Enfumage de Sarkozy: la guerre en Libye est américaine

Publié le par Milton Dassier

Il avait tenté de faire croire au monde qu’il était le maître d’œuvre compétent et généreuxde cette guerre. Il s’était abrité de façon bien commode sous une résolution de l’ONU présentée conjointement par la Grande Gretagne et la France, il se voulait le héros politique de la libération du peuple libyen opprimé par son « guide ».

 

Nicolas Sarkozy a bluffé tout son monde.

 

Les télés françaises s’en donnèrent à cœur joie avec leurs images de navires et avions militaires battant pavillon tricolore, en route pour la victoire de la liberté.

 

La réalité de la guerre en Libye est que dés le premier jour, elle fut sous commandement opérationnel américain.

 

La réalité de la guerre en Libye, ce sont les chiffres des interventions de la fameuse coalition :

 

200 missiles de croisière tirés dont 193 américains !

 

1000 missions aériennes conduites en Libye dont la moitié américaine

 

600 bombes largués dont 75% américaines

 

La preuve de l’enfumage de Sarkozy à propos de cette guerre, c’est l’attribution à l’OTAN depuis avant-hier de la direction des opérations, contre l’avis des français.

C’est aussi le peu de cas par ses alliés, de la proposition de Sarkozy d’une « direction politique » de la coalition.

 

La presse américaine parle ouvertement d’une instrumentalisation de la guerre par Sarkozy à des fins électorales. Elle rappelle sa situation désastreuse, les échecs de sa politique économique, le rejet de l’opinion et ses tentations vers l’extrême droite. Une bonne guerre, cela rassemble des électeurs qui ne savent plus à quel sein se vouer.

Très impopulaire, Margaret Thatcher, en Grande-Bretagne, avait fait pareil avec la guerre des Malouines avant de gagner « miraculeusement » les élections.

 

Le même Sarkozy est prêt à user de toutes les ficelles afin de redorer son blason. Il vient même de faire un voyage éclair au Japon pour soutenir le peuple japonais. Tout le monde l’a vu en train de discourir sur les malheurs de l’empire nippon et de l’assurer du soutien de la France.

 

En effet, les télés ont montré un Nicolas Sarkozy parlant de la catastrophe sismique et nucléaire, en taisant qu’il s’adressait en réalité aux quelques centaines de français restés au Japon, dans un discours prononcé non pas dans un bâtiment officiel japonais mais dans l’enceinte de l’ambassade de France….

 

 

 

Publié dans international

Commenter cet article