Eric Besson à l'UMP : 3615 Kinenveut !

Publié le par Milton Dassier

http://kamizole.blog.lemonde.fr/files/2009/10/besson-prends-lavion-21-oct-2009.1256396879.jpgAccueillez un SPF! Oui Soyez généreux, accueillez un « Sans Parti Fixe ». Là, ce soir même, il vient à la télé pour plaider sa cause. Il parlera de sa galère avec un socialiste, un ancien collègue, Vincent Peillon après avoir affronté la terrrrible Marine Le Pen.

 

Car Eric Besson le sait. Il est sur la corde raide qui le mène au FN. C’est un peu comme si des années de politique politicienne, de volonté de séduire son nouveau chef, l’avaient conduit dans une sorte de spirale aspirante, un tourbillon dont on ne peut plus sortir et qui vous amène dans les tréfonds du trou des chiottes de la politique spectacle.

 

Un flash-back s’impose…

 

Eric Besson a trahi le Parti Socialiste entre les deux tours des élections présidentielles et a cru que son jour de gloire était arrivée comme dans La Marseillaise qu'il veut faire chanter à tous les enfants de France une fois par an. Il allait servir ce nouveau chef, expert en trahison et crasses de toutes sortes. Qui ? Nicolas Sarkozy.


Alors Eric Besson se voyait introniser sous-chef de l’UMP. Une belle promotion !

 

Mais il fallait convaincre ses nouveaux potes de SOS-Fascisme et la surenchère fut son leitmotiv quand il accepta de devenir le « Brice Hortefeux bis ». Mais pas « bis » pour longtemps puisqu’il voulait être "prem's". Alors, il proposa encore plus fort, encore plus facho : un débat sur l’identité nationale. Tout l’art réside dans la dissimulation. Dénoncer (mais pas trop fort) les fachos en adoptant leurs idées sans en avoir l’air, juste par des messages et des slogans implicites en se proclamant ferme mais humain.. Il suffit de se mettre un petit bonnet phrygien pour faire républicain et lever le bras droit bien droit. Facho d’une main, humaniste de l’autre et on applaudit bien fort des deux mains les clowns!!!

 

Sarkozy et l’aile droite de l’UMP se frottaient les mains d’avoir réussi un coup pareil : avoir comme porte-parole des idées les plus à droite, un ancien socialiste.

 

Et puis Marine, par l’odeur alléchée, voulut lui tenir langue, histoire de vérifier que le transfuge, l’immigré de la gauche plurielle avait bien une carte de séjour en bonne et due forme pour le Fasciscistan.

 

Et là, Eric Besson se sentit piégé. Un débat sur l’identité nationale en direct en prime time à la télé. Mazette ! Finalement, il voulait plaire à l’UMP, pas au FN. En plus, ils sont un peu paranos chez Marine et Jean-Marie, ils pensent que ça pourrait être un agent double ou triple. La tribune idéale pour saborder l’UMP aux élections régionales et redonner de la vigueur au Front.

 

Justement, Eric Besson se tenait le front prêt à encaisser les coups quand il pensa avoir trouvé une idée de génie pour se dédouaner, lui et ses nouveaux amis de l’UMP, de tout glissement progressif vers le fascisme. Il retrouva sa main gauche sous un tapis et mit l’anneau du vote des étrangers aux élections locales à son doigt, pensant échapper aux "nasgules" du FN au moins un bref instant. Il avait visionné « Le seigneur des anneaux » la veille…

 

Mais que ne vit-il pas quand les tristes spectres de la droite UMP lui dirent que c’était stupide et qu’il brouillait les pistes.

Car Martine Aubry le prit au mot. Ce droit de vote des étrangers faisait partie de l’identité nationale, selon elle. Faire voter les étrangers, pourrait faciliter leur intégration. Logique !

Elle proposa de déposer une loi au parlement. Une loi que 55% des français ne désapprouvait pas dans les sondages. L’UMP se retrouvait piégée à sa gauche et à sa droite…

 

Maintenant, à l’UMP, ils veulent la peau d’Eric Besson. Normal, l’UMP risque de se planter totalement aux élections régionales. Rendez-vous compte que dans les Hauts de Seine, l'UMP est donné battue avec 41% des voix. La fonction première d’un parti est de faire gagner ses candidats. Là, c'est mal barré! 
 

L’UMP n’aura plus qu’à virer Besson et enregistrer un nouveau lip-dub avec une chanson de circonstance : « Qui a volé l’orange » de Gilbert Bécaud ou « Avec le temps, tout s’en va » de Léo Ferré.

 

Si vous avez des idées de chansons pour le prochain lip-dub de l’UMP, les commentaires vous sont ouverts.

 

En attendant, que fait-on d’Eric Besson ?

Publié dans politique

Commenter cet article

simplesanstete 15/01/2010 22:03


Oui,la fascination de l'image c'est tout ce qui leur reste,un coup d'état médiatico financier permanent, j'ai bien vu ce soir(canal) Mr Peillon jouer le 2eme acte jospiniste indigné du complot de
chabot & com, il a bien excité tonton duhamel et aplati sur la probité
journalistique, dérèglement de comptes entre manipulateurs/manipulés, ça devient très drôle ce fascisme virtuel, pensez vous que nous devrions en avoir peur?


Milton Dassier 15/01/2010 22:15


Oui absolument mais les cartes sont entre nos mains grâce au net et l'audimat.. Si, en plus d'être critiqué sur le net,  le débat a été peu suivi par rapport à d'autres émissions, ils y
réfléchiront à deux fois...


simplesanstete 14/01/2010 23:54


Le parti des suicidés, se suicide chaque jour un peu plus, Marine coule et le fascisme ne fascine décidément plus,il ne reste que des vedettes qui font marcher les médias et qui dé crédibilisent
chaque jour quelconque idées ou raison de voter, la bulle politique aussi est entrain d'imploser, le caractère principal du prochain film présidentiel sera DSK qui attend dans les coulisses de la
finance mondiale, seul un people fera l'affaire, Ségo est encore trop verte,rideau.


ire 15/01/2010 12:51


Vous dites que le fascisme ne fascine plus, c'est tout le contraire. Il s'est réinventé en plus soft et s'est paré des oripeaux de la démocratie médiatique. Un chef (Berlusconi, Sarkozy) pour un
parti qui accapare les pouvoirs grâce à son influence sur les médias, le tout dans un ambiance nationaliste et sécuritaire sans oublier les acoquinements avec les puissances d'argent.