Jeudi 12 mai 4 12 /05 /Mai 19:48

Nous y sommes ! Sarkozy est déjà en campagne, non seulement il fait sa tournée auprès de sa clientèle électorale mais il a avec lui, une équipe prête à lancer des ballons-sondes pour apprécier quels sont les sujets porteurs dans l’opinion.

La sortie de Laurent Wauquiez sur le RSA n’est rien d’autre que cela. On a désigné un sous-ministre, jeune en politique, pour « dire une connerie » telles celles qu’on entend dans les bistrots. Puis, on le recadre, on le sermonne, on exige de lui des regrets tout en se satisfaisant secrètement que le message soit passé en fanfare.

Ainsi, l’électorat de droite soucieux d’humanité, au départ choqué par la dureté des propos de Laurent Wauquiez se sent rassuré – ce n’est pas grave, c’est un ministre jeune qui a cru bien faire..-, ainsi l’électorat le plus réactionnaire soucieux d’ordre et de libéralisme économique, se sent conforté dans ses choix même s’ils sont douteux.

C’est une technique de communication de masse qui consiste à dire quelque chose de choquant, de provoquer un débat voire un tollé puis de reculer une fois qu’on a jaugé de l’intérêt du contenu du message.

 

« Je vous dis que… !

- Ah non, je n’ai pas voulu dire ça ! Mais, il faudra qu’on en rediscute ! »

 

 

La campagne présidentielle se profile peu à peu.

La droite va lancer de quoi brouiller le débat. On va accuser de tous les maux ceux qui n’ont pas de poids dans la société et qui, bien sûr, ne peuvent pas se défendre.

Les pauvres, les jeunes, les basanés, les sans-papiers, les immigrés. Cela fera un tel débat qu’on oubliera de parler du bilan catastrophique de l’équipe Sarkozy.

 

L’affaire des quotas dans le football français et la façon dont elle a été étouffée dans les règles de l’art de la démagogie nous en dit long. Tout comme les noirs seraient trop nombreux au sein des équipes de France de football, on sous-entendra que certains groupes sont des parasites pour cette société française si désireuse de croissance, de prospérité, de brillance. Et hop, on ne parlera pas de la mondialisation, des écarts de revenus entre les français, des injustices sociales, de la politique étrangère, de la fiscalité, du droit du travail, des abus des banquiers, de la politique sécuritaire, du budget de la justice, de la paupérisation de l’enseignement !

 

Des quotas officieux sont certainement appliqués. La proposition de Wauquiez va dans ce sens. Quotas pour mériter ou non le RSA en décourageant ceux qui y auraient droit.

 

Les queues dans les files d’attente des préfectures vont dans ce sens : quotas pour décourager les étrangers qui doivent renouveler leur titre de séjour.

 

L’accès à l’assistance, à l’aide, au coup de pouce financier mais aussi aux services de qualité à bon prix doit être réservé à certains. Voilà le contrat social de la future société française.

 

Ainsi l’étranger devra s’en vouloir d’être étranger.

 

Le demandeur d’emploi devra s’en vouloir d’être au chômage.

 

Le basané devra s’en vouloir d’être noir, rom, jaune ou maghrébin.

 

Le pauvre devra s’en vouloir s’être un indigent.

 

Et quand on s’en veut d’être ce qu’on est, qu’est-ce qu’on fait ? Ou bien, on ferme sa gueule, ou bien, au choix, on devient agressif, on se suicide, on part vivre ailleurs…

 

Vous n’avez pas remarqué que les prisons sont bien remplies, que les gardes à vue augmentent, que les suicides au travail se multiplient et que beaucoup émigrent vers de meilleurs horizons ?

 

Vive la France !

 

 

Par Milton Dassier - Publié dans : politique - Communauté : PARLONS FRANCHEMENT
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés