Guyane et Martinique votent « oui » à la république française

Publié le par Milton Dassier

http://camilledesmoulins.files.wordpress.com/2008/03/vote1.jpgDommage ! Le « non »  à l’autonomie a gagné en Martinique et en Guyane et de façon très clair : participation massive, score d'environ 80% de « non », 20% de « oui ». N'ayant pas assez d'éléments sur la Guyane,  je parlerai de la Martinique.

En fait, les martiniquais se sont prononcés plus en pensant qu’il s’agissait d’un référendum sur l’indépendance comme si c’était la loi du tout ou rien qui dominait dans ce genre de débat.

 

Incroyable tout de même que dans un petit pays où la république est en échec, on estime que cet échec-là n’est rien comparé à l’échec d’une solution où les martiniquais commenceraient à s’administrer eux-mêmes, du moins partiellement.

 

La république en échec, c’est 30% de chômeurs, des inégalités criantes, une surconsommation, un néocolonialisme de fait à travers les échanges commerciaux et la main mise sur le foncier d’une caste.

 

La république en échec, c’est la scandale du Chlordécone où des intérêts particuliers ont obtenu des dérogations au plus haut niveau de l’état pour pouvoir utiliser des pesticides extrêmement dangereux pour les terres, les rivières et le littoral de la Martinique mais aussi pour la santé de nombreux martiniquais.

 

La république en échec, c’est l’incapacité de celle-ci à bâtir une économie viable assurant l’emploi et l’équilibre de la balance commerciale.

 

Mais la république, c’est aussi l’école républicaine, les libertés individuelles, l’égalité des droits, la santé pour tous, la sécurité sociale, la justice, la solidarité, la sécurité, la mémoire des esclaves reconnue.

 

Les martiniquais ont donc voté contre l’idée d’une indépendance qui remettrait en cause cette république à laquelle ils sont finalement très attachés et qu’ils voient comme une mangrove protectrice.

 

Peut-être, beaucoup de martiniquais et de guyanais sentent-ils que, dans ce siècle rempli d’incertitudes, ils sont une sorte d’avant-garde du vivre ensemble, des éclaireurs de la relation au monde, un creuset d’où émergeront des gens capables de faire progresser une humanité malade d’elle-même.

 

Publié dans anticolonialisme

Commenter cet article

anonyme 12/01/2010 09:51


On n'entend pas le MDI et Kemi Seba sur ce sujet......