DSK: complot ou con tout court?

Publié le par Milton Dassier

DSK en prison. Sans doute pour un bon bout de temps, vu l'accusation ! La femme de chambre réfute toute idée de consentement. L’idée d’un complot ourdi par l’UMP a les faveurs de l’opinion.

La vérité qui vacille, faute d’être embrassée.

Oui, l’UMP guettait DSK au tournant et ne le lui cachait pas, c’est une évidence. Il se dit que quelques jeunes « espions » arpentaient régulièrement les couloirs de l’hôtel Sofitel de Times Square.

 

Avec du recul, sans chercher à en faire des tonnes dans les suppositions, le complot pourrait n’être que virtuel. DSK sous la pression de ceux qui rêvaient de le voir chuter, a commis l’acte qu’ils attendaient de lui.

 

Dieudonné aussi, en son temps et dans d’autres circonstances.. Il n’était pas le fasciste antisémite qu’on décrivait et… Il y eut Le Pen, il y eut Faurisson, même si à son corps défendant, il se justifia par la gaudriole clownesque et provocatrice qu’impose son métier d’humoriste.

Un peu comme un enfant qui se sait sous surveillance à cause de certains penchants supposés et qui, par suggestion ou par la grâce mystérieuse d’un mimétisme anticipateur, fait justement, presque malgré lui, ce qu’il se convainquait de ne pas faire ou ne plus jamais faire.

 

Avec un tel cynisme déguisé sous des couches de vernis de correction, beaucoup trouveront que l’animal politique n’est pas digne de la fascination qu’il exerce sur ceux qui le côtoient.

L’affaire DSK révèle sous une lumière très crue que la démocratie est perfectible, qu’elle ne doit subir en rien, les faiblesses de ceux qui ont la responsabilité de nous administrer.

 

A force de pipoliser la politique, on a oublié qu’elle devrait être faite d’idées, de choix réfléchis uniquement au profit de l’intérêt général et non d’intérêts particuliers. On connaissait depuis longtemps la tendance qu’ont certains, de servir leur clan plutôt que leur peuple. Seulement, il y avait encore pire. Le narcissisme et l’ivresse de la toute puissance exacerbés et encouragés par toute une caste de courtisans, sont devenus bien souvent le seul moteur de l’action politique.

 

Le narcissisme ? C’est l’image, la communication, l’impression qu’on donne au peuple, tout ça mesuré par les sondages de popularité après des interviews de complaisance réalisées pour à la fois se mettre en valeur, se vendre comme celui qui sait mieux que les autres.  

 

« Vous avez des problèmes de sécurité sur vos tapis, j’ai ce qu’il vous faut ! »

 

Pas étonnant qu’une fois élus, ils jouent aux VRP dans le monde entier !

 

A la télé, juste avant de passer en direct au JT, on maquille les visages pendant que les cervelles maquillent les intentions et les petits calculs.

 

La toute puissance, c’est l’illusion qui en découle. L’illusion d’être au-dessus du lot, d’être infaillible, d’être supérieur. Chaque époque a eu ses Néron, ses Caligula, ses dictateurs en état d’addiction à ce pouvoir de vie ou de mort sur leur peuple. Et à chaque fois, qu’advint-il ? L’effondrement. Soudain et brutal. Au point de fabriquer des histoires et des fables qui se répètent de siècle en siècle dans les chaumières..

 

Avec ce qui arrive à DSK, même Sarkozy, malgré tous ses travers et son goût de la traîtrise, peut regarder ce pouvoir qui corrompt celui à qui il est promis, avec les yeux de l’innocence. Celui qui concentre l’opprobre sur lui-même, fait oublier l’infamie des autres.

Les apprentis VRP se moquent alors du banquier qui prétendait vouloir les imiter !

 

Finalement, DSK n’aura été qu’un piètre renard politique. Rappelez-vous la fable du Renard et de la poule.

 

Elle lui va comme un gant.

 

Rien ne sert d'être rusé si l'on n’est pas un peu malin

                   Mieux vaut accepter la faim que de précipiter sa fin !

Publié dans opinions

Commenter cet article

ocom 3pom 19/05/2011 02:27


F*M*I I'm famous!

Dans la rubrique Hypothèses & Stratégies: pour piéger DSK, rien de plus simple ( et surtout, pas besoin de soudoyer une fille à coups de 500.000$ et plus pour aller mentir aux tribunaux! ).
Arrangez-vous pour lui faire savoir que certaines femmes de ménages de l'hôtel sont très chaudes, et que si elles font mine de dire non un instant ce n'est que pour mieux s'abandonner l'instant
d'après. Notamment la black, là! un sacré bon coup y parait, tu m'en diras des nouvelles, une vraie tigresse, tu sras pas décu! ( black, tigresse, tilt! argument top credibility ça, le bon vieux
cliché qui parle aisément aux instincts de "L'Homme" avec un grand H, celui libéré du cycle des saisons et entré dans la grande aventure de l'Histoire avec un grand H! ). ah ça pour être crédible
c'est crédible, ok Domi(nique) on te l'envoie, t'auras qu'à la cueillir avec une fantaisie qui te traversera la tête. Goupiller l'affaire par un clin d'oeil complice, alors que le Domi sens déjà
monter en lui un début d'élection ( 2012 bien sûr, what else? ).
Ensuite vous vous arrangez pour envoyer l'innocente demoiselle de couleur à bon portc, et le tour est joué. La suite on la connait, inflation etc, tribunal. Pas même besoin d'embaucher un Rémi
Gaillard ou Jean-Yves Lafesse pour garantir le succès total d'une telle opération. Le DSK jouera son propre rôle à merveille, puis direction prison sans passer par la case départ.