En France, y a pas que les gens: Les idées vieillissent aussi

Publié le par Milton Dassier

http://recruteuretcandidat.blog.rhonealpesjob.com/public/agecanonix_2.jpgOn dirait bien que les lignes ont tellement bougé que le français lambda ne s'y retrouve plus.


Les lignes idéologiques bien sûr.


J'en veux pour preuve la façon dont la droite a syphonné la gauche sociale libérale tout en glissant vers son extrême droite.

L'UMP, en fait c'est quoi? Un ramassis de notables obsédés par la préservation de leur pouvoir, de leur mandat, de leur influence.


Le coeur des français est devenu vieux alors l'UMP a choisi de cibler son action sur les vieux. La suite on la connait : lois sécuritaires, lois anti-jeunes, atteintes à la liberté d'expression, débat sur l'identité nationale, islamophobie. Pas facile de contenter tout le monde car dans les vieux, il y a de tout. Ceux qui sont nés avant 1939 et qui ont le souvenir d'une France nationale et en ordre reprise en main sous tutelle nazie contre la chienlit marxiste, ceux qui sont nés juste après et qui ont applaudi De Gaulle et les américains avant de déprimer lors de l'indépendance de l'Algérie.

Les premiers étaient souvent pas mal fachos et un peu antisémites, les seconds non. Mais si on décide que ça n'a pas d'importance, on peut s'entendre.


Mais à gauche, il y a un marais où pataugent des indécis, des héritiers de Sartre, de Camus, de Mao, de Trotsky mais secrètement admirateurs de Sarkozy pour sa conquête du pouvoir, des intellectuels qui se verraient bien représentatifs d'une tendance critique mais bienveillantes au nom de la tolérance et du débat démocratique.


On avait eu l'ouverture "débauchage" des Bockel, Besson, Kouchner, Amara, Hirsh, Lang, Rocard. On avait failli voir Allègre, Dray, Valls, Boutih être du deuxième wagon mais cela ne se fit pas.


La tentation reste grande...

On va bien voir pour Frêche quand l'opinion aura oublié ses frasques. Les positions frileuses de Peillon, Royal, Collomb, Reibsamen en disent long sur la fragilité du PS.


Les intellectuels ne sont pas en reste. Comment comprendre l'atttitude de certaines personnes comme Finkielkraut, Glucksman, Bruckner et Gallo qui rejoignirent Sarkozy?


D'autres ne se mouillent pas plus mais n'en pensent pas moins.


Leur gauchisme s'arrête là où leur rayonnement dans les médias commence : BHL, Elizabeth Lévy, Elizabeth Badinter, Adler, Val et d'autres, ont construit leur "carrière" médiatique sur leurs positions de gauche. Or, la droite les lit et leur demande conseil voire plus si affinités...


Bien sûr, ils exècrent ces notables UMP à moitié fachos qui votent les yeux fermés les lois sécuritaires. Mais leurs positions islamophobes, atlantistes, européocentristes leur absence de position sur le capitalisme, ne sont pas si éloignées de la droite sociale de l'UMP ou du MODEM. Juste une question de rhétorique et de posture.


C'est l'impression que j'ai eue en écoutant une interview de BHL sur France 3 après un reportage minimisant l'importance de la burqa en France. Le personnel de l'hopital musulman Avicennes en Seine St-Denis avouait n'en avoir jamais vue. Mais BHL invoqua l'argument massue de la défense de l'égalité des femmes pour justifier une loi d'interdiction. L'égalité des femmes? Mais elle est bafouée sans arrêt au boulot, dans les salaires qu'on leur verse, dans leurs droits... BHL s'en préoccupe-t-il?


La tâche de la gauche est donc double: une reconquête politique obligée mais avec une recomposition idéologique.


la force que représente Europe-Ecologie rééquilibre les choses avec une ouverture vers de nouveaux humanismes, de nouvelles idées en économie et la préservation de l'environnement. Qu'en restera-t-il concrètement sur le plan politique?


La construction d'une Europe verrouillée basée sur les états ne permettant aucune remise en cause de fond, empêche l'expression de tout désir de changement radical.


Autant dire qu'aucun changement digne de ce nom ne sera possible sans un mouvement populaire de fond s'étendant à la majeure partie de l'Europe.


Nous sommes prisonniers des illusions de nos pères, ceux qui sont déjà presque vieux.

Publié dans opinions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

A2N 16/02/2010 16:12


Bonjour, Milton

Tu as bien résumé le mal Français. La seule solution réside dans le partage du pouvoir entre toutes les composantes ethiques ( horreur, il faut pas le dire) de la société française. A défaut, on
n'en aura pas terminé avec les débats insupportables sur la burqa, l'immigration, l'insécurité et tous les thèmes qui font peur.

Foss !

A2N


Victor DEL REY 16/02/2010 10:23


C'est vrai que nous gardons les idées de nos pères. Mais il faut savoir bouger comme il faut. C'est ce que je tente de faire. Faire bouger la France.
J'espère avoir compris votre message.....


Milton Dassier 16/02/2010 13:01



Il faut rajeunir les mentalités, imaginer de nouvelles formes de société et faire accepter la diversité de la population française.