La politique étrangère de la France : un bilan catastophique

Publié le par Milton Dassier

http://i48.servimg.com/u/f48/11/28/30/37/barbie12.jpgObama vient encore d’infliger un camouflet aux européens en boudant le sommet USA-Europe prévu aujourd’hui à Madrid. Beaucoup d’observateurs y voient plusieurs signes :

 

D’abord, l’administration américaine veut montrer aux pays européens qu’elle n’y comprend pas grand-chose dans l’organisation institutionnelle de l’Union Européenne. Comment s’y  retrouver entre le pays qui assure la présidence du moment (L’Espagne) , le président de la commission Barroso et le président de l’Union, Van Rompuy ?

Pourtant cette organisation institutionnelle est née du fameux traité de Lisbonne dont Nicolas Sarkozy se vante d’être le promoteur !

 

Il y a aussi le désintérêt des Etats-Unis pour l’Europe. La coopération avec l’Europe est acquise. Tous les pays majeurs de l’Europe font partie de l’OTAN et l’Europe a tendance à s’aligner systématiquement sur les positions diplomatiques américaines. L’Europe n’est donc plus qu’un vassal loyal, développé, moderne et riche.

Vis-à-vis de Etats-Unis, L’Europe vit sur son passé d’ami et d’allié redevable de sa libération du nazisme. Elle se voit comme membre du directoire du monde dans l’ombre du grand frère américain.

Sauf qu’elle n’a peut-être pas vu que le leadership états-uniens a été fortement mis à mal ces derniers temps, crise financière et crise économique obligent.

 

L’Asie est donc le continent de toutes les attentions américaines. La Chine et sa croissance à deux chiffres, son influence grandissante dans tous les domaines menace l’ordre établi : celui d’un occident qui décide de tout.

 

Les européens voient dans La Chine, un marché à conquérir.

 

Les Etats-Unis la voit surtout comme un partenaire à séduire. La Chine est limitrophe de La Russie, du Japon, des Corées mais aussi de L’Inde, du Kazakhstan, du Tadjikistan, du Kirghizstan, du Pakistan et de l’Afghanistan !

 

Et il en sera de même avec L’Inde.

 

Le centre du monde est devenu cette grande zone qui va du Moyen-Orient au Japon. L’Iran et L’Irak avec leurs réserves de pétrole, le Turkménistan et le Kazakhstan avec leurs réserves de gaz naturel. L’Inde, La Chine futurs géants industriels rejoignent le Japon la Corée du sud et Taïwan. Sans oublier La Russie. Quatre puissances nucléaires y cohabitent…

 

Et La France ?

 

On peut se poser des questions sur la politique étrangère de La France. Que Fait Bernard Kouchner, trophée de l’ouverture à gauche ? Il est complètement inexistant.

 

On peut même se demander s’il existe une politique étrangère à part celle qui accompagne la régulation de l’immigration et celle des nouveaux réseaux africains et arabes qui se sont ajoutés ou substitués à ceux de Jacques Chirac sans changer grand-chose, en perdant même en influence.

 

Pire, la politique atlantiste et néoconservatrice de La France la place dans une situation de faiblesse. Sarkozy avait misé sur Bush et Mac Cain. Il espérait certainement être le « Tony Blair » de Mac Cain pour en tirer un profit de politique intérieure en devenant une sorte chef de l’Europe continentale consacré par les Etats-Unis.

http://a33.idata.over-blog.com/500x494/2/36/25/88/images5/jpg_Obama-et-Sarkozy-c_est-le-g-f5146.jpg 


La politique européenne de La France a plutôt agacé qu’autre chose. D’abord très proche de la Grande-Bretagne pour montrer la sincérité de la conversion française à l’atlantisme, on a assisté à un virage à 180° pour recoller les morceaux avec l’Allemagne. Cependant, les relations franco-allemandes restent à un niveau inférieur de celles qui réunissaient Kohl et Mitterrand ou bien Chirac et Schroeder.

 

 

La France est partisane de sanctions très dures contre L’Iran. Elle est absolument alignée sur les positions les plus dures de la droite israélienne. Nicolas Sarkozy fait des coups médiatiques entre lesquels, il ne se passe rien. Même la crise géorgienne a donné lieu à un coup bidon de Nicolas Sarkozy, arrivé en Géorgie juste pour convaincre les russes de ne pas prolonger la guerre et aggraver la situation. C’est ce qu’ils avaient prévu de faire de toutes façons. Au contraire, Sarkozy leur a facilité la tâche et a validé au nom des occidentaux les objectifs russes :  la prise par la force de territoires géorgiens.  

 

L’Union Pour la Méditerranée inaugurée en grande pompe ne sert à rien. La politique africaine se résume à du mépris pour les peuples et des réseaux pour hommes d’affaires proches du sarkozisme. La francophonie politique est en panne.

 

Quand on voit la diplomatie française à l’œuvre, faite de coups médiatiques et de signatures sur de gros contrats, c’est à se demander si les hommes politiques connaissent la nouvelle donne géopolitique du monde voire la géographie.

 

Publié dans international

Commenter cet article

decembre 08/02/2010 15:39


...Il y a aussi le désintérêt des Etats-Unis pour l’Europe....

Vous voulez rire n'est-ce pas ? Ce sont les américains qui ont inventé l'UE, pas les européens.


Milton Dassier 08/02/2010 17:42


Ils ont encouragé l'europe mais, rappelez-vous, ils ont plutôt eu peur qu'une europe trop forte, unie et active militairement ne leur fasse de l'ombre et ne sorte de l'OTAN. Votre raisonnement ne
tient vraiment pas la route...