La France comme on l'aime, bientôt rayée de la carte?

Publié le par Milton Dassier

abrarac2.JPGDébat sur l'identité nationale, expression raciste et xénophobe qui touche la droite et la gauche parlementaires, classe moyenne déclassées, libertés surveillées, collusions entre l'exécutif politique et les puissances d'argent, prestige de la France en berne.


Etait-ce cela que voulaient les français quand ils ont voté Nicolas Sarkozy?


Tout le monde le reconnait aujourd'hui : le pays va mal, très mal. Les étrangers qui visitent La France régulièrement vous le diront tous. Les français sont devenus agressifs, tendus avec une attitude de "chacun chez soi", "chacun pour soi" qui étouffe tout désir de solidarité, toute volonté de fraternité.


L'impression d'un navire sur le point de faire naufrage est là. La tempête fait rage et déjà chacun veut la meilleure place pour avoir une chance, d'autres un peu mieux informés sont déjà aux canots de sauvetage... L'équipage ruse et dit que tout va bien. Pour avoir la paix et cacher ses choix de navigation désastreux, il accuse une partie des passagers de vouloir se mutiner, d'autres de vouloir imposer leurs lois à tous les passagers. Et ça marche!


Un exemple vécu très parlant.


Il y a quelques semaines, j'étais invité à dîner chez des amis. La discussion part sur Sarkozy. L'un des convives, fils d'un immigré croate, un yougo comme on disait avant, avoue avoir voté Sarkozy en 2007 et le regrette un peu. Il se plaint du climat d'insécurité, des incivilités dû aux immigrés qui n'ont rien compris, selon lui, à l'identité française et ses valeurs, à tous ceux qui trichent, fraudent et ne sont là que pour profiter des prestations sociales.
Quelqu'un tente de le contrer en lui rappelant ses origines mais il persiste en parlant d'une identité européenne aux valeurs très proches de celles de La France à cause de la proximité géographique et de traditions communes. Il le dit en regardant dans les yeux une jeune femme antillaise.


Celle-ci ressent de la gêne. Elle aimerait le contrer mais n'ose pas de peur de faire l'unanimité.. contre elle ou de plomber un peu plus l'ambiance.


Soudain, un invité en retard pointe le bout de son nez et accuse le convive sarkozyste. Apparemment, il a entendu ce qui s'est dit auparavant.

Et on apprend que "le croate" est un ancien cambrioleur bien connu de la justice, des erreurs de jeunesse comme on dit, qu'il a hérité de terrains de son père sur lesquels il a fait construire pour devenir loueur, et que la construction a été réalisée en bonne partie au noir par des cousins de Croatie bien contents de venir "à Paris" travailler le temps du chantier.


A ce moment, l'invitée antillaise se sent pousser des ailes et déclare que c'est tout de même un comble de s'en prendre à des gens en raison de leur couleur de peau ou de leur origines visibles, que les antillais comme elle souffrent au quotidien de discriminations, d'un mal vivre quand ils sont en France malgré la participation de leur aïeux à toutes les guerres de La France depuis 1848 et elle énumère :corps expéditionnaire au Mexique sous Napoléon III, sécurisation de la construction du canal de Panama, guerre de Crimée, 1ère guerre mondiale, 2ème guerre mondiale, libération de La France, guerre d'Indochine, guerre d'Algérie.

Pour elle, les fameux devoirs que rappellent les édiles de l'UMP, les antillais les ont réalisés depuis longtemps et, force est de constater que les antillais ne se sentent pas toujours français à part entière, comme s'il existait un soupçon d'usurpation.


Elle en tire une conclusion sans appel: les français ont tendance à se laisser manipuler par ceux qu'ils élisent.
Quand on leur demande de donner pour le téléthon, pour le tsunami, pour Haïti en leur disant qu'ils sont généreux dans l'âme, alors ils donnent. Quand on leur dit de se méfier des musulmans, des immigrés africains au nom de l'identité nationale, ils foncent de la même façon...


L'invité "yougo" ne dit plus rien...


La vérité est que les hommes politiques ont décidé sans en référer au peuple de vendre les valeurs françaises aux enchères contre l'assurance de garder le pouvoir en interne et de juteux contrats à l'étranger.

Les valeurs françaises servent de support de com' finalement. A l'étranger, le soutien inconditonnel à Israël dans le conflit israélopalestinien, la politique agressive à l'égard de l'Iran, la réintégration dans l'OTAN n'ont d'autres buts que de s'assurer des contrats d'armements et de coopération militaire et industrielle avec les Etats-Unis et d'autres puissances. Bref, figurer en bonne place dans le club de ceux qui tirent les ficelles du monde et font des profits...


En politique intérieure, on a inventé et fait avancer de nouveaux concepts pour faire de l'ombre à la liberté, l'égalité, la fraternité, la solidarité, la laïcité.


Par exemple, la sécurité qui justifie tant d'atteintes aux libertés.


Par exemple, l'identité nationale qui justifie tant d'atteintes à la fraternité, à la liberté, à l'égalité.


Par exempe, le communautarisme qui justifie la stigmatisation des musulmans et de fréquentes atteintes à la
laïcité et à la fraternité.


Par exemple, le bouclier fiscal et l'équité sociale qui justifient tant d'atteintes à l'égalité.


Par exemple, la compétitivité économique qui justifie tant d'atteintes à la solidarité.


Le but de tout cela est de faire de La France un pays néofasciste dans la lignée de l'Italie de Berlusconi et anglo-saxon, dominateur et belliciste dans le sillage de la Grande-Gretagne de Tony Blair.

Publié dans opinions

Commenter cet article