitté la France et restent, malgré tout, courtisés et honorés par l'élite politique au pouvoir.

 

Pourtant, la France, ils l'aiment mais... ils la quittent...

 

Celui à qui on a répété, "La France, tu l'aimes ou tu la quittes", comprend ainsi toute l'imposture. Des politiciens restent très bons amis avec ceux qui préfèrent leur argent à leur pays, et se permettent de donner des leçons de patriotisme aux pauvres qui ne peuvent même pas quitter leur ghetto!

 

C'est on ne peut plus clair pour un esprit intelligent et ambitieux, l'argent donne donc tous les droits y compris ceux que la plus élémentaire morale réprouve, alors le jeune du ghetto en gagnera pour peut-être quitter ce ghetto si honni. Mais en attendant, le ghetto le protège et lui assure une impunité comparable à celle des riches des très beaux quartiers. Tout comme eux, il faut s'assurer des protections, des alliances, faire des cadeaux  renvoyer l'ascenseur après un service rendu, mais aussi jouer des coudes pour évincer, se débarrasser des minables...

 

Drogue, voitures volées, braquages, cambriolages. Au fond, ce sont des affaires. Il faut savoir flairer le bon filon, avoir de bon fournisseurs, négocier, marchander, agir au bon moment, organiser le stockage, la revente. Bref, rien que les qualités nécessaires pour s'enrichir vite, se racheter facilement un peu de dignité et s'offrir un peu de paradis... loin du ghetto. Et si on lui dit que c'est interdit, que cela porte un préjudice à des gens, à la société. Il sait qu'il peut répondre qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs même chez les grands patrons honnêtes, que des assurances existent pour les préjudices et que les quelques centaines de lecteurs DVD volés dans un entrepôt Carrefour, ne pèseront qu'une goutte d'eau dans les résultats de la multinationale!

 

 

Depuis huit ans, Nicolas Sarkozy a, en charge, la sécurité de la France. Presque cinq ans comme ministre de l'intérieur, trois ans comme président de la république. Et pourtant, la situation est allé de mal en pis avec des émeutes urbaines ou des actions violentes collectives de plus en plus radicales.

 

Le discours qui visait à assimiler les immigrés à des délinquants en puissance pour s'assurer les voix de l'extrême-droite, ne prendra plus à cause d'un bilan calamiteux dont les actions d'éclat devant les caméras n'effaceront pas l'impression de gâchis indescriptible de plusieurs années de politique sécuritaire.

 

Publié dans société

Commenter cet article

Roland 19/07/2010 19:53


L'insécurité est le seul terrain sur lequel Sarkozy peut être réelu, en piquant les voix du FN. Alors il ne va pas se priver "d'organiser" un maximum "d'émeutes" d'ici 2012. Sa police multipliera
les provocations à cette seule fin.


Milton Dassier 19/07/2010 21:41



Pour que ça tienne la route, il faut un bon bilan en matière de sécurité et sur le plan social.Or, ce n'est pas le cas. Donc la sécurité, est une arme politique à double tranchant.. Sarkozy
s'occupe de sécurité depuis déjà 8 ans.