Diplomatie : Sarkozy se prend claque sur claque !

Publié le par Milton Dassier

Je vous l’avais dit il n’y a pas longtemps en publiant le classement du magazine Forbes sur les hommes les plus influents du monde. Certains avaient dû être surpris que Nicolas Sarkozy, président de la 5ème puissance du monde n’arrive qu’en … 56ème place.

 

Deux évènements viennent de confirmer son manque d’influence :

 

Le sommet de Manaus qui devait réunir les chefs d’états du nord de l’Amérique Latine autour de Lula et de Sarkozy. Il fallait les convaincre de venir au sommet de Copenhague, et ainsi réveiller l’aura du président français qui se voyait déjà en haut de l'affiche...


Manque de pot, seul le président du Guyana a accepté de venir à Manaus.

 

Colombie ? Absent !

 

Venezuela ? Absent !

 

Equateur ? Absent !

 

Surinam ? Absent !

 

Pérou ? Absent !

 

Bolivie ? Absent !

 

Paraguay? Absent !

Donc, ce fut un flop pour Sarkozy. Pas pour Lula, car il entretient d’excellentes relations avec les uns et les autres.

 

Cherchez donc ce qui a pu les démotiver…

 

Autre chose dans la même ligne : Obama ne passera qu’en coup de vent au sommet de Copenhague, le 9 décembre exactement, fera quelques timides annonces pour son pays et laissera les autres chefs d’état se dépatouiller avec le réchauffement climatique.

 

Sarkozy espérait apparaître comme en pointe sur cette question. Mais sans Obama sur la photo, pas de presse américaine donc un sommet qui ne restera pas dans les mémoires sauf à l’UMP !

Publié dans international

Commenter cet article

A2N 28/11/2009 16:43


Bonjour,Milton !

Chut !!!!!! Tu es fou ou quoi? Non, le président n'est pas un minable, comme l'ont démontré les absents à ce sommet. Quelle claque ! Et la presse n'en parle pas, c'est dire si la gêne est grande.
Combien de temps encore la France va t-elle traîner son boulet présidentiel ?

A2N


MAMADOU 28/11/2009 05:57


AH AH AH AH BIEN FAIT LE NAIN


maurice 27/11/2009 21:03


C'est cela quand on est un guignol et que l'on fait des déclarations dans tous les sens et que l'on se croit un grand de ce monde.