Fasciste ou pas, et si Sarkozy était un serial looser ?

Publié le par Milton Dassier

La rentrée approche pour ceux qui reviennent de vacances. A défaut de vacances, les autres ont juste eu droit à l'ambiance.

 

 

 

 

Pourtant, la rentrée risque d'être très dure car, depuis les élections régionales, il ne se passe pas une semaine sans un échec pour la France.

 

Pour s'en convaincre, il suffit de se rappeler le fiasco de l'équipe de France de football en coupe du monde et le pataquès qui en découla puis la récupération élyséenne des victoires inattendues des équipes de France d'athlétisme et de natation lors de leurs championnats d'Europe.

 

La mise en scène de l'Elysée va jusqu'à appeler par téléphone un champion au moment même où il est interviewé en direct pendant un JT d'une chaîne nationale. C'est ce qui s'est passé avec Frédéric Bousquet après la victoire du 4x100m quatre nages.

 

On s'en prend aux roms et aux gitans pour masquer l'échec de huit ans de politique sécuritaire. Et ainsi on met un voile intégral sur le chômage, les licenciements, la faible croissance, la précarité, la corruption légale et illégale au sommet de l'état.

 

Pas une semaine sans un échec disais-je..

Regardez les russes qui semblent remettre en cause le contrat des frégates pourtant annoncé comme sûr par le président de la république. Quant aux avions Rafales pour le Brésil, les choses sont bloquées depuis plus d'un an!

 

Regardez la réunion dans l'urgence, hier, de ses principaux ministres et conseillers économiques. Et vous savez pourquoi?

 

Parce que des agences de notation font savoir que la situation économique de la France tend à se dégrader et qu'à terme, elle pourrait voir sa note abaissée et qui dit note basse, dit emprunt à taux plus cher donc plus de dette.

 

..

J'ai relu des textes sur le fascisme d'avant guerre. S'il y a eu des régimes ouvertement fascistes, c'est bien parce que des théoriciens ont façonné cette idéologie.

 

Résumons les analyses de William Reich, Carlo Schmitt et Gramani.

 

Déjà, ce sont les fascistes qui ont inventé le terme d'état totalitaire, ce qui signifie état rassemblé autour de l'exécutif, sans contre-pouvoir et se mêlant de tout comme bon lui semble, Le totalitarisme commence quand l'état et la société tendent à se confondre suivant l'idée : " Un état intègre pour un peuple intègre".

Un état doit se baser sur une communauté nationale avec laquelle il se confond. Pour cela, on définit la communauté nationale - cela ne vous rappelle rien? - Puis, on désigne des parasites, des amis, des ennemis, des bons citoyens, des mauvais citoyens...

 

Au peuple irréprochable on proclame l'état irréprochable. Comme dit Estrosi, désormais, il faudra choisir entre être français et être voyou!

 

L'état perd ainsi sa neutralité et n'est plus un instrument au service de tous les citoyens.

 

La représentation parlementaire en tant que force législative indépendante de l'exécutif n'a plus de raison d'être à moins qu'elle serve d'alibi.

Ses membres sont issus le plus souvent de la petite et moyenne bourgeoisie possédant un petit patrimoine et qui a peur de s'appauvrir. Une classe très conservatrice qui réclame pourtant de grands changements, soit pour prospérer encore un peu plus, soit pour protéger le peu qu'elle possède. C'est la classe de ceux qui ont parfois travaillé dur et beaucoup pour obtenir un patrimoine, ceux qui se plaignent de payer trop d'impôts.

 

Elle adoptera tout discours qui fait d'elle la base et la fierté de la nation, elle approuvera tout discours qui discrédite les puissances d'argent dans ce qu'elle ont de féodal et, tout discours qui désigne des parasites. Inutile de dire qu'elle est friande d'ordre et d'autorité.

 

Prospérité et protection ou autrement dit, pouvoir d'achat et sécurité, n'était-ce pas les deux mots clés des discours du candidat puis du président Sarkozy ces dernières années? La grande habileté de Sarkozy aura été de séduire cette petite bourgeoisie morte d'inquiétude sans trop laisser voir ses liens d'amitié avec les français les plus fortunés.

 

Sa grande trouvaille: son expression "la pensée unique" qui ne signifie pas autre chose que la pensée rationnelle basée sur la philosophie politique du siècle des Lumières mais qui aborde la question des droits civiques, des droits de l'homme, de la séparation des pouvoirs.... Les apprentis fachos adorent!

 

Pour remercier la petite bourgeoisie, Sarkozy allégea fortement les droits de succession...

Pour remercie la grande bourgeoisie, il mit en place le bouclier fiscal...

 

L'affaire Jean Sarkozy, les affaires Woerth et ce qu'elles ont révélé sur les liens entre son pouvoir et les grandes fortunes ont mis à mal sa côte auprès de cet électorat qu ne sait plus à quel sein se vouer.

 

Avec Nicolas Sarkozy, on est dans la tentation fasciste pour endormir les esprits et garder ses troupes de militants mobilisées avec l'espoir secret que la magie de 2007 se répètera..

Le discours est d'inspiration fasciste avec de grandes paroles. C'est d'abord de la com' puisque ses conseillers politiques savent que ce genre de discours marche à tous les coups en pareille circonstance. Ce sont des discours directs et percutants, des discours de la dernière chance pour garder la main et surtout l'agenda politique.

 

Mais quel aveu d'échec, quel aveu d'impuissance!

 

Cependant, on ne peut nier que la France s'est pas mal "enfascisée".

 

L'état a bien perdu une partie de sa neutralité.

Pour preuve les rumeurs de conflits d'intérêt qui enflent de semaine en semaine.

Pour preuve, la façon dont la liberté d'expression est remise en cause pour certains artistes ou de simples citoyens.

Pour preuve, l'instrumentalisation de la police et d'une partie de la justice au service de personnes et d'intérêts privés.

Pour preuve, les menaces aux libertés, à l'égalité.

Pour preuve, le racisme d'état, les discriminations.

 

En plus du fameux débat sur l"identité nationale, l'état désigne régulièrement des parasites: les fonctionnaires, les jeunes, "l'ultra-gauche", les immigrés, leurs enfants, les musulmans, les roms...

 

Que nous réserve la suite de la présidence Sarkozy?

Publié dans politique

Commenter cet article