Haïti : La fin des mesquineries françaises?

Publié le par Milton Dassier

http://www.herodote.net/Images/abolition1794.jpgCela bouge dans l’opinion française à propos d’Haïti, à ce qu’on peut voir dans la presse..

 

Après la période de stupeur et d’émotion face à la catastrophe, beaucoup non seulement se mobilisent mais étudient la situation d’Haïti dont ils n’avaient entendu parler qu’à travers les turpitudes de ses dictateurs ou les ouragans dévastateurs. Une redécouverte salutaire notamment sur l’histoire et la culture de cette jeune république.

 

Au début nous eûmes droit aux poncifs sur une soi-disant malédiction frappant une fois de plus un pays incapable de s’en sortir.

Incroyable que les français connaissent aussi mal la petite sœur de la première république à l’époque de la révolution française ! Pourtant comme le montre l'image, La France révolutionnaire s'est enorgueilli d'avoir libéré les esclaves d'Haïti (Saint Domingue) en 1792. Mais,  elle ne se mordra pas les doigts d'avoir trahi ces mêmes gens quelques années plus tard...

 

Crime de lèse-identité nationale française. Il faut dire que l’histoire d’Haïti enseigne énormément sur des pans méconnus de l’histoire de France et de l’Europe.

1789-1798, La France fait sa révolution contre la monarchie et ses profiteurs. Haïti, possession française, lui emboîte le pas, fait sa révolution contre l’esclavage et ses profiteurs. A cette époque, La France révolutionnaire est vue en Haïti comme un pays d'une générosité sans égal, des haïtiens seront même députés à l’assemblée nationale. Comme le montre le portrait ci-dessous du député Belley:

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c2/Depute-jean-baptiste_belley-492-688.jpg/86px-Depute-jean-baptiste_belley-492-688.jpg

 En 1793, les français sont fiers d’avoir associé les haïtiens à leur révolution en les émancipant de l’esclavage et en en faisant des citoyens à part entière.

 

Mais quand Napoléon veut revenir sur les acquis de la révolution française en rétablissant l’esclavage, les haïtiens appliquent à la lettre l’un des articles de la déclaration française des droits de l’homme, ils s’insurgent pour protéger leur liberté. Le peuple français n’a pas protesté, il était plutôt d’accord quand il connaissait les projets de celui qui allait devenir leur empereur.

 

De libérateurs, les français sont devenus des oppresseurs et cela en quelques années. L’identité nationale française est donc quelque chose d’inconstant, de versatile qui bouge avec l’histoire.

 

De cette versatilité de l’identité nationale française, les haïtiens ont été les victimes. Tout comme ils ont été les victimes des turpitudes d’une Europe qui dominait la région des caraïbes et les a empêchés de se développer jusqu’à la 1ère guerre mondiale. Beaucoup d’articles parlent de la dette odieuse qu’Haïti a dû payer à La France pour « réparer » la défaite de l'ancienne puissance coloniale esclavagiste.

Des chiffres sont avancés, avec les nouveaux éléments apportés par les historiens, la faute de La France est accablante.

 
Voici l'extrait d'un décret signé Charles X en 1825:
 

"les habitants actuels de la partie française de Saint-Domingue verseront à la caisse fédérale des dépôts et consignations de France, en cinq termes égaux, d'année en année, le premier échéant au 31 décembre 1825, la somme de cent cinquante millions de francs, destinée à dédommager les anciens colons qui réclameront une indemnité".

 

150 millions de francs-or, c’est 21 milliards de dollars actuels…

 

 

L’état haïtien a commencé avec un passif de 21 milliards de dollars de quoi saboter tout développement, de quoi maintenir toute une population dans une pauvreté infinie et génératrice d’instabilité politique donc productrice des dictatures qui se succédèrent là-bas.

 

On n’a pas idée que La France ait pu faire quelque chose d’aussi injuste !

 

Alors faut-il se repentir ? Pas le peuple français qui n’était pas au courant, mais les dirigeants français doivent reconnaître les erreurs passées de leurs prédécesseurs et tout faire pour qu’Haïti accède rapidement à la dignité à laquelle elle a droit.

 

Pensez que jamais un chef d’état français n’a foulé le sol haïtien, alors que c’est un état francophone membre de l'organisation de la francophonie et que des traités d’amitié ont été signés après la seconde guerre mondiale.

 

C’est même pire que ça. La France accueille toujours sur son sol le dictateur Jean-Claude Duvallier et ses 900 millions de dollars, une somme supérieure au budget d’Haïti de l'époque de la dictature !

 

Vous voyez bien, Haïti est l’exemple de l’abus de position coloniale et néocoloniale. Ceux qui parlent de repentance, ce mot qu’ils aimeraient maudire du vocabulaire français pour tout ce qui est colonial, sont bien emmerdés. Haïti est une épine dans le fantasme sur la fameuse grandeur dont on nous rabat les oreilles à coup de débat sur l’identité nationale et sur les valeurs françaises.

La terre d’Haïti tremble, et la générosité de l'état français si souvent rappelée ne pèse pas plus qu’un boat people refoulé ou mis en quarantaine aux Etats-Unis.

 

La peuple d’Haïti tremble et pleure ses morts et c’est une bonne partie de la France qui se sent en contradiction avec ses plus profondes et nobles aspirations. Aider ce peuple après l’avoir spolié. Même s’il y a un siècle d’écart, c’est tout de même étrange.


Si le peuple français avait été consulté sur cette dette odieuse qui a miné le développement d’Haïti pendant 80 ans, il aurait refusé, il aurait rejeté une idée aussi infâme.
La dette, rappelons-le, était destinée à indemniser les colons esclavagistes...

 

Les Etats-Unis qui n’ont pas non plus fait grand-chose pour cette terre voisine de la leur, se sentent pousser des ailes de compassion. Obama fait d’Haïti la francophone, une affaire américaine au sens large. Il vient de décider que le Canada, les USA et le Brésil assureront le directoire de l’aide et de l’assistance à la reconstruction d’Haïti. La France et l’Europe exclus de facto de ce directoire. Les Amériques sans l’Europe pour les affaires américaines. La fin d’une époque ! Le début de la fin du rayonnement politique français aux Amériques…

 

Alors, le réveil est douloureux et amène des gens sincères qui aiment leur France avec sincérité à se poser cette question :

 

La France est-elle vraiment le pays des droits de l’homme et de la fraternité universelle entre les peuples?

 

Le rappel de l'histoire d'Haïti prouve que non. Le peuple français s'est laissé gruger par ses dirigeants quelle que soit leur couleur politique. 


Qui pourra encore croire en une France qui porte des valeurs universelles désormais ?

Publié dans opinions

Commenter cet article

A2N 20/01/2010 18:09


Bonjour, Milton !

Quel révisionniste tu fais !

Tu mérites d'être écartelé, un peu comme les marrons qui osaient défier le maître dans les plantations.
Il ne faut dire ce qui s'est passé, le passé est dépassé, il faut juste regarder Haïti avec les yeux d'un néophyte saoulé à la propagande d'Etat.

Foss !

A2N


Milton Dassier 20/01/2010 21:04


Tu as fais dans la fantasmagorie des supplices. Aïe même pas mal! L'histoire est toujours écrite par les vainqueurs et ça continue au présent avec l'actualité telle que rapportée par beaucoup de
médias qui s'évertuent souvent à parler d'Haïti comme d'un pays maudit.


dgidgi 19/01/2010 22:43


je comprends, Miton. Je veux dire que je trouve scandaleux qu'on profite ainsi du malheur. Le séisme me semble amplifier le nombre des gosses q'on va arracher à leur famille. Ne peut-on pas aider
sans déchirer ?
Je râle aussi contre mon imbécile de boulanger de ma ville qui va envoyer un euro par galette des rois vendue, minimum six huit parts. Le cochon pense prolonger la campagne de vente de galettes des
rois.
Triste monde.


Milton Dassier 19/01/2010 23:00


La charité dans tous ses états comme aux portes des églises avec les mendiants. "Voilà 2 sous Monsieur le mendiant mais promettez-moi de ne pas vous acheter de vin avec!"
Le pire dans tout ça, c'est que les parents qui adoptent sont sincères dans leurs démarches et même ton boulanger qui peut-être mettra un euro de côté par galette et les versera à une ONG. C'est ce
qui rend la charité détestable, ce genre de chose.


dgidgi 19/01/2010 21:47


Quand je vois les infos sur la chaîne nationale dire que les adoptions d'enfants haïtiens vont pouvoir se réaliser et que Kouchner soutient que c'est bien, je suis assez scandalisé : on a besoin de
leur piquer leurs enfants en plus ? Qu'est-ce que cette sauvagerie ?
Imaginez une famille qui n'a plus rien , plus de biens, qui a des deuils et des blessés dans ses proches, qui crève de faim. La seule chose qu'une puissnce occidentale puisse lui proposer est
encore de lui retirer ses enfants.
Il paraît qu'on envoie de l'aide la-bas.
je ne vois que des armes.
Qui produit ces armes ?


Milton Dassier 19/01/2010 22:26


Ceux qui les envoient et envoient de l'aide aujourd'hui..
L'adoption, c'est toujours pour les enfants des pays démunis...