Mercredi 3 février 3 03 /02 /Fév 15:32

CRSUMP.jpgFillon a donné une interview sur Europe 1 ce matin. Entre autres platitudes sur les régionales, les retraites, Frêche et la politique économiques, il s’est insurgé contre le trop grand nombre de garde-à-vue en France et la culture de l’aveu pratiquée par la police.

 

On peut se demander quelle mouche a piqué Fillon ? Pourquoi s’en prend-il à sa propre politique de répression policière ? La grâce humaniste aurait-elle touché son petit cœur fragile et rempli d’une tendresse étouffée par le combat politique ?

 

Papillon Fillon ? Je vous rassure, Fillon reste félon de ses convictions du gaullisme social. Question conviction, Fillon n'a pas de vraiment de sillon. Ou alors un un tout petit, en microsillon.

Fillon se dit qu’il a du fion d’être mieux qu’un pion dans le jeu de  Sarkozy, son marteau-pilon en chef.

 

Son regret des gardes à vue sonne faux. Pourquoi avoir attendu 2 ans &1/2 pour en dénoncer les abus ? Quelques journaux en ont parlé, des témoignages ont été publiés. La France, donc l’électorat s’est dit : « Mince alors mais ils n’étaient pas tous des délinquants ? »

 

 

 

Donc Fillon va dans le sens du vent et se bouche les narines… En plus les avocats s’insurgent et des juges commencent enfin à appliquer le droit européen qui recommande un avocat dés la première heure de garde à vue.

Il cherche simplement à en tirer profit afin que sa côte personnelle reste à un niveau acceptable. Il a gagné deux point dans les sondages. Et il prend goût à ce renouveau amoureux de la part des français. Normal qu’il se fasse de telles illusions, il est si lisse !

 

Il vient d’apprendre que Nicolas Sarkozy a encore perdu deux points dans les sondages malgré sa participation à l’émission de Jean-Pierre Pernaud sur TF1.

 

 

 

Mais surtout, il la joue gentil et bienveillant avec ces 800.000 pauvres malheureux raflés par la police le plus souvent pour des peccadilles.  . La pauvre dame de 78 ans fouillée au corps. Le brave type un peu sourd accusé d’outrage qui s’est énervé parce qu’il n’avait pas compris ce que lui disait le flic. Le jeune qui a protesté contre l’arrestation brutale d’un sans-papier et qui avait oublié les papiers de son scooter, le journaliste qui a oublié de se présenter à une convocation, le sans-papier arrêté dans le métro en se rendant au tribunal qui va décider de son sort.

Des gardes à vue qui vont du contrôle d’identité approfondi jusqu’au trou de balle à l’interrogatoire en règle avec encagement de 24 heures dans les zoos puants de la république.

 

Fillon s’est ému de toutes ces situations absurdes. Après tout, les flics font du chiffre en ne faisant pas dans la dentelle mais dans le chiffon sale. Le problème est que les chiffres de la délinquance ne baissent pas vraiment au fil des années…

 

Alors, bientôt Fillon fera l’accueil dans les commissariats.

 

Asseyez-vous confortablement. Vous voulez un verre de quelque chose ? Un sandwich ? Un avocat ? Un médecin ? Après, je vous laisse mais je reviens tout de suite. Prenez la télécommande et appuyez sur la une, je reviens.

La vérité est plus prosaïque. Fillon se rend compte qu’un ras-le-bol commence de saisir la population. Il se rend compte que la France n’est pas composée seulement de petits retraités qui sortent peu tant ils sont occupés à commenter l’actualité sur le net.

 

Il se rend compte que la France est montrée du doigt pour sa démocratie nécrosante, ses 57 fichiers, ses caméras de surveillance, sa cybersurveillance, ses flics au-dessus des lois, ses procureurs aux ordres, ses arrestations arbitraires, sa connivence avec certains groupes d’extrême droite, ses prisons surchargées. Un système pénitentiaire où la peine de mort s’applique une fois par jour. Un système injuste qui a la sélection naturelle pour loi fondamentale. Les plus résistants vivent, les plus faibles se suicident !

 

La politique, c’est tout un art ! Retourner sa veste, trahir ses amis en se victimisant et en fustigeant ses ennemis, renier ses convictions sans culpabilité, se contredire en ayant l’air d’innover, menacer en souriant, complimenter avec mépris.

 

Le plus important, c’est l’image qu’on donne. Et tant pis pour la grande histoire, les petites victoires électorales font les petits profits. Elles payent plus car elles alimentent les conversations de comptoirs vite oubliées.

 

L’important n’est-il pas de profiter…


 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : politique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés