Le conflit d’intérêts : une nouvelle corruption

Publié le par Milton Dassier

Etrange cette histoire de conflit d’intérêts qui agite le landernau politique à droite !

Martin Hirsh publie un bouquin sur le sujet, livre sa réflexion, fait des propositions pour plus de transparence dans la situation des élus et voilà que des élus cités dans le livre sur des faits que tout le monde connaît, montent au créneau pour saborder l’ancien président d’Emmaüs.

 

Par exemple, Jean-François Copé qui se sent accusé et se défend d’une façon étrange. Il a accusé Martin Hirsh d’être un délateur en rappelant qu’ils étaient d’ascendance juive tous les deux ! Un sous-entendu étrange et pervers qui accuse l'autre d'être un renégat du côté des pires salauds  et permet ainsi de se victimer doublement.

 

A ce propos, Nicolas Sarkozy a, lui aussi, fait l’hypothèse que les attaques qui ont lieu contre lui sur ses rapports avec l’argent, relèvent d’un antisémitisme inconscient !

 

Il est de notoriété publique que Jean-François Copé a obtenu le titre d’avocat grâce à son statut de député, qu’il exerce cette profession dans un grand cabinet d’avocats d’affaire tout en étant député, chef du groupe UMP à l’assemblée nationale et maire de Meaux. De surcroît, il a fait voter une loi qui accorde une niche fiscale très favorable aux détenteurs de participations financières dans des grands groupes.

 

Il y a aussi ce qui se dit sur Gérard Longuet et surtout, sur Jacques Chirac qui est membre du conseil constitutionnel et se voit logé gratuitement dans l’appartement du Premier Ministre libanais, première fortune du Liban !

 

Une vidéo de Canal+  qui s'interroge à partir des propos de Copé, l'explique très bien:

 

 

 

Martin Hirsh a simplement voulu démontrer qu’il fallait des garde-fous juridiques pour éviter ce genre de dérive. Sinon, nous pourrions avoir des affaires Woerth-Bettencourt tous les mois.

Cette affaire étant en elle-même au départ une histoire de conflit d’intérêt entre un ministre du budget, responsable des services fiscaux,  qui avait la casquette de trésorier de l’UMP chargé de récolter des fonds auprès des grandes fortunes et dont l’épouse travaillait dans la gestion de la 2ème fortune de France.

 

Le ramdam autour de cette histoire tient en une spécificité française parmi les grandes démocraties du monde. Les privilèges de certains élus et de certains hauts fonctionnaires sont énormes en France. Non pas en droits ou en rémunération mais en influence, en passe-droits et en avantages liés à certaines fonctions qui peuvent s’ajouter les unes aux autres, à cause des possibilités de cumul des mandats et des fonctions.

 

Celui qui s’engage en politique peut le faire pour diverses raisons. Certaines très nobles, d’autres beaucoup moins.

Il y a une corruption soft généralisée en France. Je dis soft car, bien souvent, ce sont des petits avantages en nature pour service rendu. L’expression « avoir le bras long », les fantasmes sur les gens qui ont de l’entregent, un carnet d’adresses bien rempli, des relations influentes et, qui savent s’en servir à leur profit et au profit des leurs, viennent bien de quelque part.

 

Il faudrait alors s’interroger sur le coût d’un tel système, qui constitue forcément, un gaspillage chiffrable en milliards.

 

Des promesses d’emplois territoriaux aux  autorisations d’implanter une zone commerciale,  des dons aux « bonnes œuvres » aux permis de construire d’une résidence en passant par les actions de lobbying et de promotion tout est sujet à la distribution d’avantages pour dédommager, remercier ou encourager.

 

Le conflit d’intérêt est la partie légale de cette corruption généralisée et vous constaterez que jamais aucun candidat à la présidentielles n’aborde cette terrible question et le préjudice pour la démocratie et les finances françaises.

Publié dans opinions

Commenter cet article

Denis 04/10/2010 13:26


A droite, la cote d'un homme politique est souvent proportionnelle aux émoluments qu'il perçoit.

-> http://www.voie-militante.com/politique/sarkozy/jean-francois-cope-business-as-usual/