L'UMP, le repli sur soi et le déclin inéluctable de La France

Publié le par Milton Dassier

http://yahoo.bondyblog.fr/images/spider_544_copy_3.jpgIncroyable, cette affaire autour d'Ali Soumaré! Vous avez tous les détails sur les faits ici.

 

Incroyable, car on a l'impression d'un seul coup, de ne pas être dans le siècle 21ème!

Rappelez-vous, il y a un an, un homme métis, noir, était élu à la présidence des Etats-Unis.


Aux Etats-Unis, un pays qui pratiquait la ségrégation raciale il y a à peine 40 ans!

Lors de son élection, nombreux furent ceux, en France, qui saluèrent ce progrès et souhaitaient apporter l'amitié de la France à ce nouveau président.


La nouveauté était que, pour la première fois, un président des Etats-unis donnait sa vision des gens de son pays. Pas une vision angélique basée sur la conquête et les pionniers mais celle d'une nation qui doit sa prospérité et son identité de nation fière d'elle-même à tous ceux, sans exception qui la composent. Cette vision s'est exprimée dans le discours de Philadelphie au cours de la campagne électorale.

Le discours d'Obama à Philadelphie sur les races est en fait un discours sur l'unité de la nation. Pour le président américain, une nation ne se résume pas à la somme de ses parties, elle constitue un tout qui la dépasse. Surtout, au cours de ce discours, il ne chercha pas à définir ce tout comme le gouvernement français tente de le faire à travers le débat sur l'identité nationale en France.

Au contraire, Obama laisse à chacun le soin de façonner son "rêve américain". Il rappella que son pasteur, ancien marine's, et d'une très grande générosité envers les faibles avait des idées radicales parfois offensantes pour les blancs et offensantes pour les valeurs américaines. Il rappela aussi que sa grand-mère blanche, toute généreuse qu'elle sut être, avait une peur bleue des jeunes noirs qu'elle assimilait à des délinquants; ce qui était offensant pourles noirs et allait à l'encontre des valeurs américaines.

Obama ne stigmatisait ni les blancs racistes, ni les noirs identitaires. Il les considérait comme des américains dans des Etats-Unis qu'il fallait faire évoluer puisque le propre de n'importe quelle nation est de se transformer pour s'adapter au monde et à l'histoire en mouvement. L'existence d'une méfiance raciale et communautaire était ce qui justifiait ce besoin d'évolution. Mais une évolution qui ne rejette pas et ne laisse personne au bord du chemin pour une soi-disant incompatibilité!


Pourtant, en France, face à une crise qui fait mentir le candidat Sarkozy jusque dans ses promesses les plus faciles à tenir, depuis un an justement, les allusions racistes se multiplient comme si l'essentiel n'était plus de rassembler la nation mais son camp politique et idéologique en usant de la vieille ficelle électorale : celle du bouc-émissaire qui ne sait pas s'intégrer parce qu'il n'est pas d'ici!.. Certes, ce n'est pas du lourd à la Le Pen ou à la Frêche. Les caciques UMP ont la subtilité d'avancer par allusion et jouent ainsi sur l'ambiguïté.


Leur racisme est un mélange détonnant de racisme social, de paranoïa sécuritaire, de xénophobie et de clichés colonialistes.


La phrase du maire de Franconville fait référence à un homme jeune, noir et musulman. Son nom évoquerait, selon le maire UMP, celui d'un joueur du PSG mais de l'équipe réserve. Le mépris racial dans toute sa splendeur et on nous fait le coup à l'identique de ce que disaient Alain Finkielkraut et Georges Frêche quand ils parlaient du trop grand nombre de noirs dans l'équipe de France de football.


Les noirs et les maghrébins ne seraient bons qu'à jouer au football, à être des sportifs. Pas assez intelligents et cultivés pour être autre chose alors!

Racisme social car Ali Soumaré est très impliqué dans la vie associative de Villiers-Le-Bel, une ville de racailles pour beaucoup de militants UMP.. D'ici à considérer que le PS dans le Val d'Oise a choisi une racaille comme tête de liste, il n'y a qu'un pas que chaque sympathisants UMP assistant au meeting, franchira allègrement dans sa petite tête. Les rires après les mots du maire, en seront la preuve..


Dommage, vraiment dommage. Hormis l'Allemagne et le Japon, les pays du monde qui ont le vent en poupe aujourd'hui sont multiculturels. Les crises identitaires, les tensions raciales existent aussi dans ces pays mais ne les freinent pas. La jeunesse est là, valorisée pour prendre le témoin de l'essor économique.

http://www.pileface.com/sollers/IMG/jpg/monneret_france_fanee.jpg

La France a bien du mal avec sa diversité qui compose sa jeunesse. Elle vieillit mal. Elle radote, bougonne, se ferme, se plaint d'aigreurs à son identité, ne voit pas ses trous de mémoire. Pour moi, ça pue le vieillissement avec déclin physique et cognitif. Les futurs retraîtés français devraient se rappeler qui va cotiser pour payer leur retraîte au lieu de bougonner sur cette jeunesse basanée qui leur fait horreur...

Cette diversité pourrait être une de ses valeurs ajoutées sur sa présence et son influence dans ce monde en mouvement mais cela, elle ne l'envisage pas.


On attendra donc longtemps en France ces "ambassadeurs" capables de négocier, décrocher et obtenir des contrats, des licences d'exportation, des accords de coopération, de faire investir des entreprises françaises dans des pays où la connaissance de la culture locale constitue un avantage face aux pays concurrents.


Je suis sûr qu'à compétence égale, un dirigeant d'entreprise français parlant parfaitement arabe et de confession musulmane obtiendrait plus de résultats avec les autorités et entreprises des pays du Golfe Persique qu'un dirigeant français de souche peu familier de ces pays.


Je suis sûr qu'on forme mieux des spécialistes étrangers dans un domaine donné si on est un français qui a des "racines" culturelles de leur pays.


La Grande-Bretagne a mieux compris cela. Grâce aux élites de sa communauté chinoise, elle obtient des accords et des contrats en Chine. Grâce aux élites de sa communauté indienne, elle signe des accords avec l'Inde. Grâce aux élites de sa communauté africaine, elle coopère bien avec le Nigéria et le Kenya sans néocolonialisme à la française qui étouffe.


La France, elle, préfère le tape-à-l'oeil des lambris dorés et des cadeaux clinquants et coopère par exemple en Afrique, à l'aide de réseaux d'influence et de corruption issus de la décolonisation.


Si elle continue ainsi, La France perdra peu à peu son rôle international. D'ailleurs, la Chine est en train de prendre pied en Afrique.

On ne peut prétendre rayonner sur une bonne partie du monde avec un esprit aussi fermé à la diversité du monde qui existe chez soi. Avoir l'esprit fermé, n'est-ce pas ce que signifient des propos comme ceux de ce maire UMP de Franconville qui s'ajoutent à ceux d'autres responsables de ce parti et parfois aussi, mais plus rarement, du PS?


Enfermer son esprit à double tour dans des clichés d'un autre âge, témoins de la persistance dans les têtes d'injustices passées, c'est perdre de la lumière. Alors, les yeux ne voient plus que des ombres terrifiantes qui justifient encore plus de verrouillage et encore moins de lumière.


Les morts se sentent en sécurité dans leur cercueil.


Crédits : Dessin Benoit Nonneret -pileface.com 

Publié dans racisme et xénophobie

Commenter cet article

Trinita 02/02/2010 23:31


Sincérement, au (à la) môme de 15 ans, je ne lui aurais pas répondu que “c’est une plaisanterie parce qu’il l’aime bien”, mais que si la phrase du maire est crétine, rien ne prouve qu’elle soit
raciste. S’il me demandait si c’est parce qu’il porte un nom africain (…), je répondrais que ça peut être le cas, que ce monsieur est peut être raciste, bien sûr, mais qu’il n’y a pas
d’évidence.
Alors “Des gens de Franconville ont déclaré que…” Je ne sais pas si je dois y accorder beaucoup de crédit. Et, même si ses penchants pour l’extrême droite étaient avérés, je resterais persuadé que
l’on peut sortir cette phrase sans arrière pensée raciste. (Certes, peut-être pas dans le cas précis d’un tordu d’extrême droite…)
Là, les raccourcis utilisés comme “preuves” me semblent exagérés. (A moins qu’il y ait quelque chose de spécial avec cette équipe réserve du PSG. Ca commence à m’intriguer)

Aux mômes, je dirais la même chose qu’aux adultes: Oui, il y a du racisme, oui c’est complétement con. Mais il faut savoir faire preuve de discernement et, bien qu’en étant vigilant, ne pas voir de
racisme partout. Je trouve dommage d’aller chercher tout de suite le fait que la personne raillée soit noire pour interpréter les propos, les pensées d’une personne et la qualifier de raciste si
elle est différente de sa “victime” (la victime de sa blague). D’ailleurs, dans la même réunion, Rama Yade a dit que si elle avait été candidate dans le Val d’Oise, elle en aurait été la passagère
clandestine. Les sourires et les rires n’étaient pas différents de ceux ayant accompagné la réplique du maire… L’allusion à la couleur n’est-elle pas plus flagrante ? Pourtant, je n’ai pas vu de
réaction outrée.

Que ce soit clair: Nous sommes d’accord pour dire qu’il est anormal d’attaquer son adversaire sur ses origines ou sur son nom. C’est sur l’évidence ou non du sous-entendu dans les propos du maire
de Franconville que nous sommes en désaccord.
… Et que nous le resterons, je pense, puisque tu vois une évidence où je ne vois qu’une éventualité maquillée à la hâte en certitude. Quitte à ce que je me sente seul.

Quant à cette expression, “issu de la diversité”, je déplore qu’elle se banalise. Coller l’étiquette “issu de la diversité” aux “pas-blancs”, en disant “tiens, tu vois, je t’aide à t’en sortir”, je
ne trouve pas que ce soit une solution. Quand Nico qualifie Dati et Yade de candidates issues de la diversité, quand JP Huchon se vante d’avoir 20% de diversité sur sa liste (celles-là, je ne m’en
remets pas), je trouve ça gerbant, et d’une discrimination bien plus flagrante à mes yeux qu’une blague, aussi conne soit-elle, qui mettrait en cause une personne “noire et musulmane”.

Pour finir, le coup des antillais plus contrôlés que les blancs (pour faire court), je ne te l’expliquerai pas, ou en tous cas je n’apporterai aucune justification, car je ne trouve pas ça normal.


Milton Dassier 03/02/2010 01:04


Merci de ta réponse. Nous sommes bien d'accord en fait.
Edwy Plenel a fait un très bon article sur l'histoire Frêche. Il cite deux auteurs plutôt opposés: Léon Trotsky et Georges Orwell.
Trotsky : "La grossièreté du langage est un héritage de l'esclavage, de l'humiliation, du mépris de la dignité humaine, celle d'autrui, et la sienne propre.... Dans la bouche d'un
maître, c'est «l'expression d'une supériorité de classe, d'un bon droit esclavagiste, inébranlable."
Orwell: "La décence commune est ce sentiment intuitif propre aux populations opprimées des choses qui ne doivent pas se faire, non seulement si l'on veut rester digne de sa propre
humanité, mais surtout si l'on cherche à maintenir les conditions d'un existence quotidienne véritablement commune»
Tout est dit si on prend le temps de bien comprendre.

Quand les politiciens censés être éduqués, lettrés et cultivés usent de formules indécentes dans un langage "populaire", ils insultent le peuple car ils le singent tout en le manipulant. 
En voulant faire peuple, ils montre leur répugnance envers le peuple.


A2N 02/02/2010 16:17


Bonjour, Milton !

Tu as dit, en réponse à un miltonaute: "Il faudra que tu m'expliques pourquoi un antillais dont les ancêtres sont français depuis 1635 et qui porte un nom bien français, se fait plus facilement
contrôler par la police et subit plus de discriminations qu'un français originaire d'Europe de l'est..."


En effet, le problème des élites françaises se situe au niveau de la peur de l'altérité, notamment lorsqu'elle ne leur renvoie pas leur image. Autrement dit, il s'agit d'un quasi reflexe de survie
pour ces élites là. Et dans cette logique, il faut admettre que tous les coups sont permis, car elles ( les élites) pensent se défendre contre des envahisseurs qui ne leur ressemble pas. C'est ce
qui explique que la France n'est pas choquée de constater que toutes les sphères décisionnels sont occupées par des gens qui parlent le même langage, partage le même humour, prie souvent le même
dieu, et se rencontrent parfois les mêmes clubs échangistes.
Cette réalité est flagrante à tous les niveaux de la société française, tant en politique, économie, sport, centrales syndicales, etc...
C'est ça la France !
Moralité, le dérapage du maire de Franconville n'est rien d'autre que la démonstration cette phobie structurelle de l'autre.On pourrait même dire qu'il s'agit, en paraphrasant l'écrivain Pascal
Bruckner, du "sanglot de l'homme Blanc".
Il est temps que la France se retourne sur son passé colonial, à défaut, elle va se noyer dans son hypocrisie institutionnelle. Cette situation ne pourra que favoriser les Nicolas Sarkozy et
consorts, ceux là qui ont compris les névroses identitaires de ce pays.

Foss !

A2N


Milton Dassier 02/02/2010 17:41


Merci, c'est bien pensé. Chaque jour son dérapage, toujours révélateur de ce que tu dis: le problème de l'altérité et donc de la fraternité.


Trinita 31/01/2010 23:43


Cette histoire me dégoûte tellement que je suis même allé sur le site du Parisien pour y laisser un commentaire (j’aurai dû le copier). Je commence par préciser que je ne suis pas pour l’UMP, que
ce parti a même fortement tendance à me foutre la gerbe. Mais dans l’histoire à laquelle tu fais allusion, c’est la réaction des gens du PS qui me fout la gerbe. Sincérement, je ne vois pas en quoi
il peut être avéré que les propos de ce Mr Delattre soient racistes. Quel rapport entre l’équipe réserve du PSG et le fait que Mr Soumaré soit “issu de la diversité” (comme j’imagine que tu le
qualifies toi-même)? Tu considéreras peut-être que tu apportes une réponse à cette question dans ton texte, mais elle ne me convainc pas.

N’y a-t-il pas assez de sujets sur lesquels il n’y a pas besoin de tomber dans de telles bassesses pour s’en prendre aux “valeurs” de l’UMP ? Le PS se met là au même niveau que son “ennemi”.

Tout cela est ridicule, tout comme ton affirmation:
“La France a bien du mal avec sa diversité qui compose une grande partie de sa jeunesse”.
La diversité, ce n’est pas qu’une partie: C’est tout. La diversité ce n’est pas uniquement “les noirs et las arabes”.
Encore une jolie contradiction de pseudo anti-racisme, qui bien souvent se rendent coupables de ce qu’ils prétendent dénoncer.
Je crois que, malheureusement, le désaccord n’est pas qu’un probléme de vocabulaire. Tu parles d’ouverture d’esprit ?


Milton Dassier 01/02/2010 00:27



Tu sais, j'ai un moyen très simple de m'y retrouver. Expliquer ce genre d'affaire à un enfant qui regarde la chose et pose les bonnes questions (j'ai une fille de 15 ans):
"Papa, pourquoi les gens ont rigolé quand le maire a dit "Ali Soumaré, j'avais cru à un joueur de l'équipe de réseve du PSG mais quand on m'a dit qu'il est de Villiers-le-Bel, ça change
tout!"? Est-ce que c'était par méchanceté?". Tu réponds quoi à ce môme? Que c'est une plaisanterie parce qu'ils l'aiment bien ?
Que diras-tu à ce môme s'il demande: "Est-ce que c'est parce qu'il porte un nom africain que le maire a pensé que ça pouvait être un joueur de l'équipe réserve du PSG? S'il l'a vérifié
à quoi ça lui sert d'en parler?"
Les gosses ont le chic pour repérer le chemin qui mène aux intentions cachés des gens.
Dans ce genre de déclaration, c'est bien l'intention qui compte et là, l'intention est claire. D'autant que des gens de Franconville ont déclaré ensuite que le maire était plutôt
tendance extrême-droite dans certaines de ses convictions...

C'est bien là le hic, les gosses apprennent l'instruction civique à l'école, ils apprennent les valeurs de la république et les bases de la vie démocratique. Tu trouves que c'est un bon exemple
d'une vie démocratique saine, ces attaques contre un adversaire à cause de son milieu d'origine et de son nom? Qu'est-ce qui empêchera un ado de faire pareil lors des élections des délégués de
classe au collège?

Quant à la diversité. Moi, je ne fais qu'employer le mot consacré par tout le monde. La diversité c'est l'apport des groupes non français de souche à l'identité française. Bien sûr que le terme
est impropre! La contradiction est partout présente dans la manière dont pas mal de français se regardent entre eux. Il faudra que tu m'expliques pourquoi un antillais dont les ancêtres sont
français depuis 1635 et qui porte un nom bien français, se fait plus facilement contrôler par la police et subit plus de discriminations qu'un français originaire d'Europe de l'est...
Ce qui m'interesse tout simplement, c'est dénoncer l'injustice quand elle est flagrante, ce qui m'intéresse c'est que la vie politique soit exemplaire et s'applique à elle-même les principes
qu'elle énonce. Pense aux mômes qui assistent à tout ça!