La Norvège : victime d’un fou ou punie pour son indépendance ?

Publié le par Milton Dassier

On résume.

L’attentat en Norvège est d’une ampleur  telle que beaucoup se demande comment un homme seul a pu organiser un massacre pareil.

 

Deux pistes plausibles se profilent :

 

Un illuminé très intelligent, habitué d’internet et de ses forums, un solitaire désabusé qui a pu se forger une opinion radicale quant aux solutions pour éradiquer les problèmes de la société européenne tels qu’il les voient. Un type façon Sean Penn dans « L’assassinat de Richard Nixon ».

Le pitche : Un type joué par Sean Penn va de déconfitures en déconfitures dans tous les secteurs de sa vie. A force d’encaisser toujours plus de coups et de côtoyer une misère psychologique qui fait résonnance à la sienne, il se retrouve dans une véritable descente aux enfers. Il décide alors de prendre un aller simple vers le suicide ou le meurtre. Petit à petit, il se convainct que le problème est politique et que l’élimination du mal est nécessaire et fomente l’assassinat du président des USA, Richard Nixon .

 

  

L’autre piste est lié au profil politique de la Norvège et de ses prises de position en faveur des palestiniens. La Norvège est le pays d’Europe le plus hostile à Israël et l’a démontré à travers des faits peu médiatisés en France. Breivik est décrit comme un ardent pro-sioniste au nom de la volonté de l’état d’Israël d’être l’état des juifs donc un état qui rejette le multiculturalisme si honni du terroriste norvégien.

 

Il se trouve que le meeting où s’est commis le massacre était celui des jeunes du Parti Travailliste de Norvège, très engagés pour les droits des palestiniens et solidaires de l'idée d’un boycott économique total d’Israël ce qui va beaucoup plus loin que l'opération BDS.

Alors, certains parlent d’opération false flag (sous fausse bannière) qui aurait échoué puisqu’on a trouvé l’un des auteurs des attentats. Si Breivik avait pu s’échapper, les attentats auraient été imputés à des islamistes ou à Khadafi, ce qui aurait précipité l’occident dans une répression féroce au sein de ses populations musulmanes, à se méfier de tout pouvoir se revendiquant musulman- donc du Hamas- ou à intensifier la guerre contre Khadafi !

 

La libye : l’étrange alibi d’une guerre

 

Parlons de cela justement. Là aussi, tout est bizarre. La Libye, riche dictature n’est pas la Norvège, exemple de démocratie authentique, mais toutes les deux, elles tirent leur richesse du pétrole et sont très soucieuses de leur indépendance économique et politique.  La Libye, à vouloir trop finasser et tirer profit des occidentaux affairistes, en paye le prix fort aujourd’hui.

 

Rappelez-vous. En 2008, il y avait eu comme une « lune de miel » entre la France sarkozienne et la Libye de Khadafi. Contrats juteux, libération des infirmières bulgares, accueil en grande pompe de Khadafi à Paris. Trois mois avant le début de la guerre, Henri Guaino passait encore ses vacances de Noël en Libye !

On sait aujourd’hui grâce à Mediapart qu’une série de deals précéda les noces. Des deals conduits par Ziad Takieddine pour négocier les contrats et l’abandon des poursuites judiciaires françaises envers le bras droit et beau-frère de Khadafi, Abdallah Senoussi,très  impliqué dans l’attentat du DC10 d’UTA.

On peut ainsi aisément deviner que ce qui a poussé la France à s’engager dans le merdier militaire libyen est sans doute une rupture entre le clan Khadafi et le pouvoir sarkoziste qui a amené celui-ci à choisir opportunément de détruire le leader libyen.  Ce qui était devenu impossible avec un Khadafi imprévisible et fantasque, devenait possible avec les insurgés de Bengazi, certifiés dociles par Bernard-Henry Lévy en personne!

Etant donné le système de rétrocommissions sur des contrats d’armement à l’étranger mis en place par les amis de Balladur, Chirac et Sarkozy au cours des 15 dernières années et l’implication de Ziad Takieddine dans les négociations, on peut imaginer qu’un système similaire avait cours entre le pouvoir sarkoziste et Khadafi. Ce qui veut dire que les accusations du fils de Khadafi qui prétend que la Libye a financé la campagne de Sarkozy en 2007 ne sont pas forcément fantaisistes.

 

 

 

Les insurgés de Bengazi ont à leur tête certains anciens membres du clan Khadafi devenus opposants et fervents démocrates comme l’a affirmé BHL malgré leur implication dans l’emprisonnement des infirmères bulgares.

Fervents démocrates ayant conservé leur carnet d’adresses où figure certainement en bonne place le nom de Ziad Takieddine…

 

Un attentat en Norvège ou une guerre en Libye ! Tout est bon pour assujettir !

Publié dans international

Commenter cet article