La France : une démocratie stalinienne de droite ?

Publié le par Milton Dassier

baguette2.gifJour après jour, c’est comme une gangrène, ça sent de plus en plus mauvais !

 

Je ne sais comment vous faites, mais que dire à un enfant sur l’avenir qui l’attend en France ?

 

Un beau pays au passé glorieux par ses aventuriers, ses artistes, ses écrivains et ses penseurs; pas ses hommes de pouvoir.

 

Un pays où la police a des pouvoirs exorbitants.

 

Elle traque puis laisse mourir d’électrocution dans un transformateur deux enfants qui n’étaient pas de la bonne couleur de peau, ni du bon milieu social.

 

Elle mutile au flash-ball des manifestants récalcitrants même quand ils s’expriment pacifiquement.

 

Elle arrête des enfants de six et huit ans sur le simple soupçon d’un vol de bicyclette.

 

Elle interpelle et menotte des enfants de 13 ans qui pensaient que leur carte scolaire de transport par bus était valable pendant les vacances.

 

Elle arrête et menotte des jeunes filles de 14 ans parce qu’elles ont pris partie à une bagarre à la sortie de leur collège.

 

Un pays où la justice est juste mais avec les puissants :

 

Combien d’affaires de soi-disant outrage et rébellion vite expédiées juste sur la bonne foi de policiers zélés ?

 

Combien de détentions arbitraires pour de soi-disant menaces à la sécurité de l’état ?

 

Combien de politiciens accusés de corruption dont les instructions traînent de juge en juge jusqu’au classement sans suite ou un non lieu ?

 

Combien de justiciables privés de recours parce que la fermeture des tribunaux rend impossible l’accès à un juge, et ce pour des raisons géographiques et d’insuffisance de moyens?

 

Combien de travailleurs poursuivis, combien de travailleurs condamnés à se suicider par  désespoir ?

 

Combien de suicides par an dans les prisons françaises ?

 

Un pays où l’hypocrisie, la manipulation, la vanité médiatique et les calculs électoraux ont remplacé la noblesse des idées, le souci de l’intérêt général et la raison politique.

 

A chaque jour son dérapage avec ses sous-entendus racistes et xénophobes.

 

A chaque jour son fait-divers avec un politicien proposant de faire une loi spéciale, une loi d’exception qui devient peu à peu la règle.

 

A chaque jour un politicien démagogue qui commente l’actualité sur les ondes à la place des journalistes de plus en plus aux ordres.

 

A chaque jour, ses chômeurs, ses SDF, ses sans papier, ses travailleurs précaires au bout du rouleau, ses jeunes en déshérence et dont personne ne daigne parler sinon pour s’en offusquer, sinon pour émettre un léger regret du bout des lèvres selon le contexte médiatique.

 

Un pays où, insidieusement, la démocratie devient sécuritaire, populiste et sans contre-pouvoir.

 

Un pays où le pouvoir s’exerce avec vulgarité et témoigne ainsi du mépris qu’il voue au peuple.

 

Un pays où la république est prise en otage par des clans, des puissances financières, des corporations influentes.

 

Un pays dont la démocratie n’est plus qu’apparente à travers des élections considérées comme une simple formalité et fait l’objet d’une conquête à coup de propagande et de marketing pour des politiciens professionnels et carriéristes qui cumulent mandats, fonctions, rémunérations et avantages.

 

Un pays fier de ses artistes passés mais qui censure ceux d’aujourd’hui. Un pays dont la liberté d’expression a le col usé, les manches trouées et sera bientôt en guenilles grâce à l’action souterraine et opportuniste de lobbies et de courtisans.

 

Journalistes aux ordres ou tout simplement courtisans.

La chanteuse Diam’s villipendée ! Le rappeur Hamé poursuivi ! L’humoriste Stéphane Guillon menacé ! Siné, Edgar Morin et d’autres poursuivis ! Guigne limogé ! Dieudonné interdit ! L’écrivain Marie N’Dyaye rappelée à l’ordre ! La peintre Siu Lan Ko censurée !

 

 

Un pays qui  surveille ses citoyens à travers ses caméras de surveillance, ses 57 fichiers et des autorisations administratives d’espionner le téléphone et l’internet de chaque citoyen directement chez lui.

 

Bientôt, elle n’aura rien à envier à l’Iran quelle critique beaucoup pourtant.

 

La France prend le chemin non pas d’une dictature fasciste au pouvoir autocrate mais d’un régime oligarchique à la chinoise.

 

L’UMP n’a-t-elle pas signé un accord de coopération avec le Parti Communiste Chinois ?

Publié dans opinions

Commenter cet article

olive 20/03/2010 15:20


Réponse à M Dassier
C’est votre définition mais pourquoi pensez vous que toute privation devrait être stalinienne ?

L’opinion de français est figée sur la propagande médiatique qui ne correspond pas du tout à la vie dans ces pays, je le sais puisque j’habitais dans un pays communiste.

En jetant du stalinien par ci, par là, je ne sais pas si vous vous rendez compte que vous offensez beaucoup de personnes puisque ce mot est considéré comme péjoratif par les occidentaux.
Il faudrait rappeler aussi que les postes clés étaient occupé par des juifs russes, ça, on n’en parle pas.
Une autre question, quelles communautés imposent leurs dictats en France ?

Certains français voient la France en partenariat avec la Russie. D’abord, on calomnie, on dénigre et un jour, vous dites : maintenant on oublie tout et on commerce ensemble ; ça ne marche pas
comme cela. Regardez la réaction de la Chine qui signe des contrats ailleurs.
Il faut réfléchir à ce qu’on dit, écrit, penser aux conséquences.
Vous pouvez toujours développer l’économie françaises avec les pays d’Afrique, avec les pays musulmans puisque vous les avez mis sur le piédestal, tellement défendu au dépends des autres.

Mon texte est long car j’essaie de rompre les idées endoctrinées mais apparemment, on ne veut pas écouter, d’ailleurs, il est un peu tard pour cela.
En tout cas, j’étais surprise par votre réponse ; c’est la première fois qu’on me répond, sur un blog de particulier.

Je pense que la communication peut faire avancer beaucoup de choses mais il faut vouloir communiquer.


Milton Dassier 20/03/2010 20:13


Stalinien veut dire en France : un état fort, tentaculaire qui se mêle de tout y compris de la vie privée en se justifiant par la raison d'état ou un soi-disant intérêt général. Un état
dirigé par des oligarques issu d'un même milieu politique, celui du parti au pouvoir qui utilise des moyens importants pour soumettre les populations à ses idées. On dit stalinien pour marquer la
différence entre un socialisme démocratique et ouvert et un "socialisme" fermé et menteur avec une tendance au culte de la personnalité pour son chef.


roland 18/03/2010 09:40


excellent diagnostique (et donne froid dans le dos), c'est tout à fait ça.

Et rien qu'en se promenant dans un quartier qu'on a connu à qq années de distance, rien que ça, révèle :

Ainsi quand on se retrouve en situation de redécouvrir la vie des années d'avant 1980, des années 50, 60, ou avant, quand tout à coup par des romans, des films, des souvenirs personnels on se rend
tout à coup, horrifiés, compte d'à quel point certaines choses ont changé et de tout ce qu'on a perdu depuis l'époque de Gilbert Ganne en liberté, en qualité de la vie, en relations entre les gens,
et en équipement de la société, et en rapidité et fiabilité de fonctionnement des organismes et publics et privés.
Mais déjà, tellement la France est en chute libre, quelques années suffisent : Je me suis retrouvé hier dans un quartier où j'avais longtemps vécu et avais assidûment fréquenté, et où je n'avais
pas mis les pieds depuis plusieurs années (puisque maintenant on ne peut quasiment plus se déplacer en voiture dans une ville, quand à se garer il ne faut même pas penser )
de découvrir ce qu'est devenu un quartier que j'ai connu si vivant et sympa, ça fait un choc.
C'est là qu'on voit la différence !
Et les lignes de force de la dégringolade que subit la France.
J'étais jusqu'à présent estomaqué d'apprendre qu'aux USA les centre-villes, loin d'être les endroits les plus actifs, les plus riches, les plus beaux, les plus modernes, des villes étaient au
contraire les quartiers les plus délabrés, là où se forment les ghettos, où les gens se font tuer par les gangsters ou par les flics, où traînent les mendiants et les tags où tout est laid pauvre
et délabré ! Eh bien, je crois que maintenant la France va suivre, là aussi le même chemin.
Bien sûr avec les politiques municipales actuelles concernant la circulation et le stationnement, les magasins des contre-villes vont fermer les uns après les autres, faute de clients. Et en plus
l'épicerie du coin où je passais sur la route entre le bureau et chez moi a disparu, ça je le savais déjà, de même qu'on fermés successivement les marchands de meubles, les droguistes, les
marchands d'articles de jardin, et quasiment tous les autres commerces utiles, mais plein, plein d'autres commerces à leur tour ont fermés leurs portes, et on découvre des rideaux de fers couverts
de tags, et des bâtiments à l'abandon là où lors de mon dernier passage il y avait des commerces, des garages, etc, remplis d'activité.
Même l'étude du notaire, et sa demeure cossue, sont fermées, l'étude n'a pas été reprise, ce qui est surprenant, les gens doivent être morts, et la belle maison d'où on voyait entrer et sortir des
gens, est à l'abandon, bientôt en ruine, le jardin transformé en broussaille sauvage, et des boites de coca, des bouts de "plastocs" sales jetés, transforment la cour en décharge. Horrible ! Déjà
l'usine de mécanique avait été sous mes yeux fermée et transformée en résidence de standing à la mode de maintenant : un bloc blindé aux appartements sous digicode, et sans doute vendus très cher.
D'une manière générale on voit toutes les belles maisons "bourgeoises" du quartier, qui étaient des foyers, où des gens vivaient, à l'abandon ou en passe de le devenir, vu la délirante inflation
spéculative de l'immobilier.
Les hotels montrent des prix absolument délirants : 75 "euros" pour une nuit dans une chambre pour une personne ! (et dire qu'il y a 30 ans je pouvais loger à l'hotel, ce que j'ai fait durant plus
d'un an, aujourd'hui ce serait impossible, comment ferais-je ?! comment font les jeunes qui sont nommés ici ? doivent-ils comme on en montre parfois, coucher, tout en ayant un emploi dans les abris
pour clochards ?!)
Qui peut encore voyager, dans cette société d'exclusion, faite uniquement pour les cadres sup et les boursiers ?
Et les autres autrefois hotels ou cafés, ou épiceries, fermés et recouverts par des volets roulants fermés. Tout décati faute d'argent pour entretenir, ou alors remplacé par des fenêtres en
plastique.
Devant tous les cafés encore ouverts des gens debout dans le froid qui fument, silencieux, il ne manque plus qu'à leur coller une étoile jaune !


Et bientôt des caméras de vidéo-surveillance partout, comme dans un enfer de chez Staline. déjà leurs muffles hideux sont braqués sur le trottoir de la gare.


Milton Dassier 19/03/2010 18:48


Vous avez tout compris, c'est exactement ça. Ce côté froid et sans humanité, sans relations sociales : un aller simple pour la dépression voire le suicide...


olive 17/03/2010 16:53


C’est qui les staliniens ? Pouvez vous donner une définition avec des exemples


Milton Dassier 17/03/2010 17:53


Une démocratie populaire dont le pouvoir est détenu par une oligarchie qui s'arroge droits et privilèges en recommandant au peuple de penser à ses devoirs et à rien d'autre. On restreint les
libertés individuelles, on élimine les instances de contre-pouvoir, on contrôle  les médias. L'UMP a des airs de parti communiste soviétique quand elle est partout sur les écrans et les
radios, est reçue à l'Elysée par le président de la république qui est resté président de l'UMP, un président qui fait campagne pour son parti, chose qui ne s'était jamais vue auparavant.


maurice 12/02/2010 20:38


La France c'est pas l'Iran c'est l'egypte ou l'Arabie-seoudite ou Israel avec un monarque à sa tete.
Que va devenir la France si cela continue de se degrader comme cela de jour en jour avec ce pouvoir en place.


fachozy 12/02/2010 20:18


rajoutons l'horrible agression racistes
de policiers venus voles la caisse de honnetes indiens francais a paris
d'ailleur on entend plus parler de cette agression, surement mutes quelques part ou ils pourront encore taper du basane


Milton Dassier 12/02/2010 22:16



Oui vous avez raison car ce coup est révélateur du climat dans la police.
Au départ, la police est arrivée suite à l'appel "au secours" des policiers pris à partie par les indiens.


Puis, une fois sur place, ils ont embarqué les indiens comme des malfaiteurs et ce n'est qu'au commissariat que les indiens ont pu enfin dire que leur magasin était sous surveillance vidéo et que
cette vidéo confirmerait leur version. Je n'ose imaginer ce qui leur serait arrivé si la vidéo était tombé en panne ce jour-là