Le contre-racisme : Je t'accuse d'être ce que je suis au nom de l'antiracisme

Publié le par Milton Dassier

Dans mon billet précédent, j'ai parlé de contre-racisme. C'est à dire d'un rejet de l'autre pour ses convictions, sa culture, ses origines, sa religion au nom de la lutte contre le racisme ou encore, une racialisation parée des habits de la vertu.

Voici un propos qui illustre parfaitement cela. C'est une contribution lue sur le site de l'UMP dans le cadre du débat sur l'identité nationale:

 

 

Lidentité française c'est: ne pas imposer sa culture aux autres. exemple le port du voile que je trouve choquant et discreminatoire.

(C'est) arreter de faire des lois qui protègent les etrangers en punissant tout natif qui ose dire qu'il n'aime pas les noirs et les arabes. je me sens libre de mes choix et c'est mon droit.

- diminuer l'impact des associations qui apparaissent comme un contre pouvoir voir plus...

- Bouter hors de france tout les etrangers qui encombrent nos prisons. quand un natif) alsacien, auvergnat et autres) commettent des delits dans d'autres pays, ils sont pour leur grande majorite expulses.
En conclusion , en
cédant aux pressions mediatiques orientees, vous developez le racisme et favorisez les extremistes de tous poils.

Quand on a le pouvoir, on l'exerce sans toujours demander l'avis de l'opinion sinon, ce n'est pas la peine de faire des elections et autant laisser la rue diriger le pays. c'est ce que vous faites en partie puisque les banlieus font la loi et, qu'elles sont pretes à ce reveiller au moindre incident .

Avez-vous peur d'agir. si c'est le cas, laissez la place a ceux qui ont toujours defendus le drapeau et chanté la marseillaise sans rien demander en retour.agissez au lieu de bavasser. a bon entendeur salut.


Rédigé par: xxxxxx xxxxxxxx 
le 18 décembre 2009


Evidemment, ça décoiffe tant c'est violent. Ce qu'on trouve ici, c'est une peur de l'autre, une émotion forte, agressive malgré des convictions nobles comme par exemple la phrase "


en
cédant aux pressions mediatiques orientees, vous developez le racisme et favorisez les extremistes de tous poils."

Cela me fait penser aux cours de neuropsychologie que je suivais à une certaine époque. On y faisait l'hypothèse de plusieurs niveaux d'élaboration des comportements et de traitement de l'information pris en charge par des réseaux neuronaux différents mais complémentaires. On évoquait le cerveau reptilien, le cerveau mammalien, le néo-cortex. Ces trois niveaux présents en nous prennent en charge des actions mentales différentes. Le cerveau reptilien par exemple, peut traiter des signaux de menace et préparer l'organisme à une agressivité défensive ou à la fuite. le cerveau mamalllien traite les choses sur un mode émotionnel. Une émotion peut donc accompagner un sentiment de peur face à une menace; la colère qui rend agressif et fait dire des choses qu'on n'a pas pensées. Le néo-cortex reçoit tout cela et tente de gérer, c'est d'ailleurs comme ça qu'on en a conscience. Le néo-cortex peut analyser la situation pour la résoudre. Il peut aussi choisir d'ignorer la menace.


Si l'émotion est forte, si la menace est interprétée comme forte alors il y a de fortes chances que le jugement final soit erroné ou disproportionné.


Ici, chez notre contributeur de l'UMP, la menace est identifiée : imposer à l'identité française la culture liée au port du voile


L'émotion est signifiée en premier lieu, par un sentiment explicite d'injustice et un sentiment de rejet des noirs et des arabes "on fait des lois qui protègent les étrangers en punissant tout natif qui ose dire qu'il n'aime pas les noirs et les arabes" et, en second lieu, l'emploi de termes d'injonction : "bouter", "arrêter", "laissez la place", "agissez". Cela met donc en évidence une colère contenue, une volonté assez naïve de voir la menace disparaître par des actions appropriées, comme par enchantement.


L'analyse de la situation se base sur des interprétations de faits fournis par l'actualité et la reprise d'analyses trouvées dans des médias : "les étrangers encombrent nos prisons", "les banlieues font la loi", "des pressions médiatiques orientées" favorables.à la menace, "le risque de développer le racisme et les extrémistes de tous poil"..
L'auteur, apparemment, voit beaucoup plus le racisme et l'extrémisme de ceux qui le menacent que le sien pourtant bien présent. Voilà comment l'émotion ramène à l'aveuglement égocentrique et à l'impossibilité d'admettre la réciprocité des points de vue ce qui est un comble quand on prétend participer à un débat.


Le contre-racisme peut aussi se retrouver dans le discours antiraciste. On en a eu la preuve pas plus tard que le 15 décembre, quand Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur et ancien du GUD, recevait le prix de la lutte conte le racisme et l'antisémitisme des mains de l'UPJF, une organisation sioniste d'extrême-droite connue pour son islamophobie qui fleurit regulièrement sur son site web, ce que vient de dénoncer l'avocat Guillaume Weill-Raynal dans Marianne 2.


Tout le monde peut donc se proclamer antiraciste et faire preuve de racisme dans ses attitudes et paroles. Même le Front National défend les valeurs républicaines d'antiracisme, même Alain Finkielkraut ou BHL défendent la démocratie et la république, donc leurs valeurs, et fustigent l'un, l'équipe de France de football trop black à ses yeux, l'autre les attaques contre la trop magnifique démocratie israélienne, attaques, qu'il assimile presque toujours à de l'antisémitisme ce qui revient à dire que défendre un peuple en résistance, c'est avoir une préférence pour un peuple contre un autre, donc faire une discrimination raciale.
.

Un contre-racisme qui stigmatise en se servant du registre émotionnel.


Pourquoi, par exemple, ne parle-t-on que des drapeaux algériens brandis à Paris après la victoire de l'Algérie contre l'Egypte?

Pourquoi ne dit-on rien sur les drapeaux portugais brandis par les franco-portugais après les matchs de footbal de leur équipe pendant la coupe du monde 2006 et pas les drapeaux ?

Pourquoi ne parle-t-on pas des drapeaux basques brandis dans le stade de Biarritz lorsque leur équipe de rugby joue?

http://ec.img.v4.skyrock.net/ecc/biarritz-olympique-pb/pics/1372262710_small.jpg



Pourquoi ce grand silence lorsque beaucoup de responsables politiques ont défilé à Paris sous de nombreux drapeaux israéliens lors de la manifestation après la mort d'Ilan Halimi, français assassiné en France par d'autres français?


halim.JPG

On ne parle que des drapeaux algériens. Pourquoi? Parce qu'il y a eu des incidents, parce que la police est intervenue, parce que l'Algérie, c'est une question émotionnelle pour beaucoup de gens, parce que les français pieds-noirs se sont fait jeter d'Algérie, parce qu'ils sont musulmans, donc tentés soit par la délinquance, soit par l'islamisme et susceptibles de vouloir "islamiser" toute la société française. Tout cela est encouragé au nom de la préservation des valeurs républicaines, donc au nom des droits de l'homme et de la femme, au nom de l'antiracisme qui caractérisent la société française. Je suis frappé de voir nos députés avancer la défense de l'égalité homme-femme à propos de la burqa alors que les institutions françaises sont les plus machistes d'Europe. La Suède est à 47% de femmes parmi ses députés. La France a 18% de femmes parmi ses députés. L'Iran, pays très dur appliquant la loi islamique: 9%... La France plus proche de l'Iran que de la Suède pour la proportion de femmes parlementaires, laissez-moi rire !


Le contre-racisme, c'est quand on rend un groupe, une religion, une race, responsable de la résurgence de troubles à caractère raciste. Le fameux racisme anti-français dont on nous rabat régulièrement les oreilles, peut rentrer dans ce moule. Il suffit qu'un abruti noir, maghrébin, turc, rom, traite un jour un abruti blanc de "sale blanc" pour affirmer que le racisme antifrançais existe alors qu'aucun personnage public français noir, maghébin, musulman ne prône des idées racistes. Si! Car il en fallait un tout de même, c'est tellement plus commode!, Dieudonné. Voilà à quoi aura servi Dieudonné finalement, à servir de justification à l'existence d'un racisme antijuif, antiblanc, antifrançais.

D'ailleurs, les attaques en France contre des juifs qui sont en général, des français blancs font partie de ce racisme antiblanc. Il n'en fallait pas plus pour qu'une réaction, donc un contre-racisme naisse contre ces ingrats, ces vilains personnages qui ont tous le tort d'être soit noirs, soit musulmans, soi les deux et surtout d'être nombreux, et ainsi, de menacer l'identité blanche et chrétienne de la France. C'est bien ce que disait Hortefeux : "Quand y en a un ça va, c'est quand il y en a beaucoup que ça pose des problèmes!".


Finalement, ce débat sur l'identité nationale montre qu'Hortefeux n'est pas seul. Non, t'es pas tout seul Brice d'Auvergne! Nico est avec toi, Eric est avec toi et presque toute la droite...

Publié dans racisme et xénophobie

Commenter cet article