L’UMP en pleine déconfiture

Publié le par Milton Dassier

abrarac2.JPGOn pourra dire que Sarkozy s’est planté sur toute la ligne. Mieux qu’un sondage, si on compte ce que l’UMP a obtenu aux régionales par rapport au nombre d’inscrits, elle obtient 17%.

Rendez-vous compte, seulement 17% des électeurs inscrits ont eu la volonté de sortir de chez eux, un dimanche, pour aller dire dans l’isoloir, que la politique menée par l’UMP et le président, leur convient.

 

Ce qui est drôle, c’est que rien ne laissait penser une telle déconvenue. C’est dire si la propagande gouvernemental fonctionnait plutôt bien. Il y avait bien les courbes de popularité publiées régulièrement par les organes de presse. Les mécontents n’avaient pas droit de cité dans le sarkoland, on n’avait aucune idée de leur nombre réel. C’est fait aujourd’hui.

 

Résultat, la droite part avec un handicap tel qu’avec la crise qui se prolonge, elle ne pourra certainement pas rattraper son retard. Et si le sénat passe à gauche l’an prochain, on pourra dire que les carottes sont cuites.

 

Sarkozy prépare des cadeaux à son électorat de base : agriculteurs, médecins, cadres supérieurs, professions libérales, chefs d’entreprise, artisans et commerçants.

Eux sont peu concernés par la réforme des retraites. Ils ont leurs propres caisses avec leurs propres règles. Par exemple, un médecin libéral ne part pas à la retraite avant 65 ans, il peut poursuivre son exercice au-delà, racheter des points-retraite à tout moment pour avoir une meilleure pension.

 

La sécurité va rester la question phare. Sarkozy veut se présenter avec un bilan sécurité particulièrement élogieux. Comme il a en charge la sécurité depuis 2002, tout début d’échec souligné en 2012 lui serait fatal.

 

L’économie ne repartira pas avant 2012-13, du moins avec des signes tangibles au niveau de l’homme de la rue (pouvoir d’achat, emploi). Car, ce n’est pas une baisse sensible du chômage sur des statistiques truquées qui rendra le bilan économique crédible.

 

La com’ du gouvernement s’est heurtée à la fantastique machine du net. On pensait qu’un débat sur l’identité nationale, un débat sur la burqa, la dénonciation des bandes et  l’absentéisme scolaire allaient accaparer l’esprit des français et permettre de ne plus parler de la crise.

Oui, les gens ont débattu mais continuaient à penser qu’on se foutait de leur gueule.

 

N’importe quel internaute a accès à l’information qui permet de démentir la propagande de l’UMP.

Le net, c’est le peuple éclairé qui trie tant bien que mal et donne de la valeur à l’information.

 

Le marketing politique en voulant parler faux, a eu tout faux !

 

 

Publié dans politique

Commenter cet article

Enezeneg 26/03/2010 22:59


Et pendant ce temps là à Rennes, le jeudi soir près de 4 000 bobos se retrouvaient pour un apéro via un réseau dit social pour fêter je ne sais quel truc... Des cadavres partout... Alors que pour
faire bouger ces moutons pour une vraie cause c'est mon cul sur le commode...
Le dimanche soir d'avant le PS local fêtait sa pseudo victoire (élection de Le Drian avec 25% des voix...) face à l'ancienne préfète du coin la mère Malgorn... Partie trop tôt à la retraite pour
éviter ce genre d'apéro...