Désinformer ou l'art du commentaire et du comment taire

Publié le par Milton Dassier

J'attend avec impatience le dernier trimestre histoire de pouvoir observer certaines scènes qui, probablement, se répèteront un peu partout.

 

Imaginons.

 

L'art du commentaire

 

Le Figaro du.. disons.. du 15 novembre titrera: Burqa : Une femme condamné à un mois de prison.

L'article précisera qu'il s'agit d'un mois avec sursis avec une amende de 750€ pour avoir refusé de retirer sa burqa à la demande des policiers.

Sur les plateaux télé, au troquet du coin, sur les forums d'internet, les commentaires seront majoritairement pour.

"Il faut qu'ils comprennent que la France, c'est pas l'Arabie ou alors il faut qu'ils y retournent!" lira-t-on ou entendra-t-on.

"Le gouvernement fait preuve de fermeté, certains trouveront cela dur mais, remarquez bien qu'il a choisi une voie légaliste en faisant adopter une loi et en la faisant appliquer!"

"Y en a marre de ces gens qui détestent la France, ce qui les intéresse, c'est notre fric!"

 

Libération du 24 novembre annonce: "le polygame fraudeur aux allocs bientôt expulsé"

Ses femmes condamnées pour fraude aux allocations familiales.

Là encore, les commentaires seront directs

"La France envoie un signal fort à ceux qui s'imaginent qu'elle est faible!"

"Y a une justice quand-même, parce que tout ça, c'est notre fric! Tu bois un coup?"

 

"Le Monde" du 31 novembre : "La réforme des retraites adoptée par le parlement".

L'âge légal est repoussé à 63 ans et le nombre d'années de cotisations passe à 43, tout ça jusqu'en 2015.

Et on lira dans des commentaires désabusés : "Et on a laissé faire ça? Qu'est-ce qu'ils ont foutu les syndicats? Et la gauche?"

Ou : "Quelle injustice! C'est notre fric tout de même!"

 

Dans "Les Echos" du 1er décembre : "Encore un mois pour rapatrier son argent sans pénalités!"

On y apprendra que les dispositifs de régularisation mis au point par le ministère du budget font preuve d'une grande mansuétude vis-à-vis de personnes qui ont cherché à échapper à l'impot. Pas de poursuites pénales, pas d'intérêts de retard, pénalités réduites.

 

Et pas de commentaire à la télé, sur le net ou dans les bars-tabac, il est vrai qu'on y lit peu la presse économique!

 

Le Canard Enchaîné du 8 décembre: "Rencontre secrète Marine Le Pen - Xavier Bertrand".

Information immédiatement démentie par les intéressés...

 

Au même moment dans Le Point: Exclusif "France-Inter: Stéphane Guillon poussé vers la sortie"

 

Rue 89 : "Un blogueur poursuivi pour avoir comparé Hortefeux à Goebbels"

 

L'art du comment taire...

 

 

Publié dans presse et médias

Commenter cet article

Cyrille 28/04/2010 20:55


les cours de réthorique des Zommes politiques leur apprend pendant des années à choisr judiciairement leurs mots, pour servir leur interet egoiste : ostentatoire, vivre ensemble, attaquer les
sectes sur leur maniere de promulguer des soins medicaux, le niqab cache empeche les rapports sociaux occidentaux...
tout est fait pour préserver la prédominance catholique, avec des mots bien choisis, bref par propagande.
lisez ça :
http://www.bbc.co.uk/bbcfour/documentaries/
features/century_of_the_self.shtml
(faites un lien ^^)