Laurence Parisot ou comment exister médiatiquement quand on a rien à dire…

Publié le par Milton Dassier

Laurence Parisot très inquiète...

 

Aujourd’hui Laurence Parisot, la présidente du MEDEF, estime que les grèves qui arrivent vont nuire à la réputation de la France.

Ah ?

Laurence Parisot ou la naïveté incarnée ?

 

Si les entreprises étrangères n’investissaient en France que parce que les travailleurs y sont plus dociles qu’ailleurs, elles pourraient aller directement dans les pays de l’Est, la Tunisie, ou la Turquie.

On le sait, si les entreprises étrangères investissent en France, c’est en tant que paradis fiscal et social dans un pays à salariés mal payés au regard de leur haute compétence. Impôt sur les sociétés avantageux, dispositifs d’aide et d’exonération des charges sociales, incitations fiscales locales…

 

Mais la patronne du MEDEF y voit un danger supplémentaire :

Le nombre de réunions qui dans la semaine vont être annulées parce que le partenaire français de la réunion européenne ne pourra pas être présent, c'est incalculable.

 

Oh oui Laurence, à l’heure de l’internet et des visioconférence, quelle énorme préjudice !

 

D’ailleurs, c’est bien connu, c’est à cause des grèves qu’il y a autant de délocalisations en France et que les contrats échappent aux entreprises françaises !

 

Pourtant, Laurence a la mémoire courte…

 

Nicolas Sarkozy n’avait-il pas déclaré que, désormais, en France, quand il y a une grève, c’est à peine si ça se voit !

C’est pas bien, Laurence, de désavouer la parole sacrée du président de la république !

 

Laurence Parisot ou le cynisme incarnée ?

 

Je crois que la pauvre Laurence joue sa petite propagande syndicale pour ces pauvres patrons français qui souffrent énormément de la crise et peinent à faire aussi bien que leurs collègues allemands!

 

Réputation de la France ? Les journaux étrangers, l’ONU, les chancelleries étrangères, et même le pape, très décus par la France parlaient d’autre chose que les grèves non ?

Les roms et la politique sécuritaire, le racisme d’état et le reniement des grands principes, voilà ce qui provoquait leur courroux.

 

Laurence Parizozo ou comment exister médiatiquement même si on a rien à dire…

Publié dans social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article