Flottille de Gaza caviardée: Petits fours à l’ambassade de France

Publié le par Milton Dassier

Au moment où les garçons bouchers de la nouvelle boucherie Tsahal ouvraient le feu sur les humanitaires des ONG embarqués à bord des bateaux de la flotte de Gaza, un drôle d’aréopage d’intellectuels français se préparaient à boire l’apéro à Tel-Aviv à l’occasion d’un colloque organisé par la France sarkoniaise : « Démocratie, les nouveaux défis ».

On croit rêver. Pincez-vous et prenez connaissance de la liste des convives français qui ont bu un coup dimanche soir à la santé d’Israël avec la ministre de la culture israélienne et l’ancienne ministre des affaires étrangères Tzipi Livni : Bernard Henry Lévy, Christine Okrent, Laurent Joffrin, Richard Descoing, Alain Frachon, Pascal Brukner, Pierre Assouline, Anne Hidalgo, Claude Goasguen, tous des journalistes, des écrivains ou des élus.

 

Des gens venus apporter leur caution au régime israélien et sa conception si particulière du droit des peuples.

 

C’est fou, il n’y a pas si longtemps, on faisait des films de cinéma sur les humanitaires dépeints comme des héros modernes, des exemples à suivre. On les voyait capables d’aller se frotter aux guerres,  aux épidémies, aux maladies, à la famine, aux blessures, aux catastrophes les plus épouvantables pour soulager les populations. Ils s’engueulaient avec les ambassadeurs de leurs pays, leur reprochant de fermer les yeux,  puis ceux-ci finissaient en général par leur accorder quelque facilité pour sauver des vies des griffes des infâmes dictateurs du tiers-monde.. On sortait de la salle, heureux de pouvoir s’identifier à ces gens si ordinaires au fond.

 

Quand on demandait à des jeunes ce qu’ils aimeraient faire pour aider les gens, beaucoup répondait : Faire partie d’une ONG et aller aider des gens qui en ont besoin n’importe où dans le monde. D’ailleurs des ONG d’assistance, il s’en créait à la pelle dans le sillage des french doctors de Médecins Sans Frontières et de Médecins du Monde.

 

Même les candidates Miss France avançaient ce genre d’idées pour se mettre en valeur lors des concours.

 

C’était beau, généreux, chrétien, humaniste, rempli de compassion et, en plus, grâce à cela, on pensait avoir inventé l’action politique internationale au nom des bons sentiments, des droits de l’homme, de la justice pour les peuples. Les ONG étaient de simples associations, des institutions démocratiques hors de la tutelle des états et des multinationales. Sur le papier en tous cas.

 

Une prétendue démocratie s’est retrouvée piégée par des ONG. Je dis « prétendue » parce qu’on s’imagine que s’il s’y passe des élections, si la presse y est libre, elle pourrait se parer du label « démocratie ». Dans ce cas, l’Afrique du Sud de l’apartheid était aussi une démocratie. Et pourtant…

 

Qui peut mieux dire si une démocratie en est une, que des gens ordinaires au service de la liberté et de la justice pour les peuples du monde ?

Malheureusement, cet idéal n’a plus cours. Dés lors qu’il conteste, dés lors qu’il met un soupçon de politique dans son combat humanitaire, l’humanitaire devient un activiste aux yeux des gouvernements. Ceux-ci voudraient que l’humanitaire limite son rôle au ramassage des morts et aux soins des blessés sur les champs de bataille et dans les hôpitaux de fortune. Qu'il la boucle sur les raisons du carnage sinon!...

Sans doute, ne veut-on pas laisser passer l’idée que Gaza est une région sinistrée, meurtrie par la guerre dont les populations souffrent d’avoir été sacrifiées sur l’autel du sionisme et surtout, des intérêts commerciaux et stratégiques de l’occident.

 

Donc si vous avez un enfant, découragez-le de s’engager dans une action humanitaire. Des activistes sans foi ni loi, qu’on vous dit. Il deviendrait sans nul doute un de ces activistes prêts à verser dans le terrorisme et finirait sans doute dans les geôles d'un pays démocratique à titre préventif.

 

Encouragez-le à devenir ministre ou député cumulard, ambassadeur, éditorialiste, pour participer à des colloques. C’est si commode pour connaître du beau monde et boire du champagne à la santé des puissants tout en devisant sur l’avenir du monde, la vulgarité des peuples et les défis de la démocratie.

 

 

Publié dans international

Commenter cet article

simplesanstete 02/06/2010 00:05


Et oui la bible atomique plait mais il y a des têtes de turcs qui ne l'entendent plus et ça ce n'est pas rien, les pipoles gonflés à l'image vont imploser, c'est fatale, la mer est entrain de
s'ouvrir, le conformisme s'enfonce, il prend ses désirs pour la réalité, à la leur, tchin, tchin.J'écoute la causeuse Lévy qui voulait jeter son verre à la tête du maquereau Dumas,pour avoir oser
évoquer la situation munichoise de la communauté internationale avec israel, chez Taddeï,encore 3 sionistes sur le plateau et Dumas a été Dieudonnisé par Entoven, tout va bien.