Copé à ses amis fraudeurs fortunés : Je vous ai compris !

Publié le par Milton Dassier

Sans queue ni tête, les news ressemblent à un amoncellement de tickets de caisse sans utilité. Mais regroupées, au-delà de la simple addition qui parfois fait frémir, elles en disent long sur les comportements.

 

J’en prends deux, presque au hasard.

 

Hier mardi, Jean-François Copé et son berger briard, Christian Jacob, désigné élu patron des députés UMP, ont tenté de saboter le travail d’une commission parlementaire.

 

Leur but : soustraire à la justice leurs collègues députés qui auraient sciemment menti sur leur patrimoine. La commission parlementaire proposait une amende de 30.000 euros et une peine de prison. Nos deux compères ou comparses proposaient l’impunité pénale en plus de l’impunité parlementaire qui déjà permet aux députés de ne pas être trop inquiétés.

 

Mentir sur ses revenus et son patrimoine, c’est impossible puisque si on est devenu député, cela veut dire qu’on est forcément dans l’exemplarité, donc pas besoin de légiférer sur des faits qui n’existeront pas. C’était en gros le raisonnement à peine caricaturé, tenu par Copé et Jacob.

 

Pourtant J-F Copé s’était déjà rendu célèbre pour deux initiatives parlementaires qui en disent long à la fois sur ses ambitions et ses préférences. Vous vous rappelez la taxation sur les indemnités de congé de maladie ? C’était Copé !

Vous vous rappelez cet amendement pour effacer l’ardoise fiscale de grosses sociétés ayant fait de juteux bénéfices tout en étant maisons-mères de filiales déficitaires ? C’était Copé !

 

Et sa polémique injuste avec Martin Hirsh qui pointait du doigt les conflits d’intérêts chez les élus ? De toutes façon Copé a une vision..euh… comment dire… très ancien régime, très royaliste de la république.  Pour lui la nuit du 4 août 1789, l’abolition des privilèges, fut un drame pour la France. Je ne blague pas, il l’a dit à deux reprises à des journalistes différents. Ce qui lui valut une volée de bois vert en direct sur France-Inter de la part d'auditeurs exaspérés.

 

 

 

D’ailleurs sa dernière trouvaille ne vous laissera pas de marbre. Il veut revenir sur les 35 heures… Il n’a vraiment peur de rien !

 

La France serait-elle devenue un paradis fiscal pour gens fortunés ? On peut se poser la question quand au même moment, outre Atlantique, on apprend que Wesley Snipes vient d’être incarcéré en Pennsylvanie pour avoir menti au fisc américain.

 

 

 

Il avait dissimulé 35 millions de dollars au fisc et après un imbroglio judiciaire, il a pris trois ans de prison ! Non, vous ne rêvez pas. Qu’un type aussi connu, aussi riche puisse se retrouver en tôle pour ça ! En France, on n’a pas l’habitude !

 

Ecrivez à Wesley Snipes pour lui remonter le moral et lui dire qu'il y a un pays pour lui, que ce pays, c'est la France, la patrie du bon vin et des fromages. Dîtes-lui qu'à Meaux, un homme aurait pu lui être d'un grand secours: Jean-François Copé!

 

Moi, je lui ai écrit ceci:

 

Ami acteur,

 

une seule solution s’offrait à toi mais tu ne la connaissais pas là où tu vis. Tu aurais dû prendre la nationalité française, t'arranger pour devenir ami avec Jean-François Copé, un maître en la matière, qui t'aurait concocté un amendement spécialement pour ta situation et l'aurait fait voter.

Si ça avait été rejeté, tu aurais pu devenir député français… Mais pour cela, il te fallait faire partie du premier cercle des donateurs de l’UMP et c’est pas donné! Mais avec les moyens que tu as, c'était faisable.

 

 

 

Publié dans politique

Commenter cet article